Les Marques d'un Temps certain.

il y a
3 min
75
lectures
4

Iconoclaste, autodidacte, amoureux de l'inédit, de l'imprévu, d'une certaine forme d'originalité sur fond de rébellion et d'impertinence. Je construis mes écrits comme un oxymore pour déroute  [+]

Il doit être vingt et une ou vingt-deux heures ce vendredi soir, nous sommes au mois de juillet. Marc est dans sa voiture. Il est en route pour aller chercher Caroline.
Marc est le genre de gars, banal, propret sur lui, mignonet sans plus, le sourire sympathique, le regard rieur, un mec commun en quelque sorte. Il est moderne, Marc et célibataire Marc, un type normal quoi !

Lui normal, il sera coquet et ce en toute circonstance
Lui normal, il aura les sourcils travaillés
Lui normal, il n'aura pas de poils sous les aisselles
Lui normal, il sera épilé, entièrement !
Lui normal, il aura le corps entretenu,
Lui normal, il mettra de la crème sur le visage et sur le corps, comme toutes ces starlettes de cinéma
Il est moderne Marcus, il est comme ça Marco et ça lui va bien.
Il va sur ses vingt-quatre, vingt-cinq, trente-deux ans dans deux ou trois mois. Du moins c'est ce qu'il renseigne sur les avatars des sites de rencontre où il est inscrit Marc. Il se définit comme un hétéro curieux Marc.

C'est dans ce contexte et cet état d'esprit qu'il va chercher Caroline, copine de virées de fin de semaine « pécho » sur adultfriendly.com deux mois auparavant, site de « fast-dating » pour adultes consentants. Elle est comme ça Caro, contemporaine avec son temps, libre dans sa tête, libre dans son corps et vous savez quoi ? Ça lui va bien à Carlita. Elle va sur ses vingt-huit, quarante ans, Caroline et elle les porte assez bien Karo.

Ce soir, c'est virée dans un nouvel établissement, le « Funcking Pretty Girls & Nasty Boys » mais Caro a laissé tomber le « n » depuis un petit moment déjà. Elle dit que c'est une perte temps, elle est comme ça miss C.
C'est le genre d'établissement où tu échanges tes vêtements contre une serviette de bain et un chewing-gum en caoutchouc. Il est comme ça cet établissement et ça, ça leur plait à nos deux tourtereaux.

A peine rentrés, Marco « Polo » et Caro « la coquine » décident de se séparer pour tenter leur chance dans des lieux distincts.
Direction « le bar à soubrettes » pour Caroline et « le jacuzzi à levrettes » pour Marc.
Le voilà aux abords de la pièce sentant bon le produit désinfectant, Marc est de suite dans l'ambiance. À droite et à gauche des bains à remous, des couples libertins sont à leurs affaires sous le regard malicieux, certainement de maris et les yeux pervers de badauds particulièrement vigoureux.
Tout en se dirigeant vers un des jacuzzis, Il jette un regard amusé sur ces préliminaires libidineux qui appelleront certainement d'autres joutes sexuelles mais dans un autre lieu de débauche au sein du bâtiment, autres pratiques, autres endroits, il est comme ça cet établissement, paré à toute éventualité.
Marc la science se prélasse dans les méandres de la baignoire à bulles, quand une main se pose délicatement sur l'une de ses épaules. Il se tourne, non moins posément et découvre deux visages angéliques.

- Salut, moi c'est Sofia, je suis bi, ça te dit ?

- Coucou, moi c'est Natacha, je suis lesbienne à tendance curieuse, ça te dit aussi? Le hammam pour trois vient justement de se libérer, on cherche un amant.

Deux beautés brunes de taille quasi identique, nues bien évidemment, devant les yeux admiratifs de notre Marco qui a du mal à croire ce qu'il voit.
Deux suaves slaves pour qui il ferait aisément l'esclave si elles le lui demandaient. Dans les bulles le « Paulo » de Marco n'y tient plus. Que de délices qui mettent Marc au supplice de ne pas céder immédiatement à son vice.
Alors Marc, imberbe empereur de sa serviette, s'extrait de l'eau, d'un auguste mouvement, il veut impressionner ses tentatrices tout en les fixant de son plus charmeur regard. Il leur rétorque d'une voix non moins enjôleuse :

- « C'est-à-dire que ce soir j'ai piscine, mais les bulles chaudes nuisent à ma peau alors pourquoi pas une demi-heure de chaleur humide d'eau, de sudation et de sécrétions humaines. Cela fera le plus grand bien à mes pores de vingt-deux ans. Et puis, si c'est pour le plaisir, pour le plaisir du jeu, pour le jeu amoureux, je veux bien ! »
Il est comme ça, Marc, amoureux du « je tutoie elles », emporté par les ailes du désir, le sire aux mille plaisirs.
Amusée, Sofia enfourche le côté gauche du corps de Marc, sa main droite sur la fesse droite et charnue de son prétendant. Natacha exécute le pendant de Sofia du côté droit de Marc.
Notre trio ainsi harnaché se dirige vers le hammam, théâtre de préliminaires à leurs ébats. Marc l'aimant ouvre la porte de la cabine, pour pénétrer dans l'enceinte.
Sofia s'assoie sur le banc et tout en ouvrant ses cuisses prend une position volontairement suggestive. Natacha, quant à elle s'attèle à générer de la vapeur en balançant de l'eau sur les pierres brûlantes pendant que le corps de Marcus le gladiateur irradie de désir pour les deux nymphes.
L'opacité de la porte vitrée s'épaissit à présent, à tel point qu'on ne distingue plus que des silhouettes désormais à l'intérieur de l'habitacle, faisant le malheur des voyeurs postés aux alentours et réservant à ce récit un voile de pudeur pour nos trois acolytes.

Il est désormais une, deux heures du matin, une voiture sur une autoroute, à son bord deux personnes.

-« Alors ta soirée Marc ?

-« D'une banalité affligeante et toi Caroline?

-« Rien d'extraordinaire à signaler,..., tu n'aurais pas une petite envie par hasard?

-« Sur une aire ou chez toi »

-« Arrête toi à la première aire que tu vois pour le reste je préfère aller chez toi,..., pour l'aire je plaisante mais j'n'ai pas envie de dormir seule ce soir »

-« D'ac mais j'te préviens je supporterai Caro la douce une heure, pas Carla la sauvageonne tout le restant de la nuit! »

-« Ok mon Marcounet!
4

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le bâton du baryton

Benoit Gautier

Hey Joe, te souviens-tu du film de Woody Allen La Rose pourpre du Caire ?... Les personnages traversent la toile et le cinéma envahit la vie. Telle ta voix chaude de baryton qui imbibait le... [+]