3
min

Les soirs de brume

Image de Lonewolf

Lonewolf

503 lectures

260 voix


Plusieurs siècles que ça dure, plusieurs siècles et pourtant personne n’a jamais trouvé la clé de cette énigme. Une fois par génération, dans des circonstances similaires, la ville de Grenoble est le théâtre d’un meurtre aussi horrible qu’inexplicable.
Une brume se lève, une brume si épaisse qu’elle semble rendre l’air solide. Une brume qui transperce les corps et les esprits. Poisseuse et froide, empêchant de voir à plus d’un mètre. Et chaque fois que cette brume se lève, le lendemain on découvre un corps sous les arches d’un des ponts qui traverse l’Isère. Un corps de femme, toujours, un corps qui semble avoir été dévoré, digéré presque. Ces dernières années dès que la brume se lève, les services de police quadrillent les berges, mais ils arrivent toujours trop tard. Comment pourrait-il en être autrement finalement ? Cette brume n’est pas naturelle, et même si certains le croient, la majorité préfère penser que ce ne sont que des racontars de superstitieux. Mais moi je connais la vérité, l’horrible et terrifiante vérité. Une fois par génération, un monstre qui dort dans les profondeurs de l’Isère se réveille. Affamée, cette créature gémit et un homme l’entend, parce que c’est son rôle. Il sait qu’il va devoir agir. Il vit comme son père et le père de son père et ainsi de suite depuis des générations dans une vieille ferme située près des berges de l’Isère, loin de la ville. Quand il entend la créature, il se rend dans la grange attenante pour un rituel hérité par le sang de ses ancêtres. Un rituel qui lui permet de fabriquer un élixir, et qu’il ne peut accomplir que lorsque la créature est éveillée, ses gémissements se liant aux psalmodies qu’il doit réciter. Un rituel qui déclenche aussi la levée de la brume. Une fois l’élixir en sa possession, il grimpe dans une embarcation sur l’Isère aussi vieille que la créature, embarcation à laquelle est attachée la cage dans laquelle elle est enfermée. Il remonte la chaîne suffisamment pour la traîner et descend l’Isère en direction de Grenoble. La brume se lève doucement et ce temps lui sert. Il lui permet de trouver celle qui nourrira la bête. Accostant à l’Île Verte, il part en direction du cœur de la ville étudiante en recherche de cette pauvre femme. Facile de trouver des étudiantes seules dans les rues piétonnes, ou bien aux Halles. Une fois qu’il a trouvé celle qui sera sacrifiée, il lui injecte l’élixir par une seringue. La pauvre se sent faible, l’élixir n’est pas mortel pour les humains mais il affaiblit l’organisme à tel point qu’il se propose de raccompagner la jeune femme. Mais ce n’est pas ce qu’il fait. Il remonte dans l’embarcation et ouvre la cage de la bête. Celle-ci liée par une chaîne ne peut s’enfuir à son gré, mais elle sort de sa cage, cherchant de la nourriture. C’est alors que l’homme fait descendre la femme dans l’Isère attachée par une corde, et qu’il laisse la bête se nourrir. L’eau se met à bouillonner, alors que le monstre arrache les chairs de celle qui par son sacrifice l’empoisonne avec l’élixir. Lorsque la bête s’apaise, l’homme, grâce à la chaîne, l’enferme à nouveau dans la cage. L’élixir ne la tue pas, mais provoque un sommeil qui durera une génération, dans le meilleur des cas. Puis il abandonne le cadavre sous un des ponts lorsque la brume est à son paroxysme. Voilà pourquoi aucune caméra n’a jamais pu identifier cet homme ou même le voir passer sur l’Isère avec son étrange embarcation. Tel Charron traversant le Styx, il repart ensuite en direction de la ferme et fait descendre la cage dans le plus profond des méandres de la rivière. Et voilà pourquoi dès que la brume se dissipe, les forces de police ne trouvent jamais que le cadavre déjà atrocement mutilé. Le temps d’arriver au bord de l’Isère et d’en chercher la trace, l’homme est déjà loin.

Pourquoi vous n’en avez jamais entendu parler ? C’est simple, si les habitants avaient connaissance de ces meurtres, que croyez-vous qu’il arriverait à part une panique les jours de brume ? Non bien sûr, peu de gens ont eu vent des rumeurs qui circulent, et personne n’a conscience de ce qui se trame réellement. Comment le sacrifice d’une jeune femme permet à toute une région de ne pas subir les assauts d’une créature maléfique venue d’âges ancestraux. Comment par la mort d’une seule, on sauve des milliers d’autres. Vous me direz que ça n’excuse rien et que cet homme est un meurtrier. Qu’il est coupable d’une complicité bestiale avec ce monstre et vous auriez raison. Mais ce serait voir dans ce meurtre un plaisir qu’il ne ressent pas. Mettez-vous une seconde à sa place, choisir une jeune femme pour en faire la victime du monstre. Choisir de faire cesser une vie pour le bien de tous. Quel horrible destin que le sien. Mais je vous vois venir, comment suis-je au courant si personne ne sait tout ça ? Et pourquoi je vous en parle ?

