4
min

Les Êtres de la Brume

Image de Guigeek12

Guigeek12

43 lectures

42

Alors qu'il s'apprêtait à franchir le seuil de la grande porte d'entrée de la cité de Pagos, Kratos avait le sentiment du devoir accompli. Ses hommes avaient remporté la bataille et réuni un impressionnant butin.

Lafir, son bras-droit, marchait à côté de lui avec sa grande hache reposant sur son épaule droite. Derrière eux, une colonne d'une vingtaine de charrettes remplies de vivres et d'objets de toute sorte avançait péniblement sur le chemin enneigé qui les ramènerait chez eux. Alors qu’il savourait sa victoire, un sourire aux lèvres, Kratos se rendit soudain compte que l'air était devenu glacé et humide.

“Combien de temps pour revenir jusqu'au camp, d'après toi ?” demanda-t-il à Lafir.

Lafir se retourna vers le convoi et murmura :

"A ce rythme, environ 4 jours. Par contre, j'ai peur qu’on tombe dans une tempête de neige. Le vent s'est levé et le froid nous envahit. J'ai un mauvais pressentiment.

- Y-a-t-il un moyen de nous protéger si la tempête se déclare ?" demanda Kratos à voix basse.

"La route ne passe que par des plaines et des petits vallons jusqu'au camp. Nous sommes à la merci du blizzard"

Kratos leva les yeux et ne vit qu'une vaste étendue blanche devant lui, voilée par le brouillard qui s’installait peu à peu sur la plaine. Si la tempête se levait maintenant, ils seraient pris au piège sans aucune possibilité de s'abriter.

Une heure plus tard, la brume s'était épaissie et la température avait encore baissé. Quelques légères rafales de vent glacé venait mordre les visages à intervalle régulier. La tempête approchait. Le convoi s'était arrêté car les charrettes n'arrivaient plus à avancer. La première de la file avait une roue coincée dans une ornière et les trois hommes trapus qui s'employaient à la débloquer n’arrivaient pas à la bouger d’un centimètre.

“Allons, encore un effort !” cria Lafir à leur intention. “La tempête arrive, il faut trouver un abri !” ajouta-t-il d'une voix paniquée. Devant l’échec cuisant de ses camarades, il entreprit de débloquer la roue à lui tout seul. Après une minute d'efforts intenses mais inutiles, il prit sa hache et fracassa la lame dans la roue :

« SALE ROUE DE MERDE ! » hurla-t-il avant de se retourner vers Kratos, les yeux exorbités : « il faut partir, maintenant. »

“Allons Lafir, garde ton sang froid” répondit Kratos en essayant de garder lui-même son calme pour rassurer ses troupes. "N'oublie pas que c'est une charrette de Pagos, aucune chance qu'elle soit fiable!”. Quelques guerriers se forcèrent à rire mais aucun n’avait l'air rassuré.

Lafir se rapprocha alors de lui et lui attrapa brutalement le bras :“il faut partir sur le champ” répéta-t-il fermement.

“Lafir, tu fais peur à tout le monde, calme-toi où ça va être la panique” lui répondit Kratos à voix basse en arborant un sourire figé à l’intention de ses hommes. Soudain, l’un d’eux pointa son doigt vers la brume et dit : « regardez, un loup, là dans le brouillard ! »

Tous les yeux se tournèrent vers l'endroit que pointait le soldat et Kratos distingua deux lueurs bleues dans le brouillard. Soudainement, une autre paire d’yeux apparut à la gauche des premiers. Quelques secondes plus tard, le convoi était encerclé de dizaines de regards bleuâtres qui les figeaient sans bouger d'un cil.

Instinctivement, les guerriers avaient tous dégainé leurs épées ou leur hache. Kratos avait sorti la sienne de sa ceinture et il savait que le combat serait inévitable.

“Ce ne sont pas des loups” dit Lafir d'une voix tremblante.

“Peu importe ce qu'ils sont, nous allons les mettre en pièces ! Soldats, protégez votre butin, nous nous sommes durement battus pour l'avoir et nous n'en laisserons pas une miette !” lança Kratos pour haranguer ses troupes.

Soudain, un horrible cri suraigu déchira l'atmosphère qui semblait comme figée par le froid et la peur. Cela ne ressemblait à aucun cri d'hommes ou d'animaux que Kratos ait jamais entendu.

Le vent s'intensifia soudain et des flocons de neige vinrent piquer le visage de Kratos comme de petites aiguilles. La brume les enveloppait totalement désormais. Un deuxième cri puis un troisième s'élevèrent et parurent se refléter contre des parois invisibles pour venir percer les tympans de Kratos. Il vit ses hommes se boucher les oreilles pour ne plus subir ce terrible écho et certains lâchèrent leurs épées ou leurs haches.

Puis soudain, ce fut le silence. Même le vent s'était soudainement arrêté et les terribles regards bleus disparurent. C'est alors que Kratos se rendit compte qu'il était figé par un sentiment qu'il ne ressentait jamais avant un combat : la peur. La peur de ce qui allait surgir de la brume dans quelques secondes. Ses mains tremblaient, il ne tenait pas fermement sa hache. Il avait l'étrange impression que le combat était perdu d'avance.

C'est à cet instant que son ennemi surgit du brouillard avec une rapidité déconcertante. C'était une femme, petite et chétive, avec des cheveux noirs flottants qui cachaient son visage. Elle brandissait une épée d'un blanc étincelant qui illuminait l'obscurité. Instinctivement, Kratos se protégea en mettant sa hache devant son visage. L'épée blanche s'abattit sur le manche de sa hache et la violence du coup le projeta en arrière avec une telle force qu'il glissa sur plusieurs mètres en raclant le sol gelé.

“Comment peut-elle avoir une telle force, c'est impossible !”

Il regarda alors autour de lui et se rendit compte que des dizaines d'ennemis avaient eux aussi lancés l'assaut. Ils portaient tous des épées ou des haches blanches et brillantes. Certains étaient beaucoup plus massifs que la femme qui l'avait attaqué. C'était bel et bien des hommes, mais leurs yeux étaient d'un bleu à la fois froid et perçant.

Kratos se releva et vit la femme qui avançait vers lui d'un pas lent mais déterminé. Comment une si petite créature avait pu le projeter cinq mètres en arrière ? Lui, Kratos, un des meilleurs guerriers des Terres Froides, écrasé par une femme? Non, il ne pouvait l'accepter. Il ne partirait pas comme ça. C'est alors que la rage prit le dessus sur la peur: « VIENS DONC ICI, PETITE TRAÎNÉE ! JE VAIS TE COUPER EN DEUX ! » cria-t-il. Mais alors qu'il avait crié de toutes ses forces, il se rendit compte qu'aucun son ne sortit de sa bouche. D'ailleurs, il n’entendait plus aucun bruit autour de lui : les chocs des épées, les cris de douleur, les corps qui s'écroulaient au sol, rien de tout cela ne parvenait à ses oreilles.

“Sont-ils des magiciens ? Des dieux ? Que nous ont-ils fait ?”

Il récupéra le bout de sa hache qui avait été coupée en deux par la lame blanche et se rua à l'assaut de la guerrière aux cheveux noirs. Il abattit son arme en direction de son flanc mais elle bloqua le coup avec son épée. Celle-ci ne bougea pas d'un centimètre alors que la hache de Kratos repartit violemment en arrière. D'un geste vif, elle l'attrapa par la gorge de sa main libre et le leva du sol avec une facilité déconcertante. Kratos sentit la fin approcher, il n'avait aucun moyen de se défaire de l'emprise de son ennemi qui lui broyait la gorge.

Alors que tout espoir l'avait quitté, il entendit à nouveau un son, un horrible cri d'agonie qui déchira le silence surnaturel de la bataille. Il vit que la brume était soudainement en train de se dissiper tout autour de lui alors que de faibles rayons de lumière commençait déjà à éclairer les lieux.

Les féroces ennemis abandonnaient le combat et battait en retraite. Kratos se rendit compte qu'ils essayaient de se réfugier dans la brume qui perdait progressivement du terrain. Il fixa à nouveau la guerrière qui lui faisait face et il vit que la froide détermination dans son regard avait brusquement disparu.

Un rayon de lumière toucha son épaule et elle se mit à hurler du même cri strident que ses congénères. Elle lâcha brusquement la gorge de Kratos qui tomba sur le sol dur couvert de neige gelée. Il voulut essayer de se relever mais tout se mit à tourner autour de lui alors qu’il sombrait dans un sommeil profond.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
42

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une action avec de multiples péripéties qui tiennent en haleine et une fin ouvert laissée à l'imagination du lecteur ou d'un futur texte. Bravo, Guigeek12, Vous avez mes cinq votes.
J'ai un sonnet tragique que je vous invite à lire si vous avez le temps : http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/Mumba

·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Bravo pour cette œuvre bien conçue et bien menée ! Mes votes ! Une invitation à partir en voyage sur ma “Croisière” si vous ne craignez pas la brume en mer ! Merci d’avance et bonne année !
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/croisiere-2

·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un texte très bien mené, qui prend par la main et ne nous lâche plus. Mes votes. Peut-être aimerez vous "L'héroïne", " Le Grandpé " ou "Tata Marcelle".
·
Image de Maour
Maour · il y a
Bon courage pour le prix, je vous soutiens! Si vous avez 5 minutes, passez donc me lire, je participe aussi :)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-veritable-histoire-du-petit-poucet

·
Image de Topscher Nelly
Topscher Nelly · il y a
Très bon texte.
Mon univers si vous le souhaitez : http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/de-lautre-cote-31

·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici...
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Moska
Moska · il y a
Bien écrit, ça vaut bien 5 voix.
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote.
Je suis aussi en compétition :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
C'était super :)
·