2
min

Les conversations autour...

Image de Olessya

Olessya

11 lectures

2

Je veux bien aider, mais il y a des limites. Je ne suis pas au service social, je suis employée de la banque. Et cette dame est venue de payer pour la mairie une somme comme on paye quand on est suivi dans un dispensaire de narcomanie. Ca se voyait qu'elle boit aussi, sur son visage. Chez une femme on voit ça bien.

Un peu plus tard, j'ai repensé d'elle - que moi, avec mon parcours d'enfant que je n'ai pas été et les parents comme j'en avais, j'aurais pu être aussi dans un endroit si bas. Mais je m'en sortis et je suis fière. Je ne suis pas retombée dans la colère et dans la haine. Je suis restée avec l'Amour, et c'est grâce à la thérapie et sûrement à Dieu et aux choix de mon âme avant la naissance...Et à cette bonne femme, je lui ai dit de pardonner son père, car ça ne sert plus. Lui, il est déjà mort. Et surtout, de le pardonner pour elle, pour se libérer de cette colère et laisser la place à quelque chose plus prolifique.

C'est grâce à mon parcours que je peux la comprendre et je peux l'aider.

cccccccccccccccccccccc

Je l'ai su toujours, mais maintenant, je le vois si proche - les gens qui s'arrêtent d'avancer, qui trottent dans leur routine sans vouloir bouger. C'est incroyable. Je ne me souviens pas comment entamait cette conversation, mais on y arrivait, et la femme qui doit avoir la 50 aine, lança: "Après 20 ans à la banque, où je peux bien aller?" Tout ça, après avoir dit qu'elle détestait les clients. Et quand je lui ai posé cette question simple, pourquoi donc de rester sur ce travail que l'on n'aime pas, c'est ça qu'elle m'avait répondu. Et elle n'est pas la seule de l'avoir penser.
Ce que j'ai envie de comprendre: d'où ça vient, ces pensées, à cet âge-là?

ccccccccccccccccccccccccc

Je garde encore son odeur auprès de moi. Il a beaucoup de tendresse, ce gars. Il est derrière moi et me touche légèrement avec ses doigts. Il est derrière moi et je sens son corps me protéger pour ces instants-là. J'ai envie de l'amour. Lui aussi, ça, je le sais. On a tous besoin de l'amour.

(La mer ronronne bruyamment et j'aime son bruit)

Ma mère et son ami ont récupéré un petit chaton. Il s'est perdu dans les montagnes où il bosse, le conjoint de ma mère. Ils n'ont rien raconté, mais un jour j'ai reçu sa photo - un petit animal gris, assis sur l'épaule de ma mère. Une semaine plus tard je l'ai vu en vrai. Un petit bout de velours, s'approchant aux petits pas pour me connaître.

A la fin de ma visite, il se trouva déjà près de mon oreille sur le canapé pendant que je me suis reposée.

Aujourd'hui, il a pris du poids et de la taille, n'a plus peur de rien, court dans tous les sens avec ses oreilles, grands comme des interlocuteurs...

cccccccccccccccccccccccc

Samedi matin encore, je lis ce bouquin qui me passionne énormément, malgré son histoire pas facile. Mais que-ce qu'il y en a des gens malades dans cette vie. Que Dieu me préserve de tout ça.

***On s'est rencontré avec Adam hier; j'aurais dit "par hazard", mais je n'y crois pas. Aujourd'hui, on a parlé par téléphone, et j'étais ravie: il est quelqu'un d'intelligent. Dommage qu'il a du mal à écouter l'autre, mais depuis notre dernière rencontre il s'est beaucoup amélioré. On n'a pas pu se rencontrer car il a des matchs de shesh-besh online. J'étais déçue, mais j'ai récupéré rapidement et j'allais à la mer de respirer l'odeur frais de cet octobre, 8 exactement. Dans 8 jours j'aurai mon 33ème anniversaire, et je n'ai pas à me plaindre. J'avance bien sur mon chemin.

A la mer il faisait bon, comme d'habitude, déjà, le vent refroidi, et on sent bien que c'est l'automne avancé...dans 2 jours je serai plus là. Je serai à Vittel, pour ma formation de réceptionniste dans l'environnement de Club Med, et que l'aventure poursuit!

Thèmes

Image de Très très courts
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Romane González
Romane González · il y a
Ce texte est très beau, j'aime son aspect décousu. Encore une fois, je le trouve très poétique. Vos textes me font penser aux poèmes de William Carlos Williams. J'aimerais beaucoup savoir écrire comme ça mais la poésie n'est pas mon fort!
·
Image de Jarrié
Jarrié · il y a
Lisez beaucoup, là est le refuge. Heureux d'avoir visité votre texte en premier.
·
Image de Olessya
Olessya · il y a
Oui, je lisais beaucoup, énormément même et c'était exactement ça - le refuge, mais pas que. En lisant d'autres j'ai appris sur la vie, sur les sentiments, sur l'écriture. Aujourd'hui je n'ai plus besoin de refuge, je crois. J'ai besoin de gens, j'ai besoin de vous car les gens est la plus grande richesse autour. Le fait d'être ensemble, de partager - ça soulage les plus grandes peines. Avant, je m'éloignais des autres car je croyais qu'ils vont me faire du mal, mais aujourd'hui, je vois de plus en plus que les gens me font le plus grand bien!
Merci de m'avoir lu et merci de vos commentaires, Jarrie.

·