Les sirènes du RER C

il y a
3 min
2895
lectures
2944
Lauréat
Public
Recommandé

C'est très gentil à vous de m'avoir accueillie sur la planète des courts. C'est comme si je revenais enfin à moi-même après une longue errance. Je réalise aujourd'hui avec stupéfaction que ma  [+]

Image de Les 40 ans du RER

Thème

Image de Très très courts
Commissaire : Nom, prénom, métier ?
Robert : Robert Roturier, concessionnaire auto itinérant, petit usager des transports en commun comme tant d'autres, autour de 2,7 millions de voyageurs par jour selon une étude récente.
C : Que faisiez-vous samedi dernier dans la matinée ? Vous êtes soupçonné d'avoir troublé la quiétude de cinquante jeunes demoiselles dans le RER C.
R : Mais ce sont elles qui ont commencé monsieur le commissaire.
C : C'est ce qu'on va voir, poursuivez !
R : Alors... J'avais rendez-vous ce matin-là avec une de mes clientes, elle devait m'attendre sous l'orme situé juste à la sortie de l'arrêt Les Saules. En manque cruel de carburant stimulant et de moteur de bonheur, cette dernière voulait échanger sa petite coccinelle essoufflée contre un coléoptère géant de 580 ch, qui seul saurait la combler. Ma pauvre cocotte ! Combien de poètes en quête de poids lourd se sont pris la tête à rêvasser là-dessus et ils ont tous fini par se casser les roues ? Moi, j'avais un voisin qui...
C : Aux faits, aux faits monsieur Roturier !
R : J'y viens. Alors, ce matin-là, j'avais l'esprit si tourmenté par tous les arguments pertinents à avancer à ma cliente que je n'avais pas vu le train approcher. Ainsi son entrée en gare de Petit Jouy en l'air me fit sursauter en arrière.Trop content de pouvoir enfin monter à bord, je poussai un petit cri triomphant en me pourléchant les babines, tel un chasseur de trésors qui vient enfin de tomber sur le train rare. L'instant d'après j'étais déjà grimpé dedans, mais quelle ne fut pas ma surprise quand je me suis retrouvé au milieu d'une cohorte de jeunes demoiselles, les unes plus belles que les autres. Étais-je tombé sur un coin du paradis réservé aux femmes uniquement ? Et quand je dis femmes, c'est une façon de parler. Bien qu'elles étaient toutes dotées d'un corps humain, cela se voyait tout de suite que c'étaient des sirènes déguisées.
C : Hum, êtes-vous sûr de ce que vous nous avancez là ? Je vous rappelle que chaque élément merveilleux pourrait être retenu contre vous.
R : Si, si je vous assure, c'étaient de pures sirènes déguisées. Leurs petits haillons d'algues fabriqués au crochet et qui faisaient office de robes n'arrivaient à couvrir aucune partie du corps. Autant dire qu'elles étaient complètement à poil avec un effet d'écailles argentées à l'arrière-train ; ce qui n'était pas sans évoquer la nostalgie de la queue perdue. Rajouter à cela qu'elles avaient une drôle de façon de se mouvoir en l'air en frôlant à peine le sol et puis on pouvait percevoir dans leurs yeux bleu roi le mystérieux miroitement des eaux profondes. Sans compter que mes compagnes de voyage avaient plein de coquillages incrustés dans les cheveux. Dès qu'elles me virent, elles poussèrent des cris de joie mêlés d'admiration, comme si elles avaient vu le roi d'Ithaque en personne, après quoi elles se précipitèrent sur moi et se prosternèrent à mes pieds, fredonnant toutes en chœur : « Longue vie à notre roi, longue vie à notre roi ! »
« Quel roi ? Si c'est une blague ce n'est pas très drôle », m'écriai-je, indigné, croyant avoir affaire à des sirènes déjantées, qui s'étaient trompées de royaume.
Mais ma remarque pourtant si explicite n'avait pas trop l'air de les intimider. Bien au contraire, je n'eus droit en guise de réponse qu'à quelques éclats de rire enjoués qui vibrèrent dans mon corps entier.
Un peu décontenancé je fis mine de plonger dans ma lecture, même si je savais que cela ne m'aiderait pas à me tirer d'affaire. En effet, je n'avais pas encore eu le temps de lire la première phrase que l'une des filles prit mes pieds dans ses mains, une deuxième me coinça les mains entre ses pieds, une troisième se mit à me caresser les joues, mais je voyais bien qu'elle m'avait mise en joue.
Loin de me laisser démonter par ce traitement « privilégié », je décidai de prendre les choses en main, avant que tout cela ne dérape en naufrage consenti. Alors je leur dis : « Eh bien les filles, vous l'aurez voulu, vous voulez un roi, vous allez avoir un roi ! »
Là-dessus je me relevai avec détermination en tâchant d'adopter la posture la plus royale possible : « Eh eh, les courtisanes, c'est votre roi qui vous parle. Je vous ordonne de descendre à l'arrêt suivant, je répète, je vous ordonne de descendre à l'arrêt suivant ! Décret du roi d'Ithaque. »
Je n'avais pas encore fini de parler que mes belles soumises se ruèrent toutes sur les portes de sortie, sans même prendre la peine de m'adresser un petit geste d'adieu. Par pure chance les filles sont tombées sur l'arrêt Choisy-le-Roi. Avec tous ces beaux châteaux que je devinais aux alentours elles devraient pouvoir trouver de quoi se divertir. Et moi aussi je n'allais pas tarder à descendre, car à seulement un arrêt d'ici une cliente hésitante en quête d'essence existentielle m'attendait. Certes, je ne suis pas un roi, mais cela ne m'empêche pas pour autant de toucher des royalties. Je suis fort moi, je sais flairer les affaires en or qui flottent dans l'industrie automobile.
C : Eh bien, justement en parlant d'automobile je vous conseille dans l'avenir de vous limiter aux sirènes pour voitures. Cela vous évitera les têtes-à-queue de poisson.

