Les lettres

il y a
3 min
0
lecture
0

Comme une envie d’écrire... "Ecrire, c'est dessiner une porte sur un mur infranchissable et puis l'ouvrir." Christian Bobin  [+]

Elles arrivent toujours au moment où il s’y attend le moins. Une enveloppe rectangulaire posée là sur la table de la cuisine. Son regard s’attarde sur cette écriture familière qui a le pouvoir de raviver des sensations qu’il croyait avoir bien enfouies au plus profond de lui. Il soupire, il sourit. Aujourd’hui, il déménage. C’est étrange que cette lettre arrive justement ce jour-là. Il prend l’enveloppe dans ses mains et ne peut réfréner l’accélération des battements de son cœur. Il va la déposer dans la boîte, cette boîte où il a gardé toutes ses lettres, telles des pierres précieuses que l’on ne peut porter. Il fait disparaître tout ça vite fait sous les piles de cartons entassées dans l’entrée. Sa bande d’amis proches va débarquer d’un instant à l’autre et il ne veut pas être surpris dans cet état de rêverie. Il enclenche le mode : bande de potes ça déménage en plein jour ! Déménager n’est plus une corvée quand on sait bien s’entourer pense-t-il en souriant. Et après ces dernières années mouvementées, ce changement vient à point nommé. Il a trouvé chaussure à son pied, il refait sa vie comme on dit. Il a choisi la femme de la raison. Il est en heureux, presque soulagé. Il n’est pas un loup solitaire et aller sur ses 40 ans sans personne pour partager son quotidien n’était pas vraiment dans ses cordes. Ce déménagement se passe dans la joie et la bonne humeur. Des moments comme il les aime, dans la simplicité et la franchise de l’amitié masculine valorisée par les efforts, la transpiration et la bière fraîche de fin de journée. Sa moitié est en déplacement de travail et il lui a promis de l’accueillir dans un petit nid douillet.
...Les amis sont partis, il se retrouve seul dans son nouveau chez lui. Il se pose en terrasse sous le ciel étoilé. Il apprécie toujours ces moments de calme après la tempête d’une journée bien remplie. La lettre... il y repense et profite encore un peu de ce moment de détente et d’attente. A-t-il le droit de lire ces mots ? Est-ce bien raisonnable ? Ils avaient aimé user de ce mot. Qu’est ce qui est raisonnable quand deux âmes se rencontrent et se mêlent ? Ces mots lui sont adressés, les laissés seuls seraient cruels. Où est la limite entre le secret et le mensonge ? C’est une zone grise que chacun a en soi pense-t-il. Rejeter ses lettres serait se mentir à lui-même. Il part à la recherche du carton où la boîte aux lettres est entreposée. Il tâtonne dans la pénombre de sa nouvelle demeure. Il ne sait pas pourquoi il n’a pas envie d’allumer la lumière...peut être pour préserver un regain d’intimité. Ça y est, il a mis la main sur la boîte. C’est une boîte dorée discrète qui ferait presque penser à un emballage de décorations de Noël.
Toutes ses lettres sont là bien rangées dans leurs enveloppes. Il s’en dégage une odeur douce et les illustrations colorées des timbres offrent un spectacle agréable pour les yeux. Il les connaît toutes, il les a toutes lues, il en a toujours été touché. Toujours un plaisir que de te lire, ce sont les seuls petits mots qu’il a été capable de lui renvoyer par messagerie instantanée. Il n’est pas très fier quand il pense qu’il n’a jamais pris le temps de répondre dignement. Quelque chose le retient invariablement. Son côté raisonnable sans doute aurait-elle répliqué. La raison, oui sûrement, la peur aussi, la crainte de fouiller dans ses sentiments, de se mettre à nu par l’écriture. Et il a promis, il a choisi sa nouvelle vie, paisible, près de la femme qui a croisé son chemin. C’est si simple, si évident avec elle, il ne veut rien risquer. Sa vie de famille éclatée l’a tellement fait souffrir, retrouver un nouvel équilibre a été salvateur. Il saisit la lettre dans ses mains et la décachette prudemment. Il se sent bien là, assis en terrasse, l’air frais de la nuit lui caressant la nuque. Il profite de la première lecture de cette nouvelle lettre, ces quelques minutes avec elle, dans tout son mystère, dans toute sa douceur. Elle le touche en plein cœur, toujours. Ce n’est pas une lettre d’amour passionnée, non ça c’était pour les premières lettres mais tout à évoluer depuis. Dans cette lettre, elle évoque justement le fait qu’elle préfère le verbe évoluer à changer. Évoluer dit-elle, c’est s’adapter, rester soi-même tout en respectant les autres, les situations et le flot incessant des évènements de la vie. Alors, oui, on ne change pas, on évolue ou du moins on essaie. C’est une lettre qui se lit comme un échange, une tranche de vie, une lettre pour se souvenir des belles choses. Il la sent dans la brise du soir, elle sourit dans sa mémoire. Il ne sait pas ce que la vie lui réserve, il ne sait pas s’ils se retrouveront un jour, il ne sait pas. Ce qu’il sait c’est qu’il va continuer à avancer et elle aussi. Elle fait partie de sa vie, il fait partie de la sienne. Il n’y pas d’explications rationnelles à cette histoire endormie, juste des vies qui s’emmêlent, des sentiments vrais que l’on enfouit et des lettres qui s’espacent comme des traits d’union entre deux êtres. Dans le calme de la nuit noire, il apprécie ce moment de rêverie qui n’appartient qu’à lui. Ses lettres comme des échos, des morceaux d’elle, il en prendra soin, il le promet aux étoiles et ferme les yeux un instant, le temps d’une rencontre, le temps d’un rendez-vous face à lui-même.
P.S. : « L’Amour, c’est quand on rencontre quelqu’un qui vous donne de vos nouvelles. » A. Breton
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !