lettre à ma fille

il y a
1 min
6
lectures
1

auteur de terre d'adieux, roman publié chez les éditions Muse, 2016  [+]

Lettre à ma fille :
J’ai du mal à comprendre ce qui vient de m’arriver, une quinzaine d’années dans une prison pour des crimes que je n’ai pas commis !
Les policiers avaient la certitude que c’était moi avant même d’entamer l’enquête. Ils étaient tous d’accord pour m’accuser des crimes que je n’ai pas commis. Le bourreau c’était moi, pas quelqu’un d’autre. Inutile de chercher à prouver mon innocence, l’avocat s’est mis de leur côté, il ne pouvait pas me défendre. Se trouver dans le rouleau compresseur qui est la justice est une affaire trop risquée pour lui. Il était là juste pour confirmer ma culpabilité, cautionner la version d’un système maladroit qui cultive l’injustice et l’arbitraire.
Est-ce que vous croyez que le véritable auteur des faits peut reconstituer le déroulement du crime, il est le criminel, il sait bien comment détourner l’attention des policiers. L’accusé est le bouc émissaire idéal qui justifie la volonté d’une institution qui prend à la légère le crime.
La pression commence dans la rue, une fois au commissariat on ne sait ni comment on entre et ni comment on en sort ? Etant introverti, j’ai fait face à un interrogatoire à deux heures du matin, j’avais une peur incommensurable du gendarme.
Je pensais être seul avec toutes ses victimes en face de moi entrain de me lyncher, de me demander pourquoi avez-vous tuez nos enfants ? Étant moi-même choqué par les massacres, je voyais devant moi ces corps maculaient de sang.
Des femmes me criaient en plein visage. Elles me demandaient pourquoi j’ai tué leurs fils ? Tu payeras pour ça, tu répondras de tes crimes devant la justice humaine et devant la justice divine.
Tu sais maintenant que ton papa a enlevé la vie à des enfants, tu dois admettre ça ! Tu n’as pas à essayer à croire à autre chose que ça. La vérité est bien ce qu’on veut te faire croire et non pas ce qui s’est réellement produit. Le dossier est définitivement fermé, personne n’oserait le rouvrir. Il est clos et il le restera pour le reste de ta vie.
La garde à vue est nécessaire pour faire avancer et justifier une enquête, elle permet certes de protéger le système des individus. Un jour, tu finiras par comprendre comment on se sert de certaines choses pour faire avancer ou modifier certaines choses ?
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Silas
Silas · il y a
bien

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Rapport de police

Aléanore D.

Tchak tchak
Bruit de machine à écrire.
— Vous vous nommez Byron Merden, est-ce exact ?
J’hésite même pas, je réponds, d’un ton enjoué :
— Oui m’sieur !
Il me regarde... [+]