Les poussins

il y a
1 min
415
lectures
29
En compétition
Image de Printemps 2021
Je pensais qu’ils n’allaient pas éclore ceux-là, deux jours de retard estimé sur les vingt-et-un, trop tôt dans la saison, peut-être pas fécondés, trop froid sous la cachette à couver que Colombine, la coquine cocotte s’était dégottée à mon insu.

Ce matin pourtant, six étaient sortis, du noir au jaune en passant par le noir jaune, noir roux jaune, blanc et noir, jaune roux noir, jaune noir. Joie des couleurs.

Plus tard dans la journée, j’en ai réchauffé deux de plus, assistée d’une bouillotte. Encore mouillés de la coquille dont j’ai osé les extraire – il n’aurait pas fallu, ça ne se fait pas, on dit que c’est voué à l’échec, mais quand tu les entends piailler dedans l’ovale matrice devenue prison, refroidis parce que la poule est partie nourrir les six premiers, nés presque vingt-quatre heures avant, qu’est-ce que tu fais, tu les laisses mourir là-dedans ?

Impossible. Tu craques avec mille précautions la coque que le diamant de leur bec a commencé à trouer, tu sors les choses sanguinolentes et presque inertes, presque seulement, tu coupes le cordon qui normalement sèche et se détache seul à la chaleur de la poule.
Et chauffe la bouillotte. Pas question de les mettre sous la lampe, ces deux petits gluants, trop peur de les brûler, de les dessécher, ou quoi encore.

Tu restes quelques heures avec eux dans ton pull, leurs embryons d’ailes ressemblent à des petits bras, la bouillotte en dessous, ta main jamais loin pour tester la température, chaleur, chaleur, chaleur et peau, pendant que d’autres répètent, révisent, réfléchissent, réussissent, font avancer la société, toi tu respires déjà mieux de les entendre piailler et se tortiller de la vie qui les reprend. Lentement les duvets sèchent, d’un petit coup l’œil s’ouvre. Ils sont chauds et vivants. Je te jure c’est quelque chose cette chaleur et cette agitation qui viennent, ces petites paupières qui se soulèvent. C’est une résurrection.
Ensemble ils trouvent la position bénéfique : en croix l’un sur l’autre, les cous emboîtés comme deux pièces de bois.

Puis, à la faveur de la nuit, tu les remettras sous la maman, en espérant qu’elle les reconnaîtra comme siens et que demain, peut-être, si elle ne les a pas becquetés, ni malencontreusement écrasés, elle aura huit poussins.

Ils seront les bi-boules douces et touffues, aux pattes jaunes à modeler. Ils rouleront comme les autres, tout-terrain.
Sinon.
Mais pourquoi prendre toujours de l'avance sur le malheur.
29

Un petit mot pour l'auteur ? 29 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mome de Meuse
Mome de Meuse · il y a
Un texte tendre et délicat... pour un sauvetage tout doux.
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Savoir-faire admirable.
Parfois, savoir laisser faire.
Le texte est délicat, j'apprécie. Et je m'abonne.

Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Mais c'est vraiment bien ce texte aussi délicat et tendre que le sont les poussins. J'apprécie le choix du sujet de ce texte et ce qu'il dégage... Bravo !
Image de Eve Nuzzo
Eve Nuzzo · il y a
Merci Camille, délicatesse coexiste avec cruauté, c'est la vie.
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Oui surtout en ce qui concerne les poussins...
Image de Norsk
Norsk · il y a
Aider des poussins à naître, on ne dirait pas, mais ça demande du savoir-faire !
Image de Eve Nuzzo
Eve Nuzzo · il y a
On ne devrait pas aider, laisser faire la nature, normalement... d'ailleurs les deux petits n'ont pas survécus.
Image de valérie motard
valérie motard · il y a
yes too much
c'est toi c'est ton style et c'est très bon.

mais tu sais bien sûr que c'est toi qu'ils ont vu en premier n'est-ce pas? donc à mon avis tu as dû être bonne pour les réchauffer tous les jours avec ta bouillotte??? ! non?

Image de Eve Nuzzo
Eve Nuzzo · il y a
Merci pour ta visite, Valérie ! Ces deux petits-là n'ont pas survécu longtemps, mais leur texte est toujours là ! J'espère que tu vas bien et je t'embrasse.
Image de Champolion
Champolion · il y a
Hello Eve!
Une douce poésie règne sur ce texte délicat.
Pas besoin de mot d'ordre pour se mettre à la fenêtre et vous applaudir! Vous êtes une authentique soignante, Eve!
Champolion

Image de Eve Nuzzo
Eve Nuzzo · il y a
Une soignante... je ne suis pas sûre. Mais merci pour votre lecture !
Image de Champolion
Champolion · il y a
Hello Eve!
Si! Si! Dans l'esprit .Il n'est pas question de métier ou de diplömes.
Champolion

Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
Une belle plume singulière et une très jolie histoire pleine de couleurs et de tendresse ...
Image de Hortense Remington
Hortense Remington · il y a
j’avais oublié le petit cœur. La faute est réparée.
Image de Juliette Makubowski
Juliette Makubowski · il y a
Le sujet est original ! En plus d’avoir appris des tas de choses sur la venue au monde des poussins, j’ai apprécié un moment plein de poésie.
Image de Cantate
Cantate · il y a
Un bien joli traitement pour un sujet inhabituel. Bravo.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Oh elle est si touchante votre histoire !

Vous aimerez aussi !