Les lundis d'Amédée Grivert

il y a
1 min
340
lectures
221
Qualifié

Ecrire ou écrire. Peut-être écrire. Dans tous les cas, écrire.  [+]

Image de Printemps 2018
Mima la Rousse avait 19 ans lorsqu’elle commença à vendre son corps. Elle exerçait son commerce dans une camionnette verte stationnée sur la route de Jargeau.
La première fois qu’elle avait reçu la visite d’Amédée Grivert, un lundi après-midi, il lui avait apporté un livre. Il s’était assis dans le fauteuil rose et avait dit :
- Lis...
Mima n’avait pas lu depuis l’école, elle ânonnait.
- Non, lis pour toi.
La moue boudeuse, elle avait d’abord fait semblant. Mais à la page 3, elle avait éclaté de rire.
Amédée était revenu le lundi suivant avec un autre livre. S’était assis dans le fauteuil rose.
- Lis...
  À la fin du chapitre 6, Mima pleurait toutes les larmes de son corps.
Le lundi suivant, celui d’après, et ainsi de suite, il avait apporté d’autres livres. Et toujours il disait :
- Lis...
Assis dans le fauteuil rose, il regardait Mima la Rousse faire l’amour aux livres de sa vie.
Cela dura jusqu’à la mort d’Amédée Grivert, libraire à Jargeau. C’était son plaisir du lundi, jour de fermeture de la librairie.

221

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Marie

Élodie Torrente

« La dernière fois que j’ai vu Marie, c’était en fin de journée, hier, dans le bureau que nous partageons depuis cinq ans. Elle était exaltée comme jamais. Elle préparait ce voyage... [+]