3
min

Les stilettos irisés

503 lectures

108

Qualifié

« Tu vas bien ? Sylvie claque deux bises sur les joues légèrement fardées de Martine.
— Ben, je reviens de la clinique vétérinaire, il n’en a plus pour longtemps...
— Courage ma grande, reprend-elle en enlaçant son amie.
Sylvie recule, scrute en souriant la tenue de Martine.
Elle n’arrive pas à détacher ses yeux des escarpins de son amie.
— Whaou, c’est des Fredetto ? on dirait qu’ils sont faits d’ailes de papillon.
Martine retrouve un peu d’entrain :
— J’avoue, ils sont beaux hein ? et souples et solides avec ça. Rien à redire je les adore. »
Bloggeuses de mode, toutes deux ont la prestance teintée de gouaille des vraies parisiennes. Elles se sont bien trouvées.
La petite rousse à la peau claire, toujours une blague d’avance c’est Sylvie
L’autre, grande aux yeux noisette, c’est Martine.
Elle est une référence pour plusieurs millions de followers.
Son animal de compagnie, Kiam, aux grands yeux violet et jaune a sa propre page facebook.
Il dépasse sa maitresse en nombre d’abonnés.
Hélas, Kiam est en soins palliatifs.
Sa maitresse et ses fans se préparent pour les obsèques.
C’est d’ailleurs pour cela qu’elles se sont donné rendez-vous rue du Faubourg Saint-Honoré.
Les enseignes de prestige leur font les yeux doux pour qu’elles daignent porter leur griffe.
Elles n’ont pas parcouru cent mètres que leurs bras sont lestés de sacs aux sigles prestigieux. Aujourd’hui, leur récolte ne comprend que des articles aux teintes sombres, choisis pour la triste occasion.
Elles arrivent à la hauteur du chausseur Charles Henri Fredetto.
C’est Le célébrissime maroquinier qui les hèle depuis le sas de la boutique : « Mes amies, quelle surprise, Martine ma douce, dis-moi, Kiam va mieux ? Sans attendre la réponse il ajoute, je lui ai fait faire des gants sur mesure ! Entrez, entrez donc ! »
Pas étonnant que Fredetto choie ses deux protégées.
Son chiffre d’affaire s’affole à chaque modèle porté par ses muses.
Il propose « Dites-moi mes belles, ça vous dirait de visiter La Fabrique? Je donne une réception. Rien que des invités privilégiés, tout le gratin de la mode y sera.
— Super, dit Sylvie, puis s’adressant à Martine, ça va te changer les idées et puis on pourra se goinfrer de petits fours de chez Chermas. Dis-moi qu’on ne va pas rater ca !
Martine avait vaguement pensé passer à la clinique, faire du binge watching devant Netflix, Kiam sur ses genoux.
Mais à l’idée de découvrir les secrets de fabrications des Fredetto elle décide :
— Ok, on se voit demain alors, mais c’est moi qui t’emmène ».
À de rares occasions, le labo situé dans « La Fabrique », à deux heures de Paris est ouvert aux visiteurs.
Une légende urbaine court sur ce lieu mythique.
On raconte qu’une pièce secrète y héberge le généticien maudit Trenlegy, recherché pour manipulation génétiques interdites.
C’était avant la grande révolte.
Les expérimentations délirantes avaient conduit à trop d’abus.
En particulier pour les N.A.C.G.M (nouveau animaux de compagnie génétiquement modifiés). Certains avaient développé un langage articulé : des gènes humains avaient été utilisés.
Depuis, toute expérimentation sur le vivant est rigoureusement prohibée.
Il ne reste de cette époque que des lapin-kangourou angora à toison multicolore.
Ils sont stériles, comme tous les N.A.C.G.M.
Kiam en est le dernier survivant.
Le lendemain, la petite voiture électrique vert pomme slalome sur le périphérique.
Martine conduit.
À son habitude, elle a débranché le système de pilotage autonome.
Les hauts parleurs diffusent une litanie étrange, dodécaphonique, du Ligeti ?
La route les aspire dans son hypnotique et infini défilement.
Capote relevée chevelure au vent, Sylvie fait voler ses mèches rousses et bouclées telle une queue d’écureuil. Martine, elle, laisse la brise décoiffer son opulente toison châtain.
Elles longent enfin la longue muraille de pierres couverte de vigne vierge qui ceint la maison mère Fredetto.
On devine le haut manoir au milieu d’une forêt assez dense.
Elles trépignent de joie à l’idée de côtoyer les stylistes les plus en vogue.
Soudain, la musique s’interrompt. C’est Le g-phone de Martine qui diffuse sur les haut-parleurs. « Communication urgente, la voix est teinté de commisération, madame, nous vous prions de nous contacter dès que possible au sujet de Kiam. »
Martine sent son estomac se nouer, des larmes lui piquent les yeux.
Elle avance une main vers les mouchoirs dans la boite à gant.
Elle ne se rend pas compte du mouvement brusque qu’elle impulse au volant.
Le véhicule est projeté sur le mur d’enceinte.
La voiture y crée une brèche et à peine ralentie, elle s’engouffre dans la propriété.
Un choc sourd.
Un corps souple et massif a stoppé le véhicule.
Le pare brise vole en éclat, les airbags se gonflent.
La scène se fige dans un brouillard de fumée blanche.
Étourdies les deux amies s’interrogent du regard : toutes deux sont indemnes.
Elles s’extirpent de la voiture.
Elles observent la bête à terre devant leur E-car.
Une minuscule tête de cerf surmonte un corps massif aux membres ridiculement frêles.
Ce qui saisit les deux amies, c’est son cuir, composé d’écailles ornées de flamboyantes figures de plume de paon.
Elles reconnaissent immédiatement ce motif.
Entre le dégout et l’horreur elles baissent les yeux sur les stilettos Fredetto de Martine.
L’animal chimérique halète dans son agonie.
Il les supplie du regard.
Martine ne pense pas, elle sent une rage mêlée de pitié s’emparer d’elle.
De sa main droite, elle retire un stiletto qu’elle brandit au-dessus de sa tête puis l’abat d’un geste aussi puissant qu’inattendu sur le monstre blessé. Le talon de 10 cm s’enfonce dans l’œil minuscule.
L’animal tressaille.
Un improbable « Merci » faible et caverneux sort de la gorge de l’animal. C’est la fin.
C’en est trop pour Martine qui s’écroule évanouie à côté du cadavre. Sylvie, pétrifiée, pleure silencieusement.
Rien ne sera plus comme avant.

