3
min

Les malveillants

Image de Miscellanea

Miscellanea

5960 lectures

22

Qualifié

En son temps, la mort tragique de M. Roitelet fit grand bruit. L'affaire eut un tel retentissement qu'elle connut un écho national, les médias se faisant toujours des gorges chaudes des faits divers. Aussi, tous les regards se concentrèrent-ils pendant quelques semaines sur notre petit village de Bourg-la-Romaine. Des policiers enquêtaient, suivis comme leur ombre par une cohorte de journalistes. À moins que ce ne fût l'inverse...

Voici l'histoire. M. Roitelet avait été retrouvé mort sur le bord d'une route. Dépêchée sur les lieux, la police scientifique détermina aussitôt qu'il avait été fauché par une voiture. L'on crut d'abord au délit d'un chauffard. Des investigations, appuyées par des moyens considérables, furent lancées afin de retrouver le véhicule du forfait. Mais comme on n'en découvrit aucune trace, une autre hypothèse vit le jour, celle du crime. Cette thèse fut étayée par deux éléments troublants : la volatilisation de l'automobile assassine tout d'abord, et l'absence de trace de freinage à proximité du corps, qui laissait supposer que non seulement le chauffeur n'avait pas freiné, mais qu'il avait peut-être accéléré.

Dès lors, on chercha un mobile. Et les mobiles ne sont pas légion dans les affaires criminelles. M. Roitelet, qui était veuf et fortuné, avait deux neveux, qui résidaient dans notre région. Ils furent questionnés. La populace, excitée par les hallalis des journalistes, tenait déjà ses coupables, et réclamait justice. Lors de leur interrogatoire pourtant, les deux neveux, même s'ils n'avaient pas d'alibi indéfectible à l'heure du crime – ils affirmaient avoir passé la soirée ensemble –, firent une révélation propre à les disculper. Quelques mois plus tôt, leur oncle leur avait signifié qu'à sa mort, il céderait la totalité de ses biens à une œuvre caritative, information qui se vérifia à l'ouverture du testament, et qui les innocentait. De surcroît, leurs automobiles étaient parfaitement intactes et n'avaient subi aucune réparation récente. On les relâcha donc aussitôt. Ceux qui s'étaient empressés de les condamner furent chagrinés par cette nouvelle, qui les discréditait. L'enquête demeurait au point mort. Les journalistes eux-mêmes en restèrent coi, ayant dévidé l'écheveau des hypothèses.

On commença alors à entendre les idées les plus farfelues, sorties d'imaginations débridées. Ainsi, un villageois se présenta à la gendarmerie pour démontrer, avec force explications, qu'une seule personne avait pu commettre un meurtre aussi mystérieux, la sorcière du village, Mme Gastré, parce qu'à coup sûr il y avait de la magie noire là-dedans. Peut-être, aussi, avait-il vu en cette circonstance l'occasion de se débarrasser de cette femme, qui par sa seule présence terrorisait Bourg-la-Romaine depuis si longtemps. Dans les affaires de ce type aussi bien que dans les guerres, on peut trouver l'occasion de se venger de ses voisins à moindre frais. Mais si certains gendarmes locaux pouvaient être disposés à le croire, la police scientifique apparut moins convaincue.

Faute de coupable et de criminel, policiers en mission et journalistes avides de sensationnel rentrèrent dans leurs pénates. Si l'affaire ne fit plus la une des journaux, sur place l'agitation demeurait vive, alimentée par des hordes de curieux qui venaient en pèlerinage dans la ville du crime. Au café de l'église, on se réjouit fort de ce défilé de touristes de l'homicide, auxquels on racontait volontiers les dernières rumeurs. Peu importait qu'elles fussent sans fondement, cela faisait marcher le commerce. Ce fut en outre le lieu où les esprits, qui s'échauffaient, s'affrontèrent à grands coups de théories. Les uns s'accordaient à dire que le crime parfait n'existe pas. Les autres affirmaient que ce n'était là qu'une idée de propagande, répandue afin de dissuader les apprentis criminels, et qu'au contraire le crime parfait existe, puisque tous ne sont pas résolus.

Au bout de six mois, le soufflet était retombé.

L'affaire rebondit pourtant, et les événements se précipitèrent. Des policiers venus expressément de Paris interpellèrent les deux neveux de M. Roitelet, qui furent placés en garde à vue. Le lendemain, ils étaient inculpés pour le meurtre de leur oncle. La population, qui n'y comprenait décidément plus rien, était abasourdie. Les mêmes qui avaient condamné les deux hommes de manière anticipée retrouvèrent toutefois le sourire, en même temps que leur crédit.

Nul n'avait cependant deviné le scénario machiavélique que les criminels avaient imaginé, ni le mobile qui les avait aiguillonnés. Ainsi, ils n'avaient pas assassiné M. Roitelet dans le but de profiter de son héritage, qui leur échappait, mais par esprit de vengeance, parce qu'il les en avait frustrés. Quant à l'arme du crime, elle était restée exposée pendant tout ce temps au vu et au su de tout le monde. L'un d'eux possédait en effet une vieille guimbarde hors d'usage, un amas de vieilles tôles cabossées, rouillées à l'extrême, mais qu'il conservait dans sa cour. Qui plus est, démunie de ses roues, elle reposait sur quatre chandelles, ce qui renforçait son caractère insoupçonnable. Or, les deux cousins l'avaient remise en état de marche, le temps d'accomplir leur crime. Enfin, ils avaient soigneusement replacé la meurtrière sur son piédestal.

PRIX

Image de Hiver 2017
22

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Lyriciste Nwar
Lyriciste Nwar · il y a
Ça fait du bien de te lire

Prière de lire mon texte pour la finale du Prix Rfi des jeunes écritures
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/plus-quune-vie?all-comments=1&update_notif=1546656533#fos_comment_3201198

·
Image de Benjamin Sibille
Benjamin Sibille · il y a
un mystère qui mériterait d'être allongé à la agatha christie
si vous voulez passer à l'occasion pour du tragique sans tragédie https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-dernier-discours-dun-condamne?all-comments=1&update_notif=1546631469#fos_comment_3199345

·
Image de Guilhaine Chambon
Guilhaine Chambon · il y a
Très bon texte bien écrit
Je vous invite à découvrir Au fait qui est en finale et si le cœur vous en dit de visiter ma page. Belle journée

·
Image de Yann Jean Eon
Yann Jean Eon · il y a
C’est sympa d’écrire, mais encore mieux d’être lu ! J’aime ton texte et je vote. Si tu en as le courage va voir mon Le magot de Joe Pépin-de-pomme en lice pour le Prix Lucky Luke !
http://short-edition.com/oeuvre/tres-tres-court/le-magot-de-joe-pepin-de-pomme
Merci et bonne route Yann Éon

·
Image de Geny Montel
Geny Montel · il y a
à malins, malin et demi !
·
Image de Br'rn
Br'rn · il y a
On ne se méfie jamais assez des gens qui ne jettent rien... Une vieille guimbarde, ça peut toujours servir, comme un vieux marteau, une vieille catapulte, une vieille guillotine...
·
Image de Emily
Emily · il y a
Très bon texte, j'ai aimé le rythme! Mon vote
·
Image de Yves Le Gouelan
Yves Le Gouelan · il y a
Malveillants, mais bien vu...
·
Image de Bichette
Bichette · il y a
A mes yeux, il s'agit bien d'une nouvelle policière mais il m'est arrivé aussi d'être surprise du choix de categorie de Short pour l'une de mes nouvelles. D'accord avec vous lorsque vous dites que le rythme prime sur tout le reste pour l'écriture d'une nouvelle. J'ai aimé votre texte et je vote en tant que secrétaire de Merise qui ne peut plus s'exprimer. Ses textes sont en lice pour le prix Automne, si vous êtes intéressé. Bonne chance !
·
Image de Dominique Hilloulin
Dominique Hilloulin · il y a
Ces deux meurtriers auraient ils eu juste l'envie de satisfaire un challenge personnel ? En effet l'addition va être quelque peu lourde pour eux alors qu'ils n'ont pas retiré un seul "picaillon " de l'affaire! Votre histoire m'a plu pour cette raison, car elle illustre nombre d'actes dont on entend parler , actes dits de "loups solitaires" , en fait des personnalités frustrées et peu cérébrées. Merci de l'avoir publiée, elle ouvre à l'échange et à la discussion. Vote de la part d'un "Artiste" , à J-8, de sa finale , ici,http://short-edition.com/oeuvre/poetik/artiste-1, si cela vous dit de l'accompagner dans son classement ! merci Miscellanea!
·