3
min

Les voyages de Chiral – rêverie

523 lectures

109

Qualifié

Alors que Chiral traversait une grande forêt, il en vint à s'allonger sur une pierre plate, au bord d'une clairière. Les rayons du soleil, partout ailleurs gênés dans leur progression par l'épaisse ramée, l'avaient chauffée toute la journée, et la pierre dispensait une agréable chaleur. Le matou se roula en boule et profita des derniers instants rouges et or de la soirée. Ses yeux se fermèrent. Il plongea dans ce royaume magique, pour lequel les chats semblent posséder des entrées particulières.

Il se retrouva dans un palais de la Grèce antique, un lieu fleuri entouré de colonnes travaillées et de sculptures marmoréennes. Bien sûr, dans cette version rêvée, les œuvres d'art représentaient des chats. D’ailleurs, la cité tout entière était peuplée de matous : de jeunes siamoises couvertes d'un voile pudique, des lynx dans la force de l'âge et bardés de plaques de bronze, d’honorables persans aux moustaches blanchies par les années. Chiral lui-même, appartenait à une noble famille, et ne souhaitait rien d'autre que d'épouser sa jeune voisine : Thisbé.

Malheureusement, le passif entre les familles de Chiral et de sa bien-aimée pesait lourdement sur leur relation. Quelques générations plus tôt, leurs ancêtres s’étaient affrontés pour obtenir de la déesse Freyja l’honneur de tirer son char. Les parents de Thisbé affirmaient que ceux de Chiral avaient gagné en trichant, et depuis, les deux clans se vouaient une haine sans bornes. Chiral était donc obligé de rencontrer sa douce en cachette.

Il la croisait lorsqu'elle se rendait au temple, lorsqu’elle partait chasser avec ses frères. Il avait même creusé un tunnel derrière sa demeure pour se faufiler à l’intérieur, mais ces rendez-vous entre chien et loup généraient plus de frustrations que de bonheur. Les deux amants décidèrent de se retrouver en cachette à l'extérieur de la ville.

Ici, le rêve de Chiral se modula. Le temps sembla s’accélérer pour lui montrer les rencontres secrètes près d’un mûrier de couleur blanche, aux épines gigantesques. Les deux amants tiraient des plans sur la comète jusqu’à potron-minet, puis s’esquivaient chez eux reprendre leur morne quotidien, loin l’un de l’autre. Chiral suivait aussi bien ses pérégrinations que celles de sa promise, comme s’il était devenu un aigle. La malédiction tenait du crachat d’Apollon : son double onirique ne percevait rien, tandis que lui-même savait tout.

Connaissance terrible, car le drame se profilait.

Un soir, Thisbé se faufila hors de chez elle, comme à l’accoutumée. Cachée sous un voile, elle échappa à la surveillance des serviteurs de son père, occupés à sacrifier de gros rats. Sa mantille se prit dans une écharde du pas de la porte, et se déchira alors qu'elle accélérait, terrifiée à l'idée d'être aperçue en cet endroit révélateur.

Chiral la suivit à travers le dédale des ruelles, puis dans le passage secret qui menait à l'extérieur de la ville. C'est là qu'ils se retrouvaient, près du bosquet de mûres blanches. Mais le Chiral du rêve n'était pas arrivé, et un lion rôdait, les crocs encore dégoulinants du sang de sa dernière victime. Thisbé esquiva de justesse l’attentat, et la mâchoire puissante se referma sur son voile déjà déchiré. La jeune chatte parvint à lui échapper, et s'enfuit dans le passage secret, tandis que le lion se débarrassait de la pièce de tissu.

Lorsque Chiral se vit arriver, son double ne trouva que cette mantille, maculée du sang déjà présent sur les crocs du lion. Déchiré, écarlate, il ne lui fallait pas de grands dons de détective pour comprendre ce qui s'était passé. Chiral aurait voulu crier la vérité à son jumeau onirique, mais il n’était qu’un spectateur impuissant.

Terrassé par la peine, le double onirique de Chiral pleura toute la nuit, avant de se décider à commettre l'irréparable. Puisque son amour était impossible, il la rejoindrait dans le grand au-delà des félins. Il ne serait pas dit que le sort le séparerait de Thisbé. Ils avaient assez attendu pour se retrouver ! Incapable de s'en empêcher, Chiral se vit se jeter sur les épines démesurées du buisson de mûres. Son sang noir aspergea les fruits qui se gorgèrent du fluide vital.

C’en était trop pour Chiral, qui se réveilla en sursaut sous l’effet conjugué de la douleur et de son impuissance à avertir son personnage de rêve. Encore chamboulé par ce songe, le matou tourna en rond sur sa pierre plate, toutes griffes dehors.

Lorsqu’il parvint à se calmer, la nuit était tombée. La pierre ne dégageait plus aucune chaleur, la faim le tiraillait. Triste écho de son rêve, un bosquet de mûres noires dressait ses branches couvertes de piquants. Il frissonna à cette vue. Thisbé avait-elle retrouvé le corps de son amoureux ? S’était-elle aussi jetée sur le buisson de mûres, donnant définitivement à l’arbuste la couleur qu’il arborait en ce moment sous les yeux du félin ?

Le ventre de Chiral gargouilla, mais il se détourna du bosquet. Ce n'était pas une nourriture convenable, et elle lui rappelait trop son cauchemar, qu’il refusait d’interpréter comme un mauvais augure. Il reprit sa route, et pénétra plus avant dans le cœur de la forêt.
 

PRIX

Image de Automne 2018
109

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonjour Guillaume, je reviens vers vous car J'ai déjà eu le plaisir d'apprécier votre belle plume et vous avez été sensible à certains de mes écrits.
Si vous en avez l'envie, Je vous propose une nouvelle (policier/ thriller) en lice du GP été :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
à bientôt.
Julien.

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour, Guillaume ! Je relis avec plaisir ce petit conte dans le monde des chats !
Je vous invite à lire mon sonnet "Paysage nocturne" si cela vous tente : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Bonne journée à vous.

·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Bonjour Guillaume, Je m'aperçois que je suis passé sur votre texte, je ne peux que renouveler mes félicitations et vous souhaiter bonne chance.
Julien.

·
Image de Amicxjo
Amicxjo · il y a
et le ventre de Chirac lui gargouillait tout le temps, histoire onirique et monde étrange...
·
Image de Guillaume Dalaudier
Guillaume Dalaudier · il y a
La faim est un puissant moteur! Merci pour votre réaction
·
Image de Jusyfa
Jusyfa · il y a
Une histoire prenante portée par une belle plume.
Bravo +5*****

·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
+ 5 pour le monde magique des félins !
En lice poésie avec ' Continuer ' et ' De sa vie en rose ' si vous aimez

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
j'ai d'abord lu chirac ce qui donnait un drôle de reflet à votre oeuvre, tout en poésie. Merci pour votre texte. Si vous voulez vous laisser inviter à d'autres atmosphères, j'ai deux contes en lice https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/la-source-11
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un grand plaisir de lecture que cette histoire félinesque ! Bravo, Guillaume ! +5
·
Image de Marcheur
Marcheur · il y a
Un petit côté Roméo et Juliette au pays des matous: merci et bravo.
·
Image de Zia Odet
Zia Odet · il y a
Captivant et très bien écrit. Continue ! Toutes mes voix. Bises.
·
Image de Guillaume Dalaudier
Guillaume Dalaudier · il y a
Merci pour ton soutien!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème