« les Métamorphoses ».

il y a
1 min
62
lectures
8
Selon Ovide, « Les métamorphoses », seraient un pouvoir des dieux. Comme par exemple, celui de transformer Narcisse en fontaine, Philomène en rossignol, Io en génisse...
De même, si l’on cautionne le thèse Kafkaïenne, selon laquelle la métamorphose renvoie à une idée galiléenne applicable à la mécanique de newton, il pourrait bien s’agir, d’un faisceau de présomptions philosophiques et scientifiques qui viendrait confirmer l’épopée élégiaque d’Ovide au détriment des aphorismes cartésiens.
Dès lors, naît une approche métaphysique controversée dans la pensée du petit enfant au QI élevé à qui très tôt, sur les bancs de la maternelle, on a inculqué quelque incohérence dialectique.
Aussi, un esprit malléable, même au QI élevé, mais en cours de formation et d'évolution, troublé par l'allégorie sous-jacente et néanmoins fondamentale qui oscille entre réalité et fiction, ne pourra, plus longtemps, faire l’économie de dénoncer les limites du mythe et de la réalité.
Et fort de ce postulat, d'exiger de l'éducatrice qu'elle démontre d'une manière désormais incontestable, par quel artifice métamorphique...

une souris verte qui court dans l’herbe, peut-elle devenir, un escargot tout chaud ?
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !