Les treize convives

il y a
3 min
6 779
lectures
212
Qualifié

Le futur n'est pas encore écrit, il le sera en fonction des choix que nous faisons dans le présent  [+]

Image de Hiver 2020

Au volant de sa voiture, le son de la radio poussé à son maximum, Ethan roulait à vive allure.
Un chat noir traversa devant lui en le toisant de ses yeux luminescents avant de disparaitre dans l’obscurité de la nuit.
Pour éviter le félin, le jeune homme écrasa la pédale de frein avant de donner un brusque coup de volant qui déséquilibra la voiture. Celle-ci sortit de la route et dévala la pente en effectuant plusieurs tonneaux avant de finir sa chute au fond du ravin.
L’airbag se gonfla en une fraction de seconde pour protéger son conducteur.
Sous la violence du choc, Ethan passa un long moment inconscient, le visage tuméfié et le bras fracturé.
Quand il finit par reprendre ses esprits, il s’extirpa difficilement de la carcasse de tôles froissées qui ne ressemblait plus du tout à une voiture.
Son téléphone portable n’avait pas résisté à la violence du choc, il gisait brisé dans la poche arrière de son pantalon. Ethan s’estima heureux de ne pas avoir subi le même sort.
Son costume de squelette d’Halloween était déchiré au genou, lui donnant un air encore plus naturel. S’il n’avait pas eu ce stupide accident, il aurait surement fait un malheur à la soirée de Sophie avec un tel accoutrement.
Il escalada avec difficulté un monticule de rochers, car son bras le faisait terriblement souffrir.
En prenant le plus de hauteur possible, il espérait apercevoir un hameau ou quelque ferme habitée pour demander de l’aide.
Au loin se dressait un manoir isolé dont les hautes fenêtres diffusaient une lumière blafarde. Il semblait rayonner tel un phare indiquant le chemin aux marins égarés.
En un temps éclair, il parcourut la distance le séparant du refuge où il espérait trouver des occupants.
Le bâtiment à l’allure lugubre, composé de trois étages était entouré d’une palissade en fer forgé, et un portail ouvert invitait les visiteurs à pénétrer dans le grand parc.
Sous le porche, un vieux fauteuil à bascule grinçait en se balançant tout seul. Ethan avait envie de rebrousser chemin, mais une force irrésistible l’empêchait de le faire, il gravit les quelques marches du perron, puis utilisa le heurtoir pour signaler sa présence.
La porte s’ouvrit en craquant sur ses vieux gonds fatigués, laissant place à un vampire grand et mince aux yeux injectés de sang.
Il portait une cape de soie noire et ses canines proéminentes ne laissaient aucun doute sur la nature de son alimentation.
— Bonsoir Ethan, nous vous attendions pour commencer le repas.
Le jeune homme frissonna dans la douce chaleur qui se dégageait du manoir, il n’avait pas la moindre envie de servir de plat principal aux invités.
Comme s’il lisait dans ses pensées, le vampire le rassura.
— Ne vous inquiétez pas, le repas est déjà prêt, entrez, je suis Nicolaï, votre hôte pour cette soirée très spéciale, venez je vais vous présenter les autres convives.
Dans le grand salon, richement décoré, les invités se déplaçaient avec aisance.
Une sorcière s’approcha, un verre à la main.
— Un sou pour vos pensées beau squelette, lui susurra-t-elle à l’oreille en lui tendant une coupe de champagne.
Le breuvage était divin, les bulles éclataient à la surface, reflétant la lumière diffuse des lustres antiques. Ethan se laissa envahir par la chaleur de l’alcool qui apaisa son corps meurtri.
— Si je vous disais que je viens d’avoir un grave accident de voiture, me croiriez-vous ?
— Profitez donc de la soirée, au lieu de ressasser de sombres pensées. Venez, je vais vous présenter.
Et la sorcière saisit le jeune homme par le bras, l’entrainant à sa suite vers les autres invités.
Le maître de maison agita une minuscule clochette en argent afin d’attirer l’attention des convives.
— Chers amis, nous allons à présent commencer, et surtout régalez-vous !
Dans la salle à manger, la table était dressée avec treize couverts et chacun prit place à l’endroit désigné par Nicolaï. Un loup-garou en tenue de livrée entra dans la pièce avec un plateau de toasts apéritif.
Puis les plats se succédèrent, délicieux, personnalisés, chaque convive ayant un met différent de celui de son voisin. Ethan retrouva les saveurs de son enfance, il n’avait jamais rien mangé d’aussi bon depuis bien longtemps. Le repas se termina en apothéose par treize desserts au goût de chaque convive.
Puis, le maître de maison trinqua à la santé de ses invités.
— Mes chers amis, ainsi s’achève votre dernière soirée sur terre, il est temps à présent de franchir le passage vers l’autre monde.
Chacun se leva en silence sauf Ethan qui était le seul à ne pas comprendre les paroles de Nicolaï.
— Que se passe-t-il ici ? demanda-t-il avec inquiétude.
La sorcière s’approcha de lui, le saisissant par le bras.
— Venez, nous devons suivre le passeur qui nous emmène dans l’au-delà.
— Mais, je ne suis pas mort !
— Bien sûr que vous l’êtes, comme nous tous d’ailleurs. Pour ma part, à cause d’un cambriolage qui a mal tourné.
Et sur ces paroles, elle souleva son chapeau qui laissa apparaitre un trou sanguinolent sur sa tempe droite, qu’une balle de révolver avait traversée.
À cet instant, le heurtoir de la porte signala une présence sous le porche. Le vampire alla ouvrir, perplexe.
Un jeune diable attendait sur le perron, portant sa tête sous son bras, tranchée net par un coup de hache.
---------------
— Allez… un, deux, trois, on choc. Encore, un, deux, trois, on choque.
La poitrine de l’homme se souleva dans un ultime sursaut et le cœur se remit à battre.
— Vous pouvez dire que vous avez eu de la chance ce soir, déclara le pompier.
Ethan reprit peu à peu ses esprits, il était allongé dans l’herbe mouillée, près de la carcasse de sa voiture, démantelée par les secours.
Son bras et sa tête le faisaient atrocement souffrir, il avait froid, mais il était en vie.

Le lendemain dans son lit d’hôpital, le jeune homme resta perplexe en lisant les gros titres du journal :

DÉCOUVERTE MACABRE DANS UN MANOIR ABANDONNÉ, LES TREIZE MORTS D’HALLOWEEN.

212

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,