LES INTERVIEWS IMAGINAIRES DU PRÉSIDENT MACRON PAR PIERRE DESPROGES...

il y a
2 min
10
lectures
0

Les mots jalonnent mon existence depuis un paquet de décennies déjà. Ceux des autres comme les miens... Ma devise est fort simple, vivons heureux en attendant la mort. Et peu m'importe les ratures  [+]

PD
- Monsieur le Président, merci de nous recevoir entre deux poules et un chien qui ne cassent pas trois pattes à un canard, soit dit en médisant. Alors comme ça, vous aimez tapoter le popotin des vaches ? Qui l'eût cru, nom de diou!

EM
- Voyez-vous, cher Pierre, dans le monde d'aujourd'hui, il faut savoir s'adapter. Être mobile, enjoué, connecté, réactif et proche de son peuple. Un jour à l'assaut d'un panda, un autre caressant la crête d'une poule. Le lendemain, tirer la queue en tire-bouchon d'un craquant petit porcelet tout en flattant la croupe d'une bonne vache fermière de France. L'avenir est là : il faut être multi-tâches!

PD
- Cette expression peut prêter à confusion, mon Président. Multi-tâches pourrait sous-entendre que vous cumulez les bourdes...

EM
- Allons allons Pierre, soyez sérieux une seconde!

PD
- Top chrono, c'est parti...

EM
- Le Salon de l'agriculture, c'est le poul mou de la France. Celle qui vibre au son des clochettes de la Charolaise, de la poulette de Bresse, de la chèvre de Monsieur Seguin...

PD
-... et du foie de Vaulx-en-Velin, j'ai bien compris l'illusion. Mais enfin mon Président, on n'est plus au temps de Henri IV ni de Chiraclemagne! C'est devenu ringard de s'exhiber comme un pantin désarticulé dans un tel lieu, non ? Il vous sied davantage de déambuler dans les allées du Château de Versailles plutôt que dans les box à truies, vous dis-je dans un sanglot étouffé par une pudeur des plus muettes.

EM
- Mais c'est là où vous faites une erreur capitale, cher Pierre. La soupe populaire est aussi bonne qu'un onctueux velouté de cèpes sur son lit de croutons au caviar faisandé en provenance de Moldavie orientale. Il faut être polyvalent, je vous le répète une fois encore. C'est la clef de mon succès. Un coup à gauche, un coup à droite. Un voyage au Japon, un second en Tunisie. Un déjeuner au Fouquets avec Pierre Gattaz et dans la foulée, un sandwich avec le patron de la CGT, Philippe Merguez!

PD
- Euh, vous voulez parlez de Monsieur Martinez ?

EM
- C'est exactement ce que j'ai dit. Il est important d'être proche de son peuple comme des élites. De la réalité comme du rêve. Des difficultés comme de la facilité. Du doute comme des certitudes...

PD
- Oh, on ne va pas y passer trois heures non plus, mon Président! Soyons sérieux une minute, la PAC de Chirac, c'est fini! Notre agriculture est mondialisée, seules les grandes multinationales survivront dans ce chaos des plus abracadabrantesques...

EM
- Vous êtes franchement pessimiste, Pierre. Je ne partage pas votre vision binaire du monde actuel. Les bons et les méchants, les petits et les grands, les faibles et les f...

PD
- Ah non, ça ne va pas recommencer! Les français ont bien compris que vous êtes un Président jeune, enthousiaste, entreprenant, volontaire et tripotant le cul des vaches comme personne.

EM
- Je trouve votre ton bien affirmatif, pour ne pas dire péremptoire! Vous n'oubliez pas à qui vous vous adressez, j'espère ?

PD
- Non, à Jupiter soi-même qui s'est transformé le temps du Salon de l'agriculture en Super fumier de France...

EM
- Vous m'avez cooooompris...
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Les petits Lu

Pascale Dehoux

C’était la première fois que je faisais ça. Aussi ai-je composé, un peu fébrile, les dix numéros fatidiques. J’avais fermé auparavant toutes les fenêtres de ma maison. Il n’y avait plus... [+]