Les trésors perdus de Kaléa

il y a
2 min
18
lectures
2
Kaléa vivait au milieu des ses arbousiers ainsi que de ses cèdres. Elle était très heureuse de vivre ainsi, en plein milieu de la nature. De consistance très solide, elle avait bien les pieds sur terre et ne perdait jamais le nord. Très ancrée dans la vie. Mais elle avait pourtant une sorte de chape de plomb sur la tête. Elle faisait régulièrement des cauchemars. Elle ne parvenait pas à avoir une nuit paisible, agréable et réparatrice. Cela faisait à présent un certain temps. Elle rêvait régulièrement de deux sortes de dragons très différents l’un de l’autre. Ils avaient chacun des aspects et couleurs bien distinctes. L’un plutôt gris et terne, l’autre avec des couleurs vives et lumineuses. Je vais donc vous raconter le dernier de ses cauchemars. Kaléa se préparait devant sa glace et ces deux dragons apparurent chacun d’un de ses côtés. Après une sorte de combat tacite entre les deux dragons. Celui à l’aspect gris et terne qui semblait usé, fatigué, à bout de forces et découragé, partit de chez elle tout simplement. Mais l’autre, celui aux couleurs vives et lumineuses, se mit à devenir de plus en plus grand. Il était passé de environ une vingtaine de centimètres à quelque mètres d’envergure. Kaléa sortit pour mettre le dragon dehors et lui ferma la porte au nez. Celui-ci essaya d’ouvrir la porte, mais Kaléa tenait bon et empêchait le dragon de rentrer. Ils se tenaient chacun de part et d’autre de la porte. L’un tentant d’entrer, et l’autre d’empêcher le dragon menaçant de rentrer dans la pièce. Mais le souffle du dragon étant très puissant, il parvenait à ouvrir petit à petit la porte. Ce dragon, qu’elle pressentait être une menace pour elle, l’a décida alors à partir, en courant, de la pièce. Comme il volait, il l’a rattrapa très vite. Alors arrivée au lac, elle décida de nager, mais le dragon était toujours là. À court d’idées et de force elle décida de laisser tomber la fuite et de rentrer chez elle. A priori, si le dragon lui voulait du mal, cela ferait déjà longtemps qu’elle aurait eu des ennuis. Elle se sécha. Mais le dragon décida, cette fois, de ne plus s’imposer. Il souhaitait quand même lui montrer quelque chose. Alors il ouvrit la porte tout doucement, paisiblement, mais tout de même déterminé. Kaléa à court de souffle et d’idées, se résigna, avec inquiétude et circonspection, à l’accepter chez elle. Elle lui prépara même un café. Et à ce moment là il déroula ce qu’il tenait contre lui. C’était une petite statuette. Ceci rendit très curieuse Kaléa, qui s’approcha prudemment. Cette statuette se trouvait être la déesse de la créativité. Le lendemain matin, elle eu envie de dessiner son rêve, ce dragon, son dragon, ainsi que cette déesse. Afin de se rappeler de son rêve. Elle fit de même le lendemain et le surlendemain. À force de dessiner, elle se sentait à nouveau en paix avec elle même. Elle commençait à ne plus rêver de ses ou son dragon, mais elle continuait de le croiser de temps en temps dans ses rêves. Il lui rappelait chaque fois un trésor caché qu’elle avait avec le temps soit perdu soit oublié.
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Je pense que ce texte parle du désir pas forcement sexuel mais en général et de tous les blocages qu'on lui oppose avant d'oser. Là, votre personnage s'en sort bien!
Image de Panda Bleu
Panda Bleu · il y a
C'est un peu l'idée, mais je préfère laisser libre à l’interprétation de chacun et je trouve la votre intéressante. 😊