2
min

Les oiseaux se cachent

Image de Bill Hapax

Bill Hapax

219 lectures

6

Qualifié

Georges Biset est un pigeon. Délaissant la banlieue semi urbaine après son divorce, il a rejoint la grande cité. Paloma, son ex-épouse, une tourterelle turque exilé politique et féministe, a retrouvé le pigeon ramier de son cœur, le ténébreux « El Rouquet ». Ensemble, ils se sont envolés un matin de janvier pour rejoindre la chaleur ibérique.

Tant mieux, pensa Georges. Depuis quelques temps, Paloma ne supportait plus l’hiver et Georges, ou seulement Georges ? L’arrivée du Rouquet avait changé la donne. Dorénavant, Georges Biset peut consacrer ses temps libres à la lecture, aux visites de musée et autres monuments historiques.

Cet après-midi, le ciel est dégagé. Il fait bon planer en suivant le grand fleuve. Attention, en aucun cas Georges Biset ne s’abreuve dans l’eau souillée. Il connaît trop bien les quantités de déchets versés en amont de la ville. Lui-même, une fois peut-être, a chié dans l’eau. C’était pour se venger d’un humain qui voulait l’écraser.

Alors qu’il s’approche du centre, il fond sur la verrière d’un bâtiment d’époque, à côté du fleuve. Ébloui par la réflexion, il n’a pu résister. Là, les deux pattes agrippées sur le châssis, il contemple le vaste intérieur par une lucarne entr'ouverte.

Majestueux, couvert de bois, Georges Biset songe. Parfois, l’humain réalise de beaux ouvrages. Tout en discrétion, il s’introduit et se niche illico dans la première tribune venue. Les humains ne regardent plus là-haut. Depuis son poste, il observe. En bas, sur des gradins disposés en demi-cercle, la multitude s’agite. Un petit monsieur au milieu d’une estrade ridicule orchestre ce brouhaha.

Habitué aux bruits de la ville, Georges s’assoupit. Il se repasse les histoires d’Alexandre-César, son grand-père, le voyageur, celui qui avait fait la guerre. Bon, celui qui avait connu la guerre. Les pigeons n’ont jamais tué personne. Plus tard, l’électricité avait interrompu de bons et très anciens services. Touché en plein vol, son père Léopold avait tenté une reconversion dans les concours. Victime de colombophiles sans scrupule, contrôlé positif à la cocaïne, il avait échoué dans une réserve au Sud de la cité.

Georges naquit là. Peu à peu, après avoir échappé au contrôle des humains, Georges s’était émancipé. Il vivait en pigeon libre. Il ne mangeait pas tous les jours à sa faim, mais volait sans compter. Derrière une fenêtre bien située, Georges avait suivi quelques leçons à l’école élémentaire et se piquait de connaître un peu de l’histoire des humains.

Aujourd’hui, sortant de sa torpeur, dans cette énorme bâtisse, Georges se rend compte que la verrière a disparu, enfin non, il ne sait plus où elle se trouve. Un vol de reconnaissance permettrait de localiser l’ouverture. Tout engourdi, il décolle de travers. Sous l’effet du stress, lâche une fiente. En bas, tandis que la salle principale se vide, la microbombe touche sa cible. D’ordinaire, chacun vit en bonne entente. Les humains évitent les fientes et les pigeons évitent les humains.

Aujourd’hui, ceux d’en bas semblent s’énerver de sa présence. Repensant alors à son grand-père, Georges tente de rationaliser. La verrière, à tout prix retrouver la verrière.
Plus il cherche la sortie, plus les humains s’excitent. Sans qu’il ne puisse se l’expliquer, la salle entière gronde. Alors, Georges Biset, le pigeon qui avait su garder tout son calme lorsque Paloma l’avait quitté, Georges se voit gagner par une peur panique. Il fonce sous les hauts plafonds, cherchant une improbable issue de secours.

Un terrible cache-cache commence. Des humains armés de perche grimpent le long d’échelles sans fin, Georges virevolte. Il tourbillonne sous les plafonds pour se cacher. Un humain au casque doré le déloge et Georges reprend son ballet. Quelques secondes de répit sur une balustrade avant qu’un autre casque doré ne tente de l’attraper. Encore un autre, et le jeu se poursuit jusqu’à ce que Georges ne tombe, exténué.

Agence d’information Reuters : « En début de soirée, l'oiseau a pu être localisé et abattu. »

PRIX

Image de Été 2014
6

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Radière Thierry
Radière Thierry · il y a
Bravo, vous avez mon vote !
Image de Thara
Thara · il y a
Très bien pensé et, retracé. Je vote !

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème