Les premiers pas d'un serial killer

il y a
1 min
106
lectures
20
Couchée, ses seins, c’est deux œufs su’l’plat. Ça change des vaches laitières qui encombrent mes mains la plupart du temps : les sœurs Merry, foutues roulures, qui vous englobent dans leurs nibards.

Celle-là est pure, elle ne dit mot, elle consent à mon extase. Sa peau sans tache éclabousse tout, je ne vois qu’elle, mes yeux s’embrouillent les pinceaux. A ce stade de mon envol, il faut que je me tienne à quelque chose avant de tomber tout à fait. Sous ma main, le lino crasseux m’imprime son code barre. Ça colle un peu, genre l’entrejambe moite d’une concierge obèse un soir de canicule. Ça me ramène à elle, si belle, encore plus maintenant, son ventre comme une ombre au-dessus du duvet blond et gracile. Son corps est fondu au décor et m’absorbe avec lui.

Qu’elle est belle endormie, c’est ainsi que je la voudrais toujours. C’est pas la première pourtant à me prêter son flanc. A d’autres j’ai mordu, j’ai bouffé bien des culs. Les sœurs Merry en tête, en tête-à-tête et à tue-tête, en tête-à-queue de cinq à sept, avec brio et en trio.

Elles, je les baise, jamais je ne les regarde. Je suce leurs gros lolos mous, je lèche leurs gorges grasses, je mastique leurs lippes flasques, je respire leurs peaux jaunes, rances comme du beurre pas frais. Je laisse mes lèvres, ma langue, ma bite divaguer sur mes deux garces. Tout ça, en aveugle, le rut c’est pas beau, le cul c’est vilain, les sexes frottés, affreux.

Mais elle, c’est autre chose. Elle, je la vois pour de vrai. Elle, je la veux, qu’elle s’absorbe en moi à son tour, qu’elle me tienne au chaud, qu’elle me tienne au corps.

Les sœurs Merry, c’est des trous. On y tombe, on s’en relève, écoeuré peut-être, mais intact. Elle, c’est l’infini, on y laisse fatalement sa peau. On ne sort pas indemne de l’innocence.

Sa langue, je l’ai mangée vivante, et j’ai toujours en bouche le goût de ses tétons, ma voix en vibre encore.

Couchée, ses seins, c’est deux œufs su’l’ plat, deux yeux rouges effarés, deux points d’interrogation sourcils froncés sur le ventre creusé, pillé, raclé à l’os.

Ça m’a pris des heures pour la fendre de belle manière, et d’un tranchant net, la vider de quoi l’alourdit, la tire vers la terre.

Maintenant que je sais comment faire, je ferai mieux la prochaine fois.
20

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Post mortem

Luc Lavoie

Dans le silence et la solitude d’un fin rayon de lumière, les cadavres aux sourires idiots marinent au sous-sol. L’odeur y est insoutenable, mais les insatiables affamés dévorent...
Les... [+]

Très très courts

Viande froide

Yann Kral

J’ai mangé mon gros orteil. C’était la meilleure chose que je pouvais faire. J’aimerais poser une date sur cet événement si particulier. Le problème, c’est qu’il s’est déjà passé... [+]