Les péchés capitaux

il y a
2 min
206
lectures
19
Qualifié

Bonjour ! J'aime écrire depuis l'enfance. J'ai publié chez Edilivre plusieurs nouvelles et deux romans. Actuellement je n'écris que des fragments. J'aime les textes courts et les longues phrases  [+]

Image de Eté 2016
Ah !... les péchés capitaux, comme ils sont beaux et attrayants ! Les voici qui défilent dans la rue en ce Mardi Gras où tous les excès sont permis.

L’Orgueil est le premier à se présenter, ouvrant la marche comme il se doit. Il a revêtu son habit rouge et or de grand marquis : pourpoint de soie, chaussures à boucles brillantes, perruque poudrée, une baguette d’or à la main. Il se pavane parmi la foule : on le flatte, on l’applaudit. Il a le verbe haut, il rit à gorge déployée. Du haut de sa grandeur, il toise du regard les petites gens. Il porte le nom du plus bel archange : Lucifer !

A quelques pas de lui, une femme au masque de grenouille, verte de jalousie.
L’Envie se tient au ras du sol : de ses yeux globuleux, elle fixe celui qui la devance. Son regard est inquiet, elle voudrait bien être l’objet de tant d’admiration. Mais son œil est triste : le sort ne l’a pas gâtée ! Elle ne parle à personne, se contentant d’envier la beauté des femmes, la richesse des voisins, la prestance et l’assurance des marchands tandis qu’elle bâtit tout un plan de bataille pour les dénigrer dès que l’occasion se présentera.

L’Avarice la suit à pas feutrés sous les traits d un vieil homme sec et décharné, tout de gris vêtu. Un regard fuyant, un nez pointu comme un rat, il va, serrant dans sa poche une bourse pleine d’écus. Il s’arrête devant la banque et, avant d’entrer, jette un regard circulaire pour s’assurer qu’il n’est pas suivi. Dans sa tête il rumine, fait des plans, compte et recompte en pensée ce qu’il possède, ce qu’il convoite. Son bas de laine est plein à déborder : à force de grignoter sur ses dépenses il s’est enrichi à l’excès, cachant sa possession démesurée sous une apparence de modestie et de frugalité.

Poings levés, vêtue de noir de pied en cap, voici la Colère. Elle vocifère et hurle en cassant sa vaisselle sur le trottoir. Ses injures et éclats de voix jaillissent d’un volcan ; elle jette des flammes, se répand en paroles de lave brûlante. Tous s’enfuient en la voyant s’approcher d’eux.

A quelques pas de là, la Gourmandise se promène. C’est un bel homme un peu replet au ventre rose promenant un petit cochon. Son visage est rond, sa bouche pleine, toujours en mouvement. Il s’arrête devant les vitrines, choisit un gâteau par ci, un pâté par là, Il engloutit en hâte tout ce qui se présente, laisse tomber les miettes grasses sur sa chemise ouverte, invite le passant à goûter toutes les bonnes choses de la vie. On l’apprécie : c’est un bon vivant.

Non loin de lui, sa compagne : la Luxure. Chevelure rousse, opulente. Bustier noir et jupe à grosses fleurs jaunes. Ses lèvres sont peintes avec démesure. Elle est entourée d’une horde d’animaux à tête de monstre : crapauds, chiens, grenouilles, satyres au regard perçant, hommes au regard glauque qui se précipitent dans l’impasse où elle fait commerce de ses charmes. Elle ne connaît point la honte ; la jouissance se lit sur son visage enflammé qui dévisage le passant avec insolence.

Enfin apparaît la plus paisible de toutes, portée par un petit carrosse tiré par des loirs. Dame Paresse est étendue sur un canapé violet, négligemment vêtue d’un peignoir. Elle semble sommeiller mais elle est perdue dans ses pensées ; elle regarde passer le temps des autres et se la coule douce en fumant quelques joints qui la transportent dans un monde d’indolence et d’illusions. Elle arbore une devise : « Travailler à ne rien faire ». C’est le secret de son bonheur.

Après les ovations et les rires, les sept péchés capitaux se fondent dans la foule. Le monde en est rempli; chacun les connaît, les honore ou les fuit. A chacun le sien. Il arrive même qu’on fasse leur éloge tant ils nous ressemblent.

19

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !