2
min

Les volets jaunes (dépeint d’après un fait divers réel)

Image de SLEMO

SLEMO

37 lectures

2

Le jour où nous avons choisi la couleur pour repeindre les volets abîmés de notre vieille maison achetée quelques mois plus tôt, serait pour toujours à marquer d’une pierre blanche ( ou plutôt jaune)
Donc, après avoir éliminés :
- le bleu, trop attendu sur nos côtes bretonnes.
- le rouge, déjà utilisé pour la porte.
- le vert, pour je ne sais quelle raison.
Et le blanc couleur d’origine des fameux volets, parce qu’il nous semblait peu satisfaisant de s’échiner à réparer, colmater, raboter, poncer et repeindre notre douzaine de vieux volets en bois, tout ça pour simplement leur redonner un petit coup de jeune.
Non il fallait pour nous donner du cœur à l’ouvrage, un stimulus, un objectif plus motivant, explorer un autre registre, une quête plus hasardeuse,...les peindre en Jaune.
Un jaune singulier, quelque part entre le jaune citron et le jaune tournesol, genre couleur du maillot du leader du tour de France cycliste, et comme si déjà, nous pressentions le pire, nous nous encouragions mutuellement en énumérant la liste des avantages et vertus que nous prêtions à ce coloris.
- les volets jaunes allaient égayer notre façade par ailleurs recouverte d’un enduit grisâtre triste comme une plage à marée basse.
- Des études récentes avaient démontré l’impact positif d’un habitat aux couleurs chaleureuses, sur le moral de ses occupants.
- le fait que notre maison soit également située près du cimetière nous confirmait dans ce choix d’une couleur gaie et lumineuse.

Un à un les volets furent donc décrochés et intégrèrent les différentes étapes du processus de rénovation et de relookage que nous avions mis au point.
Et pendant près de deux semaines, ce fut une procession de volets qui virevoltaient entre le jardin et les différents étages de la maison selon les différentes phases de nos travaux et les caprices météorologiques.
Ainsi au tout début de l’automne, prêts à affronter les coups de vent, les coups de pluie et les coups de gel, ils ornaient de nouveau nos fenêtres. L’hiver pouvait bien être rigoureux, nous nous sentions protégés et nos volets jaunes semblaient défier la mauvaise saison.

Les jours, les mois s’écoulèrent et il y eut bien quelques ricanements hystériques émis par des passants profitants des premiers beaux jours qui empruntaient notre rue pour se rendre à la plage. Mais bon nous pensions que ces accents de bonne humeur étaient la conséquence du retour du printemps. Et puis intrigués par la répétition du manège des badauds qui s’esclaffaient en passant devant chez nous, qui même parfois s’arrêtaient devant notre entrée et reprenaient leur chemin en gloussant. Nous avons tendus l’oreille à leur propos et oh! stupeur, la cause de toute cette agitation n’était autre que nos volets ou plus précisément leur couleur.
Quelques exemples de leurs commentaires :
"du jaune, mais enfin c'est ridicule, on est en Bretagne tout de même, le pays des volets bleus"
"ce sont des illuminés, ils ne savent pas où ils habitent ce n'est pas l'Italie ici !"
"Ce sont sûrement des fauchés : ils ont profité d'une promo sur le stock de peinture jaune !"

Pour qui se prenaient-ils tous ces esthètes passant dans ma rue, ces troupeaux de dépositaires du bon goût, ces cohortes d’experts en coloris de volets ?

Je dois bien avouer quelques moments de doute, mais les volets jaunes ont tenus bons. Ils sont mêmes devenus le symbole de la résistance à la bêtise humaine, à l’uniformisation, à la mondialisation... Je m’égare peut-être, en tout cas ils sont comme des détecteurs de cons. Dès qu’un con s’aventure dans le quartier, l’effet est immédiat, les volets nous le signalent.

Si vous passez dans notre rue, vous ne risquez aucun seau d’eau, aucune injure, par contre aurez-vous le courage d’affronter la vérité vous concernant ?
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Dimaria Gbénou
Dimaria Gbénou · il y a
Waouh ! Bien !
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
L'adversité stimule...Je dis bravo Slemo !
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

— Bonjour monsieur. Une paire de godillots s'était arrêtée devant le banc. Je levai la tête, mon sandwich à la main. — Bonjour. — Vous savez qu'il est interdit de donner à manger ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Cela n'a pas été difficile de se faufiler derrière le facteur dans le hall du vieil immeuble Haussmannien. Pénétrer dans la cour intérieure ? Un jeu d'enfant, puisque le gamin du troisième ...