1
min

Les frérots

Image de Romyniscence

Romyniscence

28 lectures

1

Pierrot,c'était mon alter-égo, mon ami . Nous étions inséparables depuis la maternelle . Dans le village on nous appelait les frérots . Nous avons usé nos fonds de culotte sur le même banc, partagé le même encrier, échangé nos chewing-gums selon un rituel connu de nous seuls, bravé tous les interdits . Rien ne nous résistait, non rien.....Nous partagions la même passion pour l'histoire et les fouilles archéologiques ce qui nous valu plus d'une fois de belles raclées quand il nous prenait l'envie de retourner nos jardins respectifs pour savoir qui le premier déterrerait des ossements ou quelques fossiles .

Le temps s'écoula et nous eûmes quinze ans . Nous tombâmes amoureux de la même fille , la merveilleuse Rose au teint de pêche et qui fleurait bon l'eau de lavande . Cet amour commun au lieu d'entamer notre amitié ne fit que la renforcer . Il fut bien à l'origine de quelques querelles mais toujours sans lendemain . Quand les beaux jours arrivaient nous emmenions Rose au bal et la faisions danser tour à tour . Pour nous remercier elle nous gratifiait d'un bisou sur la joue ou dans le cou dont, elle seule , avait le secret . Si l'un de nous se montrait trop entreprenant elle posait ses grands yeux sombres sur lui en signe de réprobation sans un mot . Nous nous sentîmes encore plus forts.....nous étions trois . Personne ne pouvait altérer la confiance que nous avions les uns dans les autres . Les jaloux et les menteurs de tout poil pouvaient passer leur chemin......

Pierrot et moi eûmes quelques aventures féminines mais nous restâmes fidèles à notre amour de jeunesse jusqu'à nos vingt ans . Ce fut l'appel sous les drapeaux , la guerre d'Algérie venait d'éclater! Nous partîmes pour Marseille le même jour , Rose nous accompagna à la gare . Il faisait chaud ce jour-là , je la revois encore si fraîche dans sa robe fleurie de léger coton . Elle nous étreignit, des petites perles dans les yeux et murmura:"Jeannot, Pierrot, je vous confie l'un à l'autre , prenez soin de vous!"

Vingt mois plus tard je posai le pied sur ce même quai de gare, seul . J'aperçus au loin la frêle silhouette de Rose , tout de sombre vêtue . Je courus vers elle et la serrai dans mes bras . Elle éclata en sanglots . Alors je lui chuchotai doucement à l'oreille :"Rose, marions-nous , j'ai envie de te faire un enfant, un petit garçon , nous l'appellerons Pierrot."
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Triste fin pour Pierrot, mais il y avait un amoureux de trop et le destin en a éliminé un... :-(
Le mariage a-t-il eu lieu ? a-t-il tenu ?
Que se serait-il passé si les deux jeunes étaient revenus de la guerre ?
De quoi imaginer plusieurs suites possibles à cette histoire ! ;-)

·
Image de Romyniscence
Romyniscence · il y a
Pour moi l'espoir est dans le petit Pierrot qui va naître .
·