Les détours du chemin

il y a
1 min
35
lectures
5

Autrice des genres de l'imaginaire. Elémentaire, mon cher Poulpson ! - Etherval n°18 Enigma Docteur ès aliens - Le Quotidien du médecin n° 9872 - 9874 - 9876 - 9878 et 9880 Mahana te Miti -  [+]

Au détour du chemin apparaît un chemin. Un chemin qui nous sourit, nous écoute, nous appelle. Suivez-le.

Un matin de soleil sous la pluie, nous prenons la route. Nous suivons la nuit qui s'enfuit vers le jour et gaiement, nous tenant par la main, l'on choisit un chemin, peu importe lequel, c'est toujours celui là. Il nous conduit, depuis la nuit des temps, dans les Pays d'Ailleurs. D'ailleurs, nous arrivons.

Ouvrez les yeux. Il y a des fleurs sur les toits des maisons, dévalant les ardoises comme autant de confettis enchantés ; des fleurs bleues et blanches comme des jeunes filles amoureuses.

Des ruisseaux bondissants, des rivières galopantes, des fleuves caressants s'étirent et se tortillent dans les plaines, comme les cheveux du printemps s'étalant sur leur oreiller de prairies.

Et ça ? Ce sont les longs doigts de la nuit qui caressent le soleil, là bas, à l'horizon. Ils tirent le drap de montagnes de l'astre du jour, lui souhaitant le bonjour, lui signifiant leur départ.

Marchons encore un peu, un peu plus loin, ce chemin est plein de détours. Il faut courir après les forêts, et courir vite si l'on veut les rattraper. Pas d'aide à attendre, la lune soutient les arbres, et les étoiles, spectatrices impartiales, nous regardent passer en riant.

Oh, mais que vois-je? Qui donc apparaît avec le vent au détour du chemin? C'est l'automne, dans son kimono de soie pourpre aux motifs de feuilles d'or rouillées, tombées de leurs cimes et volant dans la brise.

Soudain... silence. Demoiselle Araignée daigne se présenter pour son concerto de l'aurore. Elle brode l'harmonie dans ses fils de soie claire. Arrêtons nous un instant et profitons du silence qu'elle transforme en musique.

Repartons ensuite, courir à nouveau, nous n'avons encore rien vu. Il y a des vagues qui ont besoin de murmures pour réparer leurs écumes, des nuages qui se bousculent pour nous raconter leur histoire, des rochers impatients de nous apprendre à voler.

Oui, nous sommes arrivés. Je me retire doucement, il ne faut pas troubler ce bonheur qui vous attend en souriant. Allez-y, continuez, ne vous arrêtez surtout pas. Je vous laisse ici, vous n'avez plus besoin de moi. C'est à vous désormais de choisir quels détours prendra le chemin suivant. Ne vous retournez pas, ne regardez pas en arrière. Là-bas, dans les Pays d'Ailleurs, il y aura toujours quelqu'un pour vous attendre.
5

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !