Les mémoires d'un ange

il y a
2 min
33
lectures
4

Il n'y a de richesse que d'hommes et de femmes  [+]

« Tu as déjà croisé le fer avec la mort ? Si tu lis ces lignes alors tu es sorti vainqueur. Une seule certitude : la vie rêvée infligée va te passionner d'avantage.
- Sucré ou salé ?
- Je répond amer !
Plus qu'une sensation, le vertige complet , les émotions t'envahissent. - L'alchimie fonctionne enfin ? - Mais non ! me dis-tu. Amer est le refus du bon, de l'amour tout simplement.
- Faux ! Amer est « le goût » de l'existence : tu en reprends une tasse ?
Ce corps aimé ou rejeté, il te faut l'accepter. Le contact de la chair sous tes ongles, cette pâte à modeler souple accrochée à tes os suggère bien des plaisirs. Les sensations décuplent, le goût du sang grandit.
- Quelle est la bonne manière d'apprivoiser mon univers ? Construire ma propre carte du monde, vivre en communion, ne pas trop souffrir, recevoir ma dose d'affection ?
J'ai le choix de visiter mes semblables, leur crier mon amour. Le bonheur m'indiffère. Je le vois fuir par tous les pores de ma peau. Prenez votre part.
J'avance désormais en terrain conquis, mon histoire vous passionne ? Les autres poliment quittent l'aventure.
J'aime prendre, mordre mon pouce, me retourner. Il est le moteur de ma vie sociale.
- Maintenant que ressens-tu ? Le chaud ou le froid ?
- En fait je suis moite, mais la chaleur de ta paume me pénètre, glisse sur mes os et libère des substances chimiques bienfaisantes. Paralysé dans l'instant mes défenses disparaissent. La chaleur étouffante se fait désir. Je sursaute, le cauchemar terminé, me voici à nouveau sur mes gardes. Voir m'est impossible, j'en crève. Mettre de la distance est plus sûr. Je construis des croyances toutes aussi farfelues les unes que les autres.
- Passionne-toi pour chaque chose la vie en sera plus longue.
- Je te ménage depuis le début. Je veux que tu reste avec moi jusqu'au bout. Oui, voilà, comme ça. L'age d'or, la nostalgie, l'insouciance, Je rencontre l'amour d'une araignée à la toile bien tissée et résistante qui me tient prisonnier.
J'entends les cuivres, les flonflons, les carillons tintent.
- Affole-moi d'histoires drôles, rébus indéchiffrables, charades imprononçables. Confectionne-moi des tisanes douce-amères d'herbes sauvages. Réveille-moi vite, j'ai peur d'oublier. Il pleut du feu dans ma mémoire.
- Je ne crois pas au destin espèce de puits sans fond vers lequel chaque nouvelle page tournée m'entraine.
- Écoute les cris de ton nouveau né.
Je me souviens de la lumière aveuglante dès la première seconde hors du ventre de ma mère. La première nostalgie d'un être condamné à la vie. Après un long songe festif, je suis révélé à la vue de tous. Plus la peine d'échapper au monde.Tu en fais partie toi, de ce bloc fraternel et destructeur. Le genre humain : tu lui appartiens corps et bien.Une fois la machine à catastrophe enclenchée, rien, plus d'obstacles sur la route vers l'anéantissement.
Mes bras trop courts sont incapables d'embrasser la destinée tracée. Je dois rompre, la somme des trépassés donne le vertige.
Les hommes et les femmes de foi s'abandonnent aux volontés de l'être suprême, l'élu. Les autres trempent leur corps, se saoulent, vomissent l'argent du bonheur matériel.
Des plaies béantes s'ouvrent sur mes flancs sans grâce. Paré d'indifférence je souffre mais jouis en voyeur oisif des pires exactions commises aux quatre points cardinaux.
- Tu vois d'autres contrées proches ou lointaines vivre leurs différences en paix ? Conduit-moi près des sages qui gouvernent ce pays de cocagne.
Ma tête piétinée n'est plus qu'un magma sanglant qui colle à la botte du tortionnaire de ma mère. Elle trésaille. Le ventre ouvert, ellle s'eteint et murmure une dernière parole : « Amour Amo... ».

A la mémoire de :
Sévana Pétrossian 24 avril 1915 Deir Ez-Zor(Turquie)
Ariel Edelstein 27 janvier 1945 Auschwitz(Pologne)
Kanyka Sutsakhan 17 Avril 1975 Phnom Pen(Cambodge)
Agnès Umulisa 7 Avril 1994 Kigali(Rwanda)
Jafar Arif 20 Janvier 2014 Raqqa(Syrie)
...

4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !