Les hallucinations.

il y a
3 min
10
lectures
1

Un jeune amoureux de tout ce qui a rapport à l'art surtout à la mode et à la littérature. Mon fantasme le plus fou, c'est imaginer et écrire pour faire plaisir à ceux que j'aime. Étudiant des  [+]

Quand les pulsions freudiennes prennent les sens des humains, l’illogisme fait sa loi. La cohérence et sa sœur l’incohérence font chemin ensemble. L’homme-sujet devient raisonnable et irraisonnable à la fois, il vit des choses dont il n’a pas vraiment conscience.
Quand Amanda ouvrit la porte ma bouteille de vin était déjà vide. Je la regardai très amicalement. Mais mes sentiments d'amour et de passions pour elle avaient voyagés. Ô que l'amour est cruel ! Ô que je suis crédule et imbécile ! Comment pouvais-je crois que je la rendrai heureuse malgré toutes ces différences qui nous unissent toute de même ? S'imaginer, accompli, c’est un vice.
La nature libérait les rayons soleil quand son corps svelte entra dans mon salon. Seul mon divan me tenait compagnie avant son apparition. On avait échangé assez longtemps avant que mon ex-future femme fit son entrée.
- Chéri. Laisse-moi t'expliquer.
Ses lèvres autrefois qui étaient jolies, sont maintenant très inesthétiques. Je savais que le démon l'avait pris au témoin dans ces multiples forfaits contre les innocents de la terre.
- Chérie m'entends-tu? Laisse-moi t'expliquer ce qui s’est vraiment passé. Ce n'est pas ce que tu crois.
Sa voix autrefois chatouilleuse, maintenant est très agaçante. Je préfèrerai écouter autre chose que cette voix qui m'a trompé.
- N'oublie pas que c'est toi seul que j'aime. Je ne sais pas ce que je ferai sans toi. Mais laisse-moi t'expliquer ce qui s'est vraiment passé.
En ce moment même elle ôte son manteau. L'avait-elle porté contre le froid ou pour cacher sa robe sexy qui la rendait extrêmement accessible? Loin de moi ses jours innocents, où à la tombée de chaque nuit me murmurent l'hypocrisie de mon ex-future femme. Loin de moi ces matinées où à table face à face on partageait le petit déjeuner en défilant nos idées pour un lendemain meilleur.
- Tu vas m'écouter ou quoi? Tu es toujours le même. Tu ne décides que par tes yeux. Comment tu peux réduire cette visite en un rencard? Tu es fou ou con?
Ses jugements me donnaient une folle envie de me suicider. Mon silence était clair. Je ne savais plus quoi lui dire. Maintenant elle me traite de con et de fou. Elle est très agaçante cette fille malpropre.
Elle se jeta sur moi, je ne me défendus pas. Je la laissai me gifler une et deux fois. Comme je ne réagissais plus elle saisit la bouteille et la cogna à ma tête. Le sang gicla. Elle s'essuya la main. Mon corps sans vie ne lui répondit toujours pas. Elle jeta un coup d'œil autour d'elle et remarqua que je me suis suicidé avant son entrée. Une partie du poison que j'ai versé dans mon vin était encore là. Elle prit la petite boîte et se rendit compte que mon âme s'était déjà libérée de mon enveloppe charnelle. Mon âme témoin de l'acte l'observait toujours. Elle alla dans la salle de bain et se frotta la main sous le robinet du lavabo. Je la regardai encore avec art et passion. Je vis à la place de ses oreilles les cornes du Mal.
Peu de temps après, elle alla saisit son révolver, j'ignorais tout de même qu'elle en avait un. Quel type de femme était ma chérie ? Mon âme ne pouvait pas l'empêcher de commettre son forfait. Elle se tira deux balles dans la tête.
Son corps sans vie, libéra son âme vers moi...
- Tiens tiens, je t'ai eu. Me lança-t-elle en me voyant.
- Tu penses que c'était nécessaire le révolver? Lui demandai-je en m'approchant d'elle.
- Tu as beau fuir tes responsabilités, maintenant nous voici devant les faits dans le jardin céleste. Qu'en dis-tu de ta crédulité? Me demanda-t-elle sur un ton agressif.
- Tu es cruelle Amanda, tu m'as trompé toute ta vie et tu oses me traiter de crédule? Incroyable que la femme est un acide dans une boite de yaourt.
- Voilà de quoi je parlais. Un homme court aux idées courtes dans un monde court avec des visions apocalyptiques.
- Tu exagères je te signale. J'ai la paix ici, c'est pour ça j'ai quitté ce monde où, je ne suis que sujet de tes caprices. Et ignorant de ta malhonnêteté.
- Marius ou Gilbert, je ne sais lequel tu préférais le plus dans ce nouveau monde...
- Marius... Appelle-moi ainsi. Et fais vite j'ai des tâches qui m'attendent.
- Ce que tu as vu au restaurant n'est qu'image de tes hallucinations...
- Parce que j'en ai plusieurs ?
- Une multitude. Mon chéri. Entre lui et moi il n'y a rien. C'était juste une sortie entre amis.
- Et le baiser sur le front? Quelle explication? Chère Amanda.
-...
- Ton silence en dit déjà trop que tu ne le diras. Je sais ce qui s'est passé après. Tu es montée avec lui dans sa chambre pour t'échauffer...
Une paire de gifle mécaniquement chargée le ranima. Il ouvrit les yeux et se rendit compte de ses hallucinations. Il vit Amanda qui était assise à côté de lui les yeux rouge-sang et très mouillées. Il demanda ce qui s'était passé. On lui raconta que depuis deux heures il est tombé dans un état inconscient et ne disait que des choses incohérentes.
Il se leva. Et sous le bras de sa femme il entra dans la chambre.
- Excuse-moi mon amour. Je ne sais plus ce qui m'arrive.
- Je t'apprends dans ce cas ce que tu feras prochainement quand tu seras dans un tel état. Appelle chez ta mère. Quant à moi... Je te dis au revoir. C'est répétitif ton mal et cela devient très embrassant. Ça fait la troisième fois dans la même semaine.
- Non ne m'abandonne pas Amanda, ma chère Amanda, ma reine. Ma douce et adorable femme.
Elle était déjà dehors avec sa petite valisette en direction nord-est où se situait l'appartement de ses parents. Il resta seul, dans son inconscient on vivant ses agrégats.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
Pas mal d'idées!
Bien raconté.