3
min

L'étoile des neiges

Image de Brumelle

Brumelle

378 lectures

281

FINALISTE
Sélection Jury

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Nous avons particulièrement aimé la douceur qui émane de cette romance, la crédibilité des sentiments décrits, mais aussi la description ...

Lire la suite

Mon idée de vivre en altitude est devenue un jour une réalité.

Après avoir quitté, avec ma fille, la banlieue d'une grande ville faite de béton, nous avons été éblouies par ce bourg proche des montagnes. La lumière d'automne y était fabuleuse. Elle donnait au ciel son bleu le plus intense, illuminant une multitude de patchworks aux couleurs chaudes posés sur les pentes. Déjà la fraîcheur grisait, au petit matin, les zones les plus fermées au soleil, mais la glace n'avait pas encore réduit les torrents au silence.

Ma nouvelle chambre s'ouvrait sur un bouquet de bouleaux frissonnants dont le bruit tentait, ce soir-là, de m’aider, mais vainement, à trouver le sommeil ! Je suis alors montée vers la chambre de ma fille. Je la regardais dormir, une peluche dans les bras, sous la fenêtre incrustée dans le toit...

Les astres s’étaient éclipsés derrière des nuages jouant tardivement les marchands de sable au-dessus de son lit. Ils faisaient voltiger les premiers flocons de neige de la saison. Pendant quelques minutes, leur discret crissement a accompagné de délicats points de dentelle se composant sur la vitre. Puis très vite, un masque épais a écrasé ces formes ciselées recouvrant le carreau d'une nuit qui, au dehors comme en dedans, allait être blanche pour moi.

Au bas de l’escalier, le silence a succédé aux notes d'une symphonie s'échappant de mon ordinateur resté allumé, comme une porte ouverte vers l'extérieur. Un voyageur virtuel avait d'ailleurs posé, je ne savais pas depuis combien de temps, son clignotant sur mon écran pour m'inviter à discuter. Après les banalités de rigueur, cet homme m'a parlé des montagnes qui m'accueillaient. Il en connaissait tous les reliefs que je lui décrivais, avec des mots en noir puis, au fur et à mesure qu'ils endossaient leur vêtement d'hiver, en blanc !

Il s'est improvisé magicien me promettant de mettre, en quelques heures, de nouveaux paysages à la place de ceux qui me faisaient face. Et, pour mieux me surprendre, il m'a suggéré de fermer les rideaux tandis que se poursuivait notre conversation.

Arrêt sur image, longue pause sur l'aire de cette autoroute virtuelle, qui a pris soudain des airs de vacances au sommet. Voyage jusqu’au bout de cette nuit où, le jour arrivant, nous avons échangé nos dix chiffres, comme une clef de contact pouvant nous mener l'un vers l'autre.

Le « magicien » a tenu sa promesse de l'aube. Le reflet bleuté garnissant les montagnes, en se retirant, m'a mise face à une surprenante métamorphose des paysages. Accidentés et marqués, jusque là, de toutes les nuances de la nature à différentes altitudes, ils étaient d'une blancheur uniforme et leurs lignes s'étaient considérablement adoucies.

Un peu plus tard, sur le chemin de l'école, les vêtements des enfants ont posé des points de couleur sur ce monde immaculé. Leurs jeux et leurs rires pouvaient envahir l'espace, l'indulgence des adultes leur était totalement acquise. La prudence imposée aux automobilistes faisait place aux boules de neige qui fusaient de partout. Les voitures avançaient, au pas, sur la route aux airs de piste de ski. J’ai laissé sur le parking la mienne, transformée en igloo, pour aller au travail à pied.

Après son invasion nocturne, la neige s'est faite plus légère et plus brillante, dansant, en paillettes, toute la journée. Puis, en fin d'après midi, le soleil a laissé, fugacement, ses reflets rougeoyants annoncer des températures nocturnes assez basses pour laisser aux paysages leur bel enrobage.

Derrière la baie vitrée, je regardais la ligne ondulante des montagnes. Elle portait en collier, dans ses vastes échancrures, les lumières des maisons s'allumant, une à une, pour encercler sur le sol blanc, chacun des reliefs... Puis, très haut dans le ciel, l'étoile des neiges s'est installée. C'est à ce moment-là que l'alpiniste de la veille est revenu, en rappel, vers moi.

Sur fond d'échanges chaleureux, la pendule a égrené toutes les heures, depuis les dernières du jour jusqu'aux premières du lendemain tandis que dehors, la belle nature restait de glace. Quand la nuit s'est déparée, progressivement, de chacun des points lumineux des hameaux proches, nous nous sommes tus, prévoyant de nous rencontrer prochainement.

C'est ainsi que, raquettes aux pieds, nos confidences respectives se sont poursuivies. Nous avons pris un sentier d'écolier sur lequel je posais un œil neuf tandis que cet accro aux sensations fortes le redécouvrait. Dans ses vertigineux corps à corps avec la paroi des montagnes, il oubliait d'en voir, plus bas, les modestes beautés !