Simplement parce que je sens arriver le crépuscule de ma vie, je suis vieux, fatigué, et je n’ai pas eu d’enfant. Ainsi ma lignée va s’éteindre avec moi. Et lorsque la bête se réveillera, plus personne ne pourra fabriquer l’élixir. Plus personne ne pourra l’apaiser et l’endormir. Je me devais de vous prévenir, car désormais les soirs de brume, méfiez-vous de l’Isère : vous pourriez bien faire la rencontre de ce monstre. S’il s’éveille entièrement, il se détachera de ses chaînes sans difficulté et se libérera de sa cage avec la facilité d’un enfant sortant d’un château en carton. J’étais le dernier des geôliers, et désormais plus rien ne la retiendra.

260 VOIX

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Didier Lemoine
Didier Lemoine · il y a
Je viens de lire votre texte Lonewolf, je l'avais raté ! Il n'est pas trop tard pour bien faire. Je vous offre quelques voix supplémentaires. Bonne chance.
·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci c'est très gentil
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
D’incroyables rebondissements qui tiennent en haleine jusqu’à la fin, d’autant plus que vous avez l’habileté de prendre le lecteur à témoin. J’ai vraiment frémi à cette évocation, vous placez le drame à Grenoble et c’est angoissant, proche de nous (pas par la géographie) Sentiments mitigés à la lecture car histoire terrible et angoissante. Félicitations pour le sens du thriller. Toutes mes voix vous sont acquises.
Deux petites coquilles à faire corriger par Short :
Un des ponts qui traversENT l’Isère
Et : Charon (un r)
Petite remarque quant à la publicité, dont vous parlez plus bas : je trouve qu’elle s’est faite particulièrement insistante dans ce prix. C’est à votre honneur de ne pas en avoir trop fait, d’ailleurs le jury vous a placé finaliste.
Cela dit ce n’est pas interdit de venir me lire (sourire)

·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci pour les commentaires et la relecture attentive (et les coquilles en effet!) j'irais vous lire avec plaisir n'en doutez pas avec autant d'attention et de bienveillance
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Merci beaucoup Lonewolf, belle journée à vous en ce lundi matin !
·
Image de Noellia Lawren
Noellia Lawren · il y a
j'adore, j'adore, c'est prenant et très bien écrit , bravo mon vote +5
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/un-dernier-baiser-1

·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci beaucoup ça me touche
·
Image de BrettyG
BrettyG · il y a
C'est positivement terrifiant... Et très bien raconté... Tous mes votes ! Bonne chance pour la finale ! http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/jattends-que-le-jour-se-fasse

http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/lumiere-24

·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci pour votre commentaire
·
Image de Chantal Noel
Chantal Noel · il y a
J'étais passée à côté de ce texte, je le découvre avec plaisir, j'ai été emportée du début à la fin. Mes 5 voix.
·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci beaucoup, j'avoue ne pas avoir l'expérience et la technique de publicité de certains ;)
·
Image de Vaucey
Vaucey · il y a
Une histoire à donner des frissons dans le dos, magnifiquement narrée :) bravo :)
·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci beaucoup!
·
Image de Zoé.L
Zoé.L · il y a
Bonne chance pour votre texte (+5).
·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci beaucoup pour votre vote!
·
Image de Nualmel
Nualmel · il y a
Histoire bien construite et effrayante comme un conte peut l'être parfois. La brume est centrale, le thème est respecté !
·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci j'espère que l'histoire plaira jusqu'à la fin des votes ;)
·
Image de Marco
Marco · il y a
Je viens un peu après le gong (comme on pourra le dire), pour apprécier votre oeuvre.
·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci, ce n'est jamais trop tard pour découvrir un texte ;)
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Bonjour Lonewolf,
Mon soutien et toutes les voix dont je dispose actuellement (+4).
En partie, selon moi, grâce au présent de narration, vous avez su m'emporter avec vous dans votre contrée grenobloise.
Le thème de la brume est très bien traité et je vous avoue avoir frissonné tout au long de votre récit.
La chute est par ailleurs excellente et prégnante. Bravo !
Dans l'esprit de partage inhérent à ce site, puis-je vous inviter à découvrir "Inappétences" ?
Tous mes voeux pour le podium et à bientôt je l'espère,
Tranquillou974

·
Image de Lonewolf
Lonewolf · il y a
Merci pour votre commentaire étoffé et clairement explicité, j'irais avec plaisir lire vos écrits.
·
Image de Tranquillou974
Tranquillou974 · il y a
Soutien et vote plus que mérités, Lonewolf !!
Merci d'avance pour le partage.
Bien à vous et au plaisir,
Tranquillou974

·