1
min

Les derniers instants des amants

9 lectures

0

L'homme qui se trouvait du bon côté des barreaux, regarda désespérément son aimée de condamnée à mort qui se trouvait, elle, de l'autre côté des cruelles barres de fers qui les séparerait à jamais et lui dit d'une voix tremblante et déjà creuse :
"-Je ne peux me résoudre à te laisser mourir ainsi mon amour !
-Mon tendre amant, dit la belle, me laisser mourir il va pourtant falloir t'y résoudre, mais me laisser partir ainsi rien ne t'y oblige; parle moi, dis moi comment tu m'aimes, emplis moi de ton amour ainsi ce sera non seule que je partirais car je saurais que j'emporte un peu de ton âme avec moi, c'est sereine que je m'en irai.
-Hélas doux amour je suis né moins poète que tu ne l'est, je ne saurais t'exprimer mes sentiments avec autant de douceur et de verbes que tu ne le ferais pour moi.
-Soit !(répondit la belle) alors dis moi que tu m'aimes autant que je t'aime, car moi je t'aime encore plus que le terme infiniment ne saurait jamais le sous-entendre...
-Bel ange, sois sûre que je t'aime tout autant que tu m'aimes .
-C'est ainsi,(conclut la belle) avec cette éclatante vérité encrée pour toujours en moi, que je peux m'éteindre ."
Après un long regard, les lèvres des amoureux réussirent à se frayer un chemin parmi les cruelles barres de fers qui se croisaient formant une funeste prison et en effleurant, en se touchant, et en s'entremêlant ces lèvres purent créer l'ultime embrassade car la belle fût pendue le lendemain; l'homme sentit alors une partie de lui s'envoler vers les cieux et pour toujours il se rappèllera ce qu'il appela en son fort intérieur : les derniers instants des amants.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,