1
min

Les vents d'Eole

Image de Ryo

Ryo

3 lectures

0

Le poids des saisons en équilibre sur une épaule, Ce sont les choix d’une vie guidée par les vents d’Éole. Noyé dans la masse nuée de béton, de taudis, Là où la rue s’est nouée en un jardin maudit Ombre éphémère entre faire l’aumône et faire le mort, Là où s’enferment ces hommes forts dans un dernier effort. Les sillons creusés au bord des yeux se racontent en histoire, Destin d’un enfant aujourd’hui barbe d’ivoire. Ce n’est que la marche des hommes emmurés dehors, Ceux que la folie a rendu muets à charge et à tort, A crier mille et un pardon sous un ciel de carton, Lorsque ta conscience te prends par le bras pour te dire allez partons. Semelles trouées pour un pas devenu trop lourd sur le parvis, A rêver du bonheur mais dans quel paradis?... D’un être humain parfois frère souvent père, D'un souffle ou d’une poussière devenue soudain courant d’air, D'une âme en carence, d’un corps en partance. Similitudes étranges entre l’errance et l’apparence, Le chemin continu puisque le cœur n’a de cesse de battre Aux pieds des monuments où traînent ces boucles d’albâtres, Ivre de froid, posture hantée et bancale, Vil morsure sur une main gantée de cent cales. Col roulé, noué sous la gorge,sourire cloué aux dents couleurs d’orge, En attendant la belle étoile sur l’avenue regardons là scintiller, Qu'elle puisse enfin lever le voile sur un avenir en pointillé.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,