Recommandé
2944
2944

Un petit mot pour l'auteur ? 1195 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Tubal Amiot
Tubal Amiot · il y a
Hahahaha toujours coquine.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
C'est encore vous Tubal? Je vais finir par penser que vous aimez bien ce que je suis en train d'écrire.
Image de Pingouin
Pingouin · il y a
Etant donné que vous semblez apprécier mes écrits je me permet de vous suggérer de lire "Rêves" qui est trés ancien mais qui devrait vous plaire. Avec toute mon amitié.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
aha, je vais voir ça de plus près.
Image de Graloup
Graloup · il y a
Si j'avais été à la place de votre héros, roi d'Ithaque, je sais bien ce que j'aurais demandé à la plus délurée sirène agenouillée à mes pieds...Je l'ai déjà signalé par ailleurs (s'il vous plaît, n'allez pas me dénoncer),je suis un grand-père vert.
Votre récit est excellent.

Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Un grand-père vert qui ne manque pas de passion ni de tonus, enfin j'espère! Merci pour votre passage Graloup!
Image de Armand Armandl
Armand Armandl · il y a
Ah merci pour votre plume qui peut nous proposer de lâcher nos repères.
Je voyage avec Vivant et J'aime.
Armand

Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Merci à vous d'être passé!
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
J'ai beaucoup aimé. Bonne journée
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Merci pour votre visite inopinée qui m'a fait très plaisir. je vous réponds avec du retard désolée!
Image de jusyfa *** Julien
jusyfa *** Julien · il y a
Bonjour chère Elena, je reviens vers vous car J'ai eu le plaisir d'apprécier votre belle plume et vous avez été sensible à certains de mes écrits ( à chacun sa justice ) en particulier.
Si vous en avez l'envie, Je vous propose une nouvelle (policier/ thriller) en lice du GP été :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/sofia-4
à bientôt.
Julien.

Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Cher Julien, je suis désolée de vous répondre avec du retard, comme je suis pas souvent sur le site, mais sachez que vos retours me m'alimentent très positivement à chaque fois. Merci!
Image de Robert Pastor
Robert Pastor · il y a
Eh bien quel talent... Cela paraît si simple, on écrit l'incipit, puis la fin, la chute (dans le bon ordre naturel des choses) et il ne reste plus qu'à meubler... Les caractères aussi. Bien entendu. Des rebondissements, une pincée d'autodérision...

Par contre, question chant lexical, personnellement je vois bien, cela est prétentieux, je vous l'accorde, où vous voulez nous conduire... Conduite intérieure.

J'ai mis un temps fou à comprendre la grande et noble lutte du marquis de Sade. Encore aujourd'hui, une partie de moi même me susurre qu'il a poussé le bouchon loin. Mais sans lui, où serions nous ? Encore au moyen âge, à dénicher un autre marquis, au caractère trempé, donnant de sa personne, insensible aux critiques de ses pairs et de ses proches, puisqu'il avait cette certitude de la noblesse de sa lutte chevillée au corps.

Vous philosophez... Et la maïeutique, que je pensais à tort, qu'elle fusse réservée à ceux couillus, privés du droit de mettre bas.
Chapeau haut.
Je me serais une fois encore fourvoyé.

Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Cher Robert, merci pour votre lecture et vos mots savoureux et encourageants, je suis vraiment touchée, cela me fait beaucoup de bien de lire vos commentaires, je m'en imprègne comme d'un air de musique savoureuse qui me réchauffe le coeur!
Image de Viviane Levesque
Viviane Levesque · il y a
Ow, très agréable à lire. On est un peu largué si on s'y attendait pas mais fort vite happé et finalement totalement emporté.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
merci d'être passée petite fée Viviane, sachez que votre passage m'a fait très plaisir!
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
J'aime énormément l'écriture, tout comme cet univers déjanté et très punchy. Un récit lunaire, qui fait sourire et rêver. Bravo pour ton imaginaire :)
Image de Michaël Artvic
Michaël Artvic · il y a
Félicitations à vous pour ce prix bien mérité 🌹 amitiés

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le prix à payer

Alizée Villemin

Kam inspira lentement, savourant les senteurs d’humus et de fougères. Tout en bloquant l’air dans ses poumons, elle se remémora les consignes : Regarder droit devant. Ne jamais hésite... [+]


Très très courts

Une flèche décisive

Justine Roux

Le bras tendu, les épaules détendues, il se concentre sur sa cible. Pas de précipitation. Le tir à l’arc est un art délicat. Il se rappelle les paroles de son entraîneur : « Il faut que... [+]