Les inventions naissent mais les hommes meurent

il y a
3 min
1475
lectures
1058
Finaliste
Public

L'écriture permet de me faire délivrer de sentiments, émotions, états d'âmes que je ne pourrais expliquer oralement. En versant une tonne de lettres, je me sens plus libre. Comme si ma vision su  [+]

Image de 2019
Image de Grand Public

Il faisait beau ce matin-là et le jour se levait amenant avec lui deux petites créatures venues du ventre de leur mère. Ils étaient nés en même temps. Ils étaient nés de la même mère. Ce sont les jumeaux Ahmed et Adam. Pendant toute leur enfance, ils ont survécu au milieu d'un monde qui avançait de plus en plus rapidement entrainant avec lui de nouvelles inventions. À chaque nouvelle invention qui passait à la télévision, Ahmed et Adam restèrent bouche bée. Ils se disaient alors que le monde était capable de tout. Ils enviaient à ces moments-là, les inventeurs de ces nouvelles technologies. C'est à onze ans qu'ils ont révélaient à leur mère leur rêve : devenir ensemble des célèbres inventeurs. La réaction de leur mère fut d'abord des félicités de leur projet qu'ils avaient en commun. La joie de leur mère se transforma cependant en inquiétude.« Allez-vous créer des choses pour satisfaire vos rêves ou pour aider l'humanité ?» avait-elle demandé avec un air sérieux. Ahmed et Adam avaient répondu avec détermination. Ahmed avait dit « pour mes rêves » tandis qu'Adam avait répondu «pour aider l'humanité».

À onze ans bien qu'ils étaient proches et qu'ils s'entendaient bien, ils avaient chacun un caractère qui était propre à leur vision sur la vie. Pourtant, ils avaient le même rêve: devenir inventeur.

La vie passait et leur caractère se dessinait plus nettement. Ils étaient aussi opposés que le Ying et le Yang. Ils avaient déjà dépassé les vingt ans qu'Adam tomba dans la maladie. Son frère venait chaque jour à l'hôpital pour lui donner le courage de vivre mais ses efforts restèrent vains. Adam respirait son dernier soupir lorsqu'il murmura ses dernières paroles « les inventions naissent mais les hommes meurent ». Ce fut ces dernières paroles. Son dernier appel. Ahmed eut du mal à se remettre de ce tragique événement. Pourtant, il ne pleurait jamais. Sa mère s'en inquiétait beaucoup. Pour lui, son frère n'était pas mort. «Il ne pouvait pas mourir » comme il disait si souvent. Il sombra peu à peu dans le silence jusqu'à n'avoir aucun contact avec sa mère. Les jours passaient et il restait de plus en plus coincé entre quatre murs dans sa chambre jusqu'à ce que l'on ne le voie plus du tout. Sa mère l'appelait souvent pour trouver mutuellement le courage de continuer de vivre mais il ne répondait pas. Il ne buvait pas et ne mangeait pas. Il semblait mort. Ahmed avait une ambition: faire renaître son frère. Il avait la certitude qu'un robot pouvait devenir un être vivant. Son projet le fit devenir fou jusqu'à en devenir obsédé. Il lui fallut des années pour créer un robot qui ressemblait à la perfection à son frère Adam. Il pouvait faire tout comme un être vivant mais ce n'était pas un être vivant. Ahmed avait la cerise sur le gâteau : le cœur d'Adam. Il l'avait caché et entretenu pendant des années. Après de longues et folles années de recherches, il savait comment donner vie à un robot. En plaçant ce cœur, il revivait les bons souvenirs qu'il avait partagé avec l'être qui lui était le plus cher à ses yeux. En plaçant le cœur de son frère, il ressentait des gouttes qui coulaient petit à petit sur ses joues. Il admettait enfin que son frère était mort. Le cœur était mis et le robot, enfin le robot vivant, semblait aussi vivant qu'un humain. Pourtant, il n'avait pas cette âme que nous avons tous. Il n'avait pas l'esprit d'un humain. Jour après jour, Ahmed ressentait la différence du robot qui opposait à Adam. Plus il ressentait cette différence et plus il pleurait. Il voulait faire revivre son frère mais son frère était parti. Ahmed avait encore ce manque. Ce trou dans son cœur. Un trou qui ne se bouchera jamais. Il entra alors en dépression. Son obsession devenait omniprésente et sa mère n'en pouvait plus. Elle était impuissante face à son propre fils. À présent, son fils était devenu un sadique, un robot, une machine. Son visage faisait peur à voir. Il reflétait le trou de son cœur. Il n'en pouvait plus, c'était trop. Tout à coup, il se rappela des dernières paroles d'Adam. Son visage se décomposa laissant place à une sagesse inqualifiable. Il comprenait enfin les propos de son frère. Pourtant, il ne comprenait plus rien à la vie. À sa vie. Il fallait en finir. En finir avec sa vie. Il était temps qu'il rejoigne son frère.Peu de temps après, sa mère apprit ce qui s'était passé: il s'était suicidé.

