Les trois portes

il y a
2 min
107
lectures
15

Malgré ma passion pour les oiseaux, j'ai plus souvent manié les outils que la plume. Je découvre un nouveau passe temps et j'adore. Je me régale de nouvelles short lectures, j'espère que vous  [+]

Hôpital de Saïgon, 30 avril 1954

« Pour fêter ton retour à la vie, je t’amène aux Trois Portes », m’avait dit l’infirmier sur un ton mystérieux. M’était alors revenue la première phrase des "Trois portes de la sagesse" , un conte, qu’enfant, ma mère me lisait avant de m’endormir : Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, généreux et intelligent.

A vingt quatre ans, après de brillantes études au petit séminaire, puis à l’école de l’air, j’avais encore toutes mes illusions. Mon copain infirmier m’appelait « Trompe-la-mort » et je me remettais d’une double fracture, blessure somme toute légère, dans ce contexte.

Deux mois plus tôt, je m’extrayais de l’enfer de Dien Bien Phu, aux commandes de mon hélicoptère, quand le coté droit du cockpit avait explosé, mon copilote prenant une balle en pleine poitrine. Trente secondes plus tard le Sikorsky s’écrasait et je ne devais ma survie qu’à l’application instinctive d’une procédure d’urgence qui avait ralenti la chute. Au sol, pour la troisième fois, je vis la mort, droit dans les yeux. Elle me tendait les bras. Par une chance insensée, le Viet Minh qui me mettait en joue avait vu son arme s’enrayer et j’avais eu le temps de sortir mon révolver. C’était lui ou moi.

Après avoir fait la tournée des bars à soldats, mon copain m’amena donc aux Trois portes. Dans mon esprit embrumé résonnait la phrase mystérieuse : « Un roi avait pour fils unique... »

Les lettres en néon rouge sur fond doré éclairaient la ruelle. La porte s’ouvrit sur une grande pièce tendue de velours rouge. Des hôtesses s’empressèrent autour de nous, une coupe de champagne à la main.

« Trompe-la-mort, quelle porte veux tu ouvrir en premier? »

Devant mon air franchement ahuri, il éclata de rire et me dit tout de go: « Pour commencer, je te conseille une mise en bouche. Tiens, Suong MaÏ - ça veut dire : Rosée du matin- elle fait des choses extraordinaires ! Ensuite, rencontre donc Lan Anh -Orchidée blanche- qui ouvrira des portes qui sont en toi et que tu ignores». Après un court silence, il rajouta : « Si tu as encore des forces, tu vois cet éphèbe - il s’appelle Cao Son ou Haute Montagne, il viendra se joindre à vous et t’ouvrira la troisième porte ».

Dien Bien Phu tomba le 7 mai 54 ouvrant les portes d’un nouvel enfer aux 7700 prisonniers dont plus de la moitié ne revînt pas.

Le 8, à l’autre bout du monde, à Villefranche de Rouergue, ma soeur accouchait d’un beau bébé. La vie continuait.

Je n’ai jamais raconté cette histoire à personne. Un peu parce que je croyais faire une guerre propre et que j’ai compris qu’il n’y a pas de guerre propre. Un peu parce que mon éducation traditionaliste m’interdisait seulement d’y penser, je n’ai jamais parlé non plus des Trois portes du plaisir.

J’ai attendu le vingtième anniversaire de mon neveu qui rêvait d’une carrière de journaliste pour le mettre dans la confidence : « Quand je serai mort, tu raconteras mon histoire ». C’est ce qu’il fait aujourd’hui.

15

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !