1099 lectures

548

LAURÉAT
Sélection Jury

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Voilà une romance légère, toute en douceur et volupté... qui se cache derrière les voiles d’une écriture vaporeuse pour nous prendre par la ...

Lire la suite
Ils déjeunaient ensemble comme chaque mardi.

Le mardi toujours. C’était ça. Leur jour, leur moment, un instant entre eux mais qui ne prêtait à aucune conséquence. Du moins c’est ce qu’ils se racontaient. Qu’un déjeuner ce n’était rien sinon pas grand-chose, que chacun de son côté de la table au milieu et à la vue des autres, ça restait innocent, convenable, qu’aucune limite n’était ainsi franchie.

Leurs regards qui s’attisaient, leurs mains qui se frôlaient, et la façon dont il se penchait parfois vers son oreille, juste dans le creux, pour lui souffler quelques mots moins anodins, ce n’était rien non plus. Si l’appétit de l’autre s’aiguisait, rien n’était consommé, chacun repartait de son côté, retrouver son autre, la moitié de la paire officielle.

Ce n’était vraiment rien, qu’un petit jeu. Un jeu malgré eux.

Un jour elle était entrée là. Il déjeunait seul. Elle s’était installée à la table d’à côté, seule également.

Le serveur avait échangé leur commande, ils n’avaient rien dit, amusés, goûtant le plat de l’autre, finissant à la même table à partager la même bouteille. En commandant une autre. Fixant un autre déjeuner déjà.

Ils n’étaient pas responsables, c’était le hasard, la destinée des croisements auxquels on n’échappe pas.

Ils avaient fixé les règles. Les règles les protégeaient de tout dérapage.

Un jour, un seul, un déjeuner, l’addition et un café.

Il arrivait avant elle, elle repartait avant lui. Aucune confidence trop intime ni trop personnelle. Ce qu’ils faisaient dans la vie, la façon dont ils occupaient les autres déjeuners de la semaine, ceux des week-ends, rien ne filtrait, pas même leur prénom : ils en changeaient chaque mardi.

Inconnus et intimes à la fois. La seule certitude était de trouver l’autre à la même table, le même jour, à la même heure.
Elle avait mordu sa lèvre, il lui avait resservi du vin.

Leurs jambes s’étaient frôlées l’espace d’une demi-seconde. Une sensation de chaleur lui remontait pourtant le long de la cuisse.

Elle avait dit alors, l’on pourrait se retrouver sans se voir, se toucher sans se voir, ce ne serait pas réel tout à fait, une seule et unique fois. Ce ne serait rien, à peine une caresse, une parenthèse blanche.

Il n’avait rien répondu. Ils avaient vidé leurs verres sans un mot, sans se quitter des yeux, mais sans un mot. Elle était partie avant lui. Il était resté longtemps après, songeur, triant et alignant les miettes de pain écrasées sur la nappe blanche. Il s’était rendu aux toilettes, avait passé de l’eau sur son visage, s’était regardé longuement dans le miroir fendillé au-dessus du lavabo. Il cherchait quelque chose dans ses traits, se fixant durement, mais il avait beau chercher, il n’arrivait pas à trouver la moindre trace de culpabilité.

Ils n’en n’avaient plus reparlé. Ni le mardi suivant, ni celui d’après.

L’idée restait là pourtant, elle flottait en suspens. Accentuait la pression de leurs mains quand elles se frôlaient. Caressait sa bouche quand elle la trempait dans son verre de vin.

Ce mardi-là, elle portait une robe rouge, aux manches courtes relevées d’un fin liseré blanc. Il avait son costume noir élégant et sa chemise blanche des autres mardis. La salle s’était vidée à petit, elle avait dépassé l’heure. Il n’avait rien dit. Il fixait leurs serviettes froissées chacune de leur côté. Il s’était approché de son oreille, y avait soufflé quelque chose. Elle s’était levée, il l’avait rejointe dans le vestibule. Seul le voile d’un rideau tendu par le vent les séparait encore. Ils s’étaient rapprochés un peu plus. Rien qu’un jeu innocent, un souffle chaud, celui de sa bouche contre la sienne au-travers du voile, la pression de son corps, et ses mains qui couraient le long de ses cuisses. Presque rien. Une légère brûlure sous le coton immaculé. Il y avait eu un bruit de vaisselle, et soudain elle s’était arrachée à son contact. Disparue.
C’est un autre mardi. Il se tient à la même table. Il attend. Cinq, dix minutes. Elle est en retard. Il se répète que ce n’est rien. Il pense à son souffle, à ses lèvres, à sa façon de le mordiller au travers du tissu. Les règles sont fixées. Les règles les protègent. Elle va venir, c’est certain. Les voiles, c’était son idée à elle.

PRIX

Image de Été 2018
548

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Cétacé
Cétacé · il y a
Ecriture délicate, histoire délicate, amour délicat ... un rêve éveillé. Bravo. Cé.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Vous êtes un peu le voile...;) Bravo ! Un livre en cours d'écriture peut-être ? Mais cela ne me regarde pas LOL !
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Ravi de votre réussite !
·
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Bravissimo Claire !!
·
Image de Romane González
Romane González · il y a
Félicitations Claire pour votre prix!
·
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Merci Carmilla, félicitations que je vous retourne :)
·
Image de Lili Caudéran
Lili Caudéran · il y a
Sincères félicitations !
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Félicitations pour ce prix du jury bien mérité, Claire le Coz !
Une invitation à venir découvrir “Sanglante Justice” qui est
en Finale pour le Court et le Noir 2018. Merci d’avance et
bonne journée!
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/sanglante-justice

·
Image de Marie
Marie · il y a
Encore bravo !
·
Image de Randolph
Randolph · il y a
Félicitations, Claire !
·
Image de Emsie
Emsie · il y a
Bravo Hel-Claire – vous ne seriez pas bretonne, vous ?:-) – pour ce moment mystérieux et pour votre écriture si délicate.
·
Image de Claire Le Coz
Claire Le Coz · il y a
Je suis un peu de çi et de ça mélangés :) mais il y a de ça oui ( c'est le nom de jeune fille de ma grand-mère paternelle pour tout dire, ou presque) merci beaucoup Emsie :)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

— C’est la quatrième fois ce mois-ci. C’est quoi votre problème ? Derrière son bureau, la flic me regarde, la tête penchée en avant. Dans ses yeux, je lis la lassitude et ...