PRIX

Image de Printemps 2018
108

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Dominique Alzerat
Dominique Alzerat · il y a
Merci Fabienne de votre commentaire,
en effet, le contexte de mon histoire est éludé. Et il manque les images...

·
Image de Fabienne BF
Fabienne BF · il y a
Etrange sentiment d'être passée à côté de pas mal de choses, des détails m'échappent mais malgré cela vous m'avez emmenée jusqu'au bout de l'histoire, avec plaisir ! Je me suis laissée porter par votre style alerte et toutes vos trouvailles. Récit réjouissant (et un peu angoissant aussi!)
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
De mon côté, je suis en compétition pour Imaginarius 2017 (sujet : la brume) : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Dominique Alzerat
Dominique Alzerat · il y a
Merci pour vos voix, je vais lire votre brume.
·
Image de Eowyn
Eowyn · il y a
Un recit à la Boris Vian. Je vote . Je vous propose de découvrir mon dernier récit en lice pour le prix imaginarius : la recluse de l'étang bleu.
·
Image de Dominique Alzerat
Dominique Alzerat · il y a
Merci de votre comparaison, je vais lire votre texte.
Bonne année.

·
Image de Pat O'Tellin
Pat O'Tellin · il y a
C'est vraiment chimérique :-)
·
Image de Dominique Alzerat
Dominique Alzerat · il y a
Oui, mais des choses qui paraissaient chimériques, comme le clonage se sont avérés possible, sans compter les horreurs de utilisation des corps des camps de concentration.
Bonne année.

·
Image de Hany
Hany · il y a
Bravo, mes voix !! si vous avez un moment merci d'aller lire et si le cœur vous en dit de...voter pour http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lame-de-glace bonne fête de fin d'année !
·
Image de Dominique Alzerat
Dominique Alzerat · il y a
Merci de votre retour Harry.
·
Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
Bon texte. Mes voix pour vous. Venez me lire et éventuellement votez pour "la princesse Alexandra" en route pour IMAGINARIUS ici : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-princesse-alexandra
J'aime · répondre

·
Image de Dominique Alzerat
Dominique Alzerat · il y a
Merci Didier, le soir est arrivé, allez rejoindre votre princesse.
·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
La délivrance... Un monde assez terrifiant, une écriture agréable.
·
Image de Dominique Alzerat
Dominique Alzerat · il y a
On achève bien les chevaux...
Merci de votre commentaire.

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un monde de SF très original et très vivant avec des situations inquiétantes qui interpellent. Bravo, Dominique. Vous avez mes cinq votes.
J'ai un sonnet qui devrait ne pas vous déplaire : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mumba Bonne journée à vous

·
Image de Dominique Alzerat
Dominique Alzerat · il y a
Merci Jean, Mumba m'a émue.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Dominique ! Vous avez soutenu mon sonnet Mumba et je vous en remercie.
J'ai le plaisir de vous inviter à une promenade dans les dunes si vous en avez le temps : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/me-chienne-ianna-dans-les-dunes
Bonne journée à vous

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Un grand merci pour votre sympathique retour sur mon sonnet, Dominique. Bonnes fêtes à vous.
·
Image de Jean-Claude Renault
Jean-Claude Renault · il y a
Une chute écrite avec talon. Une ambiance mag'nifaïke. Mes votes de L G M, lecteur génétiquement modifié.
·
Image de Dominique Alzerat
Dominique Alzerat · il y a
Ben oui, à l'inverse d'Achille mon héroïne a un talon puissant.
Je cours lire vos œuvres.

·