3
min

Les maux ravageurs

Image de Euriel

Euriel

272 lectures

197 voix

En compétition

On détruit son prochain, c'est ce que l'Homme fait depuis toujours, c'est ce qu'on m'a fait.
Et dans mes oreilles résonne encore la mélodie de leurs cris. J'entends leurs mots qui retentissent dans mon crâne, leurs mains qui claquent sur ma peau. Je sens la peur au creux de mon estomac qui noue mes entrailles.
Le pire, ce sont les souvenirs en désordre qui reviennent quand je baisse la garde, les cauchemars quand je ferme les yeux.
Je me souviens avoir étouffé quand ses mains ont serré un peu plus fort mon cou. Je me souviens avoir pleuré quand leurs mots me détruisaient jour après jour. Je me souviens de leurs jambes qui frappaient les miennes pour me faire tomber à terre. Parce qu'il n'y a rien de plus drôle qu'une gamine qui pleure à même le sol.
J'étais légèrement à côté de la plaque, mais, à part ça, je n'avais rien fait de particulièrement mal. Enfin, si, j'existais, et c'était déjà trop pour eux. J'étais née, j'avais croisé leur chemin, je survivais, j'étais devenue la souffre-douleur parfaite.
Dès qu'ils avaient envie de se défouler, ils savaient quoi faire. Ils venaient vers moi et me disaient ce qu'ils voulaient, me hurlaient dessus et distribuaient des coups pour se soulager. Et moi, j'encaissais. Parce que je devais me prendre dans la gueule tout ce qu'ils avaient envie que j'entende.

Je me souviens avoir cherché de l'aide tout autour de moi. Je me souviens avoir espéré qu'on me tende la main. Je me souviens avoir désespéré quand les semaines passaient, devenant des mois puis se transformant en années. Parce que j'étais seule contre tous et que les rayons du soleil étaient camouflés par des nuages de pluie.
J'ai bien cru que ça ne s'arrêterait jamais, que les mots ravageurs s'accumuleraient et que mes maux m'étoufferaient. Et un jour, j'ai répliqué, vraiment. Je me suis énervée, j'ai hurlé. Ils m'ont regardée comme si j'étais possédée. Et cette histoire serait bien trop simple si elle s'arrêtait là.
Je me souviens qu'ils sont restés plusieurs secondes à me regarder crier. Je me souviens qu'elle s'est avancée, qu'elle m'a giflée et que je me suis arrêtée. Je me souviens qu'elle a attrapé mon visage dans ses doigts et a murmuré à mon oreille, détruisant ainsi mon cœur :
« Tu nous parles encore une fois sur ce ton, on t'éclate la gueule contre le trottoir. »

Je peux vous rassurer, vous dire qu'ils ne m'ont pas vraiment explosé le crâne. Non, ils ont fait bien pire, ils ont continué à me détruire. Juste parce que j'étais légèrement à côté de la plaque. Parce que mon physique ne leur revenait pas, que mon orientation sexuelle les dégoûtait et que j'étais trop intelligente pour être aimée.

Un jour, j'ai décidé d'en parler, parce que je n'avais plus rien à perdre. Parce que j'étais déjà au fond du trou et que je ne pouvais pas tomber plus bas. Et parce que j'avais sacrément peur qu'ils finissent par me tuer.

Je me souviens qu'au moment de parler, je ne savais plus quoi dire. Je ne me rappelais plus des mots qu'ils avaient prononcé. Et la seule chose que j'ai été capable de dire, c'est que d'autres enfants ne m'aimaient pas. J'ai dû paraître immature et pourtant, j'aurais aimé lui dire qu'ils m'avaient détruit. J'aurais aimé lui dire que j'avais peur la nuit, que j'avais peur qu'ils mettent leurs menaces à exécution, que j'avais peur que mes parents l'apprennent. Cette peur me rongeait, me détruisait à petit feu.
J'aurais aimé lui dire tous les mots qui étaient coincés dans mon cœur depuis la nuit des temps, lui dire à quel point j'étais brisée et que j'avais besoin d'aide pour me reconstruire. J'aurais aimé lui dire qu'ils me frappaient, me menaçaient, me harcelaient. J'aurais aimé lui dire leurs noms, tous les noms, un par un, les graver dans son cœur comme ils étaient ancrés dans ma mémoire. J'aurais aimé qu'ils soient punis pour ce qu'ils avaient fait. J'aurais aimé lui dire que chaque jour était horrible et que, du haut de mes douze ans, je voulais déjà mettre fin à ma vie.
Mais tout ce que j'ai réussi à dire, c'est que d'autres enfants ne m'aimaient pas.

