Les chenilles de la Bastille

il y a
3 min
689
lectures
55
Lauréat
Jury

Je suis un fana de lecture, mais ma plus grande passion est sans nul doute l'écriture, je me suis donc inscrit sur ce site pour pouvoir exercer ma passion! Bonne lecture  [+]

Image de 2016

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

L'endroit dont je vais vous parler se trouve au bord du massif de la Chartreuse, plus précisément au bord de la rivière l'Isère. Eh oui, je vais vous parler de la Bastille de Grenoble.
Cette prison qui trône sur la ville, imposante et fière.
Mais dans ce décor impressionnant se cache un petit insecte qui se répand partout comme une traînée de poudre. A première vue, ce n'est qu'un petit papillon et ses chenilles sans intérêt, mais ces chenilles font des ravages ! La pyrale du buis, comme nous l'appelons, se nourrit de l'énergie du buis en l'aspirant par les racines. Grâce à cette énergie fantastique, cet insecte se fabrique plus de quatre millions de neurones par nano-mètre de son corps !! Avec cette intelligence, cette petite bête ne veut qu'une seule chose : prendre le trône des humains, gouverner cette Terre grâce à son intelligence hors norme !!
Mais ça, les hommes ne le savent pas encore...

Un jour d'été, le biologiste Georges Dupinceau se pencha sur le mystère qui entourait la démultiplication de La pyrale du buis. Pour ce faire, il captura une chenille tout juste naissante et la mit dans une salle qui avait pour but de reproduire son habitat naturel (calcaire, buis et autres plantes et minéraux). Bien sûr, Dupinceau lui avait implanté une nano-caméra sur la tête pour ne pas la perdre de vue.

Premier jour : Dupinceau ne remarqua rien de spécial excepté le fait que la petite bête ne mangea rien, pas même une minuscule feuille de buis. La chenille ne fit qu'explorer son nouvel habitat. Elle grimpa sur les feuilles, escalada les rochers calcaires, mais ne mangea rien !
Le biologiste, étonné d'un si petit appétit, entra dans la salle, chercha une feuille de buis, arracha cette dernière et la passa au labo pour voir si le buis n'avait pas quelque chose d'étrange. Mais il ne trouva rien de particulier. Il se dit que cela devait être normal, que les pyrales du buis ne mangeaient pas beaucoup. Il retourna donc voir ce que la chenille faisait. Quand il regarda sur son ordinateur, il vit le haut de la tête de l'insecte qui était en train d'achever de monter son rocher. « Bref, premier jour sans aucune piste », écrivit-il sur son journal de bord.

Deuxième jour : Cette fois encore, la chenille ne mangea pas de feuilles de buis mais, à 14h12, elle arrêta sa course devant un plant de buis, mit sa tête contre le sol, souleva son corps et se mit à tourner sur elle-même à la façon d'une foreuse ! Et elle y arriva ! Elle commença à creuser, creuser, jusqu