Les méandres d’un torrent, festonné de blanc et le sol griffé par le passage d’un oiseau, nous ont arrêtés un moment sur notre chemin de neige. Et là, ce premier de cordée s'est dit n'être rien, entre deux expéditions. Il affrontait, dans le monde entier, les sommets les plus difficiles mais il ne parvenait pas à remonter la banale pente de sa vie personnelle.

C'est chez moi que s'est installé peu après, son « camp de base ». Les cordes, mousquetons, crampons et autres accessoires se sont alignés au sol avant son énième envol vers le toit du monde...

Depuis, je consulte trop souvent la météo des montagnes qu'il défie. Je le suis dans la plus haute de ses solitudes sur les cartes qu'il m'a offertes. Le soir j'espère, en la regardant, que notre étoile des neiges le protégera des terribles colères de ces sites grandioses.

Car ici nos paysages mettront bientôt, avec de nouvelles couleurs, leur tenue de printemps et à son retour, nous devrions reprendre ensemble notre chemin des écoliers.

Mais je sais déjà que la haute montagne est une rivale de taille. La passion qu'il a pour elle l'emportera forcément sur moi. Tel un aimant, elle l'attirera toujours pour l'encorder au plus près de ses belles lignes, quelques heures, quelques jours, ou quelques mois !

Et à chaque fois je redouterai qu'elle le garde à jamais. Comme ceux dont le nom reste gravé sur un rocher, à côté d'une fleur de tissu délavé, au bord d'un sentier d'altitude.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
281

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de RAC
RAC · il y a
Merci pour ce grand bol d'air !
·
Image de Sandi Dard
Sandi Dard · il y a
Votre somptueuse "promesse de l'aube"... Merci!

Je n ai malheureusement qu' à vous proposer mon très modeste secret...

·
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Bonjour Sandi, merci pour votre lecture et votre gentil commentaire. Bonne journée à vous
·
Image de Jcjr
Jcjr · il y a
J'avais aimé " la boite à livres" et là, vous m'avez fait voyager dans votre montagne au fil de vos mots si bien choisis. Viendriez-vous soutenir de nouveau "le bilan " en finale TTC...
·
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Bonjour Jcjr, merci pour votre petit mot et bravo pour votre entrée en finale. Bonne journée à vous.
·
Image de Yoann Bruyères
Yoann Bruyères · il y a
Un style toujours aussi poétique dans les descriptions, aussi bien de la nature que des sentiments humains.
·
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Bonjour Yoann, la nature, quand l'homme ne l'a pas encore complètement détruite, est belle et quand les sentiments s'en mêlent, elle l'est plus encore. Bonne journée à vous.
·
Image de Robert Grinadeck
Robert Grinadeck · il y a
Le raffinement de votre sensibilité n'a d'égal que celui de votre écriture.
·
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Bonjour Robert, je vous remercie d'être passé sur cet écran et d'avoir apprécié cette nouvelle enneigée. Bonne journée.
·
Image de Nadine Gazonneau
Nadine Gazonneau · il y a
Un texte que je trouve très poétique , la nature tellement belle et présente et de jolies émotions . Je pense qu'au fond d'elle même votre héroïne accepte "avec fierté " la passion de son compagnon .je vote avec plaisir .
·
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Bonjour Nadine, la nature est il me semble, une poésie à elle seule. Merci pour votre lecture et votre commentaire et bonne journée à vous.
·
Image de Marie
Marie · il y a
Je viens d'effectuer une belle promenade. Merci, dommage j'arrive trop tard pour voter.
Si vous désirez lire l'un de mes textes https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/loin-des-yeux-loin-du-coeur

·
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Bonjour Marie, merci surtout pour votre lecture, même après la clôture des concours. Les votes ne sont pas la priorité, pas pour moi en tous cas. Ces petits concours me permettent surtout d'avoir quelques retours et de de lire d'autres écrits amateurs comme les miens. Bonne journée à vous.
·
Image de Marie
Marie · il y a
Merci, alors puis-je me permettre de vous demander d'aller lire mon TTC, le lien est juste au-dessus. Je suis vraiment amateur puisque c'est mon premier texte. Merci
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Bravo pour cette belle "recommandation" fort à propos.
·
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Bonjour Miraje, merci pour votre passage et bonne journée.
·
Image de Thara
Thara · il y a
Bonne chance pour votre texte...
+ 4 voix !

·
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Bonjour Thara. Je vous remercie pour votre lecture et vos souhaits. Bonne journée à vous.
·
Image de Thara
Thara · il y a
Félicitations, pour le label S.E...
·
Image de Sylvie Talant
Sylvie Talant · il y a
Une belle poésie en prose qui m'a fait voyager, vraiment. C'est ce que je voulais en lisant ces nouvelles Short paysages d'Isère en mouvement. + 5
·
Image de Brumelle
Brumelle · il y a
Bonjour Sylvie. Je suis heureuse que cette balade en montagne vous ait été agréable et je vous souhaite une bonne journée.
·