Alors, maintenant, j'écris. J'écris pour tous ceux qui sont un peu à côté de la plaque. Tous ceux qui s'endorment en pleurant le soir et qui se réveillent les joues mouillées le lendemain matin. Tous ceux qui veulent cesser de respirer. Tous ceux qui sont moqués, insultés et frappés dans les cours de récréation. Tous ceux qui ont peur d'aller à l'école. Tous ceux qui ont honte que leurs parents apprennent qu'ils sont des victimes en dehors de la maison.
J'écris pour tous ces mots que je n'ai pas su dire, pour tous ces actes que je n'ai pas su décrire. J'écris pour tous ces enfants qui commencent à perdre espoir. J'écris pour tous ceux qui ont peur des souvenirs qui reviennent quand ils sont dans le noir.
J'écris pour tous ceux que les mots écrasent. J'écris pour les passés ravagés, les présents incertains et les futurs sans lendemain. J'écris pour les larmes qui ne couleront jamais, pour ces cris de colère qui ne sortiront pas. J'écris pour les rebellions qui ne naîtront plus, pour les enfants des cours de récréation.
J'écris pour eux, pour moi. Parce que j'ai connu les maux ravageurs.

PRIX

Image de 2019

Thèmes

Image de Très très courts

En compétition

197 VOIX

CLASSEMENT Très très courts

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Euriel
Euriel  Commentaire de l'auteur · il y a
Merci pour vos votes et pour tous les commentaires que vous laissez sous ce texte, je suis heureuse de voir que, cette année encore, vous me soutenez. Je vous invite à aller lire le texte d'un ami "Nous sommes un guerrier" ( https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/nous-sommes-un-guerrier ). C'est sa première matinale et il a écrit un super texte qui mériterait tellement plus de votes...
·
Image de Lux_Viruxor
Lux_Viruxor · il y a
Oooh merci pour ta petite pub ❤️❤️
·
Image de Christian Pluche
Christian Pluche · il y a
Bravo pour la force de ce texte et le style maîtrisé !
·
Image de Euriel
Euriel · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Nihal
Nihal · il y a
Superbe texte Euriel, comme d'habitude ! C'est sublime ! Je suis heureuse de concourir de nouveau à tes côtés ! :)
Je te souhaite bonne chance, même si je crois que tu t'en sors plutôt bien pour l'instant ! Tes mots nous touchent tous et c'est fabuleux !

·
Image de Euriel
Euriel · il y a
Merci beaucoup, c'est trop gentil
·
Image de Jean David Thomas
Jean David Thomas · il y a
Très beau texte ! Je vous invite aussi à voter pour cette petite qui malgré la situation actuelle de son pays, elle eut le courage de participer à ce concours. Le texte est titré CŒUR BRISÉhttps://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/coeur-brise-11. Merci déjà. Tchao !
·
Image de Fortitude
Fortitude · il y a
Bravo Euriel et bonne chance
·
Image de Marcheur
Marcheur · il y a
Bravo pour ce texte. J'espère que vous vivez maintenant des jours plus sereins (j'imagine qu'il y a du vécu dans ce texte) En tous cas, continuez à dénoncer cette violence idiote qui pourrit la vie de beaucoup trop d'innocents.
·
Image de Euriel
Euriel · il y a
Merci beaucoup. Oui je parle de ce qu'il passait au collège et je suis, heureusement, maintenant au lycée.
·
Image de gillou
gillou · il y a
magnifique, se laisse déguster!
·
Image de Euriel
Euriel · il y a
Merci
·
Image de Jean Neihga
Jean Neihga · il y a
Jolie récit pour la cause des sans voix 🏆tu as mes voix Euriel . Découvre mon texte https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/soit-a-mes-cotes-2
·
Image de Bulle_d_encre
Bulle_d_encre · il y a
Ce texte m'a bouleversée. Vos mots visent juste là où il faut, là où cela fait mal. J'apprécie aussi beaucoup votre plume, très fluide, et le côté engagé de cet écrit. C'est important d'en parler, de le crier haut et fort. Car ce genre de sujets n'est jamais assez abordé.
Mes voix.

·
Image de Euriel
Euriel · il y a
Merci beaucoup
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Bravo Euriel d’avoir créé ce texte si fort et si convaincant sur ce thème qui te tient à cœur ! Il ne faut pas se lasser en effet d’alerter un public qui a tendance à détourner les yeux de la terrible réalité. Tous mes votes.
·
Image de Euriel
Euriel · il y a
Merci beaucoup Fred :)
·