Il était mort en murmurant: « Les inventions naissent mais les hommes meurent ».

1058

Un petit mot pour l'auteur ? 476 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Yasmine Anonyme
Yasmine Anonyme  Commentaire de l'auteur · il y a
Un grand merci
À vous de m'avoir lue
Avec vos avis,
Qui m'ont énormément plus.

Un grand merci,
De m'avoir soutenue,
Avec votre honnêteté infinie,
Et votre gentillesse absolue.

Et je souris,
Avec toute mon envie,
Pour vous qui me lit,
Pour vous dire MERCI!
😊😁😃😀!

Image de M BLOT
M BLOT · il y a
Bravo pour ce message poétique bien sympa !
Image de M BLOT
M BLOT · il y a
Puis je vous inviter à lire mon accordéoniste https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-soufflet-qui-pleure
Image de Yasmine Anonyme
Yasmine Anonyme · il y a
C'est fait!
Image de Jeanne
Jeanne · il y a
L’histoire touchante de deux jumeaux, deux personnalités distinctes qui ont un fort attachement l’un pour l’autre, deux êtres indissociables, inséparables, liés à la vie, à la mort. Un jour l’un s’en va, l’autre reste, coupé en deux, comme orphelin. Vouloir faire revivre son frère jumeau, son alter ego, son âme sœur, tenter de faire ressusciter ce que l’on a de plus cher au monde est une noble entreprise, un vœu formé, un souhait formulé, un projet empli de bonnes intentions qui en devient une idée fixe, une pensée obsessionnelle qui échoue et au final devient morbide. La fin ou plus précisément la renaissance justifie-t-elle les moyens ? On a beau dire, on a beau faire, les robots ne remplaceront jamais l’homme, l’âme, l’esprit qui l’anime, comme le pense mon personnage L’homme de Vénétie que je t’invite à lire au passage.
Les inventions naissent mais les hommes meurent... j’ajouterai leurs créations, leurs inventions, leurs écrits, leurs compositions demeurent, leur survivent au delà bien après que les poètes se soient envolés et les grains de sable blanc dispersés aux quatre vents.

Si l’idée est très originale sur le fond, bien des défauts résident dans la forme qui porte le fond (l’intention), quoi de plus naturel en somme, 14 ans s’inscrivent dans la présentation de ton médaillon. La valeur n’attend pas le nombre des années. Reçois tous mes encouragements afin de poursuivre l’aventure, dans la voie de l’écriture, également pour améliorer ton orthographe, affiner ton style, peaufiner ta plume. En cas de doute, de découragement, dis-toi que rien n’est jamais acquis, même les plus grands perfectionnent encore et toujours leur art, autrement dit : « Vingt fois, cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage. »

Image de Yasmine Anonyme
Yasmine Anonyme · il y a
Merci infiniment pour votre touchant message Jeanne! Vraiment merci!!
Image de Nicole Loth
Nicole Loth · il y a
Merci aussi pour ce beau message qui fait grand plaisir... A bientôt Anonyme !
Image de Safia Salam
Safia Salam · il y a
Quelle intrigue....
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
J arrive un peu tard pour cette histoire touchante
Image de Claire Morin
Claire Morin · il y a
J'aime beaucoup cette histoire.
Image de Matthieu Kondryszyn
Matthieu Kondryszyn · il y a
Terriblement mortel et délicieusement angoissant! Si vous avez le temps, je vous invite à découvrir ma nouvelle "Secondes Mortelles".
Image de Philippe Barbier
Philippe Barbier · il y a
mon soutien
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Bonjour Yasmine ! Mon sonnet "Spectacle nocturne" que vous avez soutenu est en finale printemps : https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/spectacle-nocture
Le soutiendrez-vous à nouveau ?
Bonne journée à vous.

Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Ce conte noir et imaginatif est toujours aussi (et même plus) fascinant.
Image de Eric Chomienne
Eric Chomienne · il y a
impossible de renouveler mon vote (que j'avais a priori déjà fait) les résultats sont clos. Mais une relecture m'a fait plaisir
Image de Maeva Basier
Maeva Basier · il y a
Très bon texte, j'ai beaucoup aimé