Les premiers pas d'un serial killer

il y a
1 min
86
lectures
20
Couchée, ses seins, c’est deux œufs su’l’plat. Ça change des vaches laitières qui encombrent mes mains la plupart du temps : les sœurs Merry, foutues roulures, qui vous englobent dans leurs nibards.

Celle-là est pure, elle ne dit mot, elle consent à mon extase. Sa peau sans tache éclabousse tout, je ne vois qu’elle, mes yeux s’embrouillent les pinceaux. A ce stade de mon envol, il faut que je me tienne à quelque chose avant de tomber tout à fait. Sous ma main, le lino crasseux m’imprime son code barre. Ça colle un peu, genre l’entrejambe moite d’une concierge obèse un soir de canicule. Ça me ramène à elle, si belle, encore plus maintenant, son ventre comme une ombre au-dessus du duvet blond et gracile. Son corps est fondu au décor et m’absorbe avec lui.

Qu’elle est belle endormie, c’est ainsi que je la voudrais toujours. C’est pas la première pourtant à me prêter son flanc. A d’autres j’ai mordu, j’ai bouffé bien des culs. Les sœurs Merry en tête, en tête-à-tête et à tue-tête, en tête-à-queue de cinq à sept, avec brio et en trio.

Elles, je les baise, jamais je ne les regarde. Je suce leurs gros lolos mous, je lèche leurs gorges grasses, je mastique leurs lippes flasques, je respire leurs peaux jaunes, rances comme du beurre pas frais. Je laisse mes lèvres, ma langue, ma bite divaguer sur mes deux garces. Tout ça, en aveugle, le rut c’est pas beau, le cul c’est vilain, les sexes frottés, affreux.

Mais elle, c’est autre chose. Elle, je la vois pour de vrai. Elle, je la veux, qu’elle s’absorbe en moi à son tour, qu’elle me tienne au chaud, qu’elle me tienne au corps.

Les sœurs Merry, c’est des trous. On y tombe, on s’en relève, écoeuré peut-être, mais intact. Elle, c’est l’infini, on y laisse fatalement sa peau. On ne sort pas indemne de l’innocence.

Sa langue, je l’ai mangée vivante, et j’ai toujours en bouche le goût de ses tétons, ma voix en vibre encore.

Couchée, ses seins, c’est deux œufs su’l’ plat, deux yeux rouges effarés, deux points d’interrogation sourcils froncés sur le ventre creusé, pillé, raclé à l’os.

Ça m’a pris des heures pour la fendre de belle manière, et d’un tranchant net, la vider de quoi l’alourdit, la tire vers la terre.

Maintenant que je sais comment faire, je ferai mieux la prochaine fois.
20
20

Un petit mot pour l'auteur ? 35 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonjour Cendrine.
Un TTC qui réveille !!!
Si ce genre d'histoire vous inspire (il semble que ce soit le cas 🙂) je me permets de vous proposer un vieux texte en libre : "Une si jolie petite robe à fleur".
Bravo pour cette évocation de l'apprentissage d'un sérial killer.
🙂🙂

Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Bonjour Hermann. Je vous ferai un retour sur votre vieux texte... ;-)
Image de Hermann Sboniek
Image de Cerise R.
Cerise R. · il y a
Être dans la tête d’un tueur en série c’est possible grâce à votre plume extrêmement précise, concise, subtile. C’est digne de très bons romans du genre ! Je suis fan. Merci
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Merci beaucoup pour cet agréable commentaire, Cerise. :-)
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
du sévère écrit d'une main ciselée à la tronçonneuse! je partage sur mon fb!
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Merci Patrick. J'espère que mon texte ne fera pas fuir vos amis fb...;-)
Image de Patrick Gibon
Image de A. Nardop
A. Nardop · il y a
J'adore votre macabre esthétique.
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Merci A. Nardop, d'avoir goûté mon esthétique particulière...;-)
Image de Fredo la douleur
Fredo la douleur · il y a
Prometteurs ces premiers pas ! ^^
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
C'est que cet apprenti tueur est très doué ;-)
Image de Vrac
Vrac · il y a
Bel exercice de style, comme quoi le style embellit tout, même le meurtre
Image de de l air
de l air · il y a
Comme quoi c'est pas toujours l'idéal d'être la plus belle. En tout cas, une plume.
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
C'est bon d'acquérir de l'expérience !
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Et pour ça, rien de tel que la pratique! ;-)
Image de Proton40
Proton40 · il y a
C’est tendrement horrible et superbement écrit ! J’aime bien...Mon vote
Image de Didier Poussin
Didier Poussin · il y a
Un véritable boucher
Image de cendrine borragini-durant
Image de Zyablik z
Zyablik z · il y a
Le propos est effroyable, mais le vocabulaire et le style riches et irréprochables font de ce texte un morceau de bravoure. Quelle belle aisance dans l'horreur ! Tu nous fais aimer et désirer ce virtuel abominable, tellement ton écriture est forte et convaincante. On y retrouve les accents des meilleurs thrillers américains. Cendrine, tu es dans la lignée de Thomas Harris ! Félicitations !
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Aimer et désirer ce virtuel abominable. Aimer, passe encore, tous les goûts étant dans la nature ;-) ....mais désirer? Tu es encore pire que moi...;-) (Je te taquine)
Image de Marc D'ARMONT
Marc D'ARMONT · il y a
Parce qu'en plus y a une suite. Je m'en délecte déjà. J'aime ces textes originaux. Bravo
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
La suite est...... moins drôle. Un peu trop gentillette à mon goût... ;-)
Image de Randolph
Randolph · il y a
Quelle douceur ! Et la suite sera pire ??
Je n'écris pas dans le même registre, mais si vous voulez bien passer lire "Au loin" (finale cette semaine !), ainsi que "La bulle et la carapace", ce serait un plaisir pour moi, bonne journée, Cendrine.

Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Je suis très douce en effet ;-)
Trêve de plaisanterie : j'avais lu votre poème et pensais même avoir voté...C'est chose faite avec certitude maintenant. C'est délicat de votre part de proposer en réponse à mes petites horreurs votre poème lumineuse. :-)

Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
* poésie lumineuse, of course ;-)
Image de Paul Thery
Paul Thery · il y a
Il a un problème ce garçon
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Être serial killer est, c'est vrai, un problème. Pour les autres surtout... ;-)
Image de Alkos
Alkos · il y a
Dans la tête d'un tueur… J'attends la suite.
Image de Philippe Salort
Philippe Salort · il y a
Vite, la suite !
Hannibal Lecteur

Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
La suite est plus...je n'ose dire "douce", plus soft ;-)
Image de Benjamin Meduris
Benjamin Meduris · il y a
Toute la perversité d'un serial killer ( un quoi ?) retranscrite ici pour notre plus grand plaisir !
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Je poste de ce pas la suite, vous verrez que mon serial killer a "drôlement" progressé.... ;-)
Image de Isa. C
Isa. C · il y a
Ah oui quand même !
Image de cendrine borragini-durant
cendrine borragini-durant · il y a
Les artistes sont toujours un peu...particuliers... ;-)

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Grim Reaper

Medulla Oblongata

L’ironie dans tout ça, c’est que c’est moi la porte maintenant. Celle que vous franchissez quand vous passez de vie à trépas. Vous quittez une pièce pour entrer dans une autre. Je suis la... [+]


Très très courts

Shadows

Lucien Blard

La maison me déplut d’emblée. Pas seulement à cause de son aspect lugubre, mais parce qu’il s’en dégageait quelque chose de malsain, comme si un venin l’imbibait jusqu’aux poutres... [+]