Les pros et nous

il y a
1 min
3
lectures
0

écrire pour se vivre encore et encore, pour jouer avec ses miroirs et ses mémoires. Ecrire pour se voir dans l'autre, pour voir l'autre en soi  [+]

21.11.89 – Le Mans
Quelle dérision, quel incroyable jouet pour inadéquations, le langage des pros.
Les pros de l’ANPE causent. Ils causent. Ils causent : « Il y a une dynamique des CLD », « résumer les potentialités », « gérer le traitement initial de la demande », « pas d’outil unique de la formation », « exploitable en termes de places disponibles ». ils causent parce qu’ils s’emmerdent, qu’ils n’ont finalement appris rien d’autre.
J’ai lu il y a peu un article sur la « pensée créative », cette forme de pensée insoumise, rebelle, qui projette, affronte et prend des paris, des risques, sur l’avenir. Cette pensée-liberté, cette pensée-poésie. Celle qui m’anime et qui ouvre les portes. Qui sort. Qui va prendre un peu l’air pendant que l’autre pensée, la pensée déductive, rationnelle, la pensée-refus, la pensée-paresse, la pensée-peur, la pensée qu’il nous reste, finalement, s’égosille de vérités inadéquates et fermées.
J’ai lu que la pensée créative était plus forte parce que capable de deviner les choses contenues dans le processus à venir. Elle va plus loin et creuse plus profond parce qu’elle n’a pas appris la peur ou s’en est défait, parce qu’elle a inclus dans son mécanisme l’appréhension des directions et des probables. Elle a le goût du vertige et la connaissance des chemins difficiles. Elle sait courir dans le noir.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !