Les dictionnaires

il y a
3 min
3 958
lectures
537
Lauréat
Jury
Recommandé

Je suis conteuse, slameuse nouvelliste, auteur dramatique et… depuis peu, romancière. Même si certains de mes textes sont de sombre tonalité, je suis plutôt portée à voir le bon côté et  [+]

Image de Automne 2015
La tête qu'elle a tirée, la bonne femme de la DDASS, quand elle a vu les dicos !
— C'est à vous ? qu'elle a dit avec un air de quelqu'un à qui faut pas raconter des bobards.
— C'est au pape, pardi ! qu'il a fait, Papa.
Nous, on s'marrait : ça commençait bien !
Elle nous a d'abord regardés de travers, puis elle a ri jaune et elle s'est assise en tirant sur le bas de sa robe pour la faire descendre le plus possible. J'ai failli lui dire qu'elle avait pas à s'en faire, que ses gambettes de moineau intéressaient personne dans la famille, à part, peut-être, Grand-père qu'est grabataire et qui voit jamais rien, vu qu'il quitte pas son cagibi. Mais elle m'aurait peut-être claqué, alors j'ai préféré la boucler. De toute façon, d'après moi, quand on veut vraiment cacher son anatomie, on se débrouille pour porter des trucs plus longs et moins serrés. Et dans son cas, ça n'aurait pas été dommage : elle était pas canon, la fonctionnaire. Enfin ! Elle était tout de même mieux que la Tartine Mariol qui venait avant elle ; surtout que l'autre, elle venait toujours pour nous engueuler.
Elle a ramassé l'un des dicos, le Petit Larousse, qu'a été sans doute illustré dans son temps, avant que les petits frères passent dans les pages avec les ciseaux... Faut bien les occuper, les mioches... Et elle a fait la grimace en le feuilletant.
— Pas vraiment utile, dans cet état ! qu'elle a lancé.
— Mais si ! que je lui ai dit.
Et j'étais sincère. Ça lui a fait plaisir : elle a eu l'air émue. Puis elle a abandonné le Larousse pour un Micro-Robert plus à la couverture tout abîmée...
— Tu l'utilises aussi ? qu'elle m'a dit.
J'ai dit que oui, et c'était vrai.
— Et toi ? qu'elle a demandé à un des jumeaux qu'a fait :
— Ouais ! Quand les autres l'ont pas déjà pris.
On a tous rigolé, elle aussi, et elle a eu un chouette regard. Un regard qui disait que, décidément, la culture est partout, même dans les foyers déshérités, et que c'est une bonne chose.
Ça n'a malheureusement pas duré, et elle a presque tout de suite pris un air de j'espère-que-vous-vous-foutez-pas-d'moi, comme la Tartine Mariol d'avant.
— Ils sont vraiment à vous ? qu'elle a fait. Vous les avez achetés ?
— Non, qu'il a fait, Papa, d'une voix furieuse. On les a volés, tiens !
Elle s'est excusée :
— C'est que, vous voyez monsieur, moi je ne comprends plus rien à votre situation. On me dit que vos enfants sont en grande difficulté à l'école et qu'ils n'y font rien, que rien ne les intéresse. L'un des deux petits ânonne à peine tandis que l'autre est totalement réfractaire à tout effort... Quant aux aînés... Ils devront bientôt quitter le collège... Et avec un bien faible bagage !
Quitter le collège ! Le pied ! Pour moi, c'était dans cinq mois, et ça serait la fin de l'autre année pour les jumeaux. Ils comptaient déjà les jours.
— Et puis, il y a le problème d'absentéisme pour lequel on vous a plusieurs fois convoqué, sans effet : même les petits semblent déjà bien experts dans cette lamentable pratique, qu'elle a continué, l'assistante sociale, en pointant son crayon vers Lucien et Olivier.
— Que voulez-vous, mademoiselle, a fait Papa, bien embêté, j'peux pas être derrière les gosses toute la journée, et ma pauvre femme non plus. Vous savez bien... Elle est plutôt... Elle n'est pas très... Quant au papy !...
La dame de la DDASS a eu l'air de comprendre.
Moi, ils m'agaçaient tous les deux avec leurs sous-entendus. Que de chichis ! Pourquoi ne pas dire clairement que Maman cuve son vin toute la journée et que Papy est maboul, qu'on doit l'attacher pour pas qu'il casse tout dans la maison et le surveiller pour pouvoir le détacher avant qu'il chie et pisse sous lui !
Après, on a eu droit à une séance de morale, comme le faisait la Tartine Mariol. Sauf que la nouvelle était moins dure. Elle nous regardait même très gentiment quand elle disait « Vous comprenez ? », mais c'était le même bla-bla que l'autre. Leur administration doit leur faire apprendre par cœur ce discours ringard et emmerdant... Nous, on n'écoutait pas. Mais on la regardait en faisant « Oui, oui » de temps en temps. Ça lui a suffi, et elle a fini par partir.
— C'est fou c'que ça pue, a dit Papa. Ouvrez les fenêtres.
Nous, on n'était pas trop d'accord. Le parfum de la dame qui s'était accroché aux murs nous plaisait bien. C'était quand même plus agréable que l'odeur de chiottes du cagibi de Papy. Et puis, ça caillait dur, dehors.
— Nom de Dieu ! Les fenêtres que j'ai dit ! Ils vont obéir, ces petits sagouins ? qu'il a gueulé.
Alors on s'est bougés et, à cause des courants d'air, on a fait comme d'habitude : pour empêcher les portes de claquer, on les a calées avec les dicos. Le Larousse suffisait dans la cuisine, mais le Robert était un peu juste pour la grande pièce. Ça fait longtemps qu'on le dit à Papa : faut toujours repousser la porte, le Micro, même « plus », il est pas assez lourd... Enfin, avec un peu de chance, son copain brocanteur nous dégottera bien une encyclopédie en plusieurs volumes un de ces jours...
Y'a pas de doute, les dicos, c'est vach'ment utile !

Recommandé
537

Un petit mot pour l'auteur ? 5 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes  Commentaire de l'auteur · il y a
Les pirates informatique ont-ils chouré nos textes et commentaires pour colmater les brèches de leur navire spatial traversant le cyberespace ? Dans ce cas : je bats ma coulpe car c'est sans aucun doute la lecture de ce texte qui leur a donné des idées ! :( Que les shortiens me pardonnent !
Image de Jeanne en B
Jeanne en B · il y a
j'avais beaucoup aimé ce texte, relu avec plaisir :-)
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci, Jeanne de l'avoir de nouveau apprécié... :) Bonne soirée et bises.
Image de Carl Pax
Carl Pax · il y a
J'ai beaucoup aimé ! J'ai bien visualisé tous les personnages, l'assistante sociale à la fois sévère et bienveillante, les marmots impertinents et le père sarcastique mais dépassé (et même le papy au cagibi :) ) Une famille Groseille qui se serre les coudes... je comprends que vous ayez eu le prix du jury !
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Merci, Carl. Ce compliment me fait vraiment plaisir... Bon dimanche et bises.

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Charlie One-Leg

Hermann Sboniek

Le capitaine Charlie One-Leg se tenait sur le gaillard d’arrière de La Boudeuse, un trois-mâts carré naviguant entre Saint-Vincent et Grenade. La main droite posée sur une écoute tandis que... [+]

Très très courts

Plan B

Nicolas Juliam

Je me revois entrer dans la douche, tranquillement, en sifflotant. Je me souviens aussi de cette irrésistible envie de fumer. Celle qui vous tombe dessus n'importe où, n'importe quand. Et faut... [+]