Les filles de Skid Row

il y a
2 min
1 223
lectures
211
Finaliste
Jury

La bienvenue dans mon coin short... Je vous invite à lire mes histoires très très courtes... Peut être y en aura-t-il de plus longues un jour. Qui sait ? Bonne lecture  [+]

Image de Eté 2016
Je suis invisible, pute, junkie, ma peau est sombre et mes cheveux sont noirs corbeau. J'ai vingt-deux ans, je suis une autochtone, donc invisible et je n'intéresse pas grand monde. En fait, je n'intéresse personne. Ma famille ? Les filles de Skid Row, elles sont ma famille, des paumées comme moi, mais entre paumées, on s'entraide, ça fait chaud au cœur, tu vois. Je vis dans le Downtown Eastside, et je tapine à Skid Row. C'est la rue principale, c'est là que je vis, c'est là que j'attends, c'est peut-être même là que je vais crever, va savoir... J'attends le client sur Skid Row et je me défonce sur Skid Row. Avant Downtown Eastside, je vivais à Val d'or et puis à seize ans, je me suis barrée. Ma mère, c'est une bonne mère, mais son mec, c'est une ordure. J'ai fait du stop, je voulais aller loin, à Vancouver. J'ai voyagé gratos, une petite pipe de temps en temps, parfois plus... Je suis aussi tombée sur des mecs cleans qui ne m'ont rien demandé en échange. Mais bon, ce genre de type, ça ne court pas les routes surtout quand ils tombent sur des filles comme moi. En chemin, je suis tombée sur James, c'était un junkie. On s'est mis ensemble et puis on est allé à Vancouver, destination le Downtown Eastside chez un pote qui vivait dans un squat. Je ne connaissais pas cette ville. En fait, je ne la connais toujours pas vu que je passe ma vie dans le Downtown Eastside sur Skid Row, je n'ai pas le temps de jouer au touriste... Puis un jour James a disparu, il s'est fait la malle... Peut-être bien qu'il est mort. Je n'en sais trop rien et puis, je vais te dire, il ne me manque pas... Personne ne me manque d'ailleurs. La seule chose qui me manque, c'est la came. D'elle, je ne peux pas m'en passer. Tu sais, c'est chaud ici. C'est comme la cour des miracles, il n'y a que des mortes-vivantes, des ombres, des fantômes. On se ressemble toutes, même trip, même job, même galère, même souffrance, même invisibilité. Tu connais Val d'Or ? Non ? Ben tu n'as rien perdu, c'est une ville de merde comme ici. Pourquoi je suis partie ? Ben, je suis partie parce que le mec de ma mère me baisait. Il n'arrêtait pas de me dire que j'étais mignonne. Un jour, pendant que ma mère nettoyait les chiottes des hôtels de Val d'Or, il m'a chopée et ça s'est passé dans le lit conjugal. Alors, je me suis enfuie à seize ans. Tu comprends ? Je n'ai jamais rien dit à ma mère. Je ne sais pas si elle sait. Je m'en fous, je ne veux pas savoir... Tu comprends ? Je ne sais pas pourquoi je te demande si tu comprends, parce que tu ne peux pas comprendre... Dis voir, ce que je te raconte là, tu vas l'écrire dans ton livre ? Je te cause donc tu payes. File-moi deux cents couronnes. Tu ne veux pas ? Alors file moi cent couronnes... Tu ne veux toujours pas... File-moi un ton paquet de clopes alors. Merci, tu es un mec cool.

211

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Les petits Lu

Pascale Dehoux

C'était la première fois que je faisais ça. Aussi ai-je composé, un peu fébrile, les dix numéros fatidiques. J'avais fermé auparavant toutes les fenêtres de ma maison. Il n'y avait plus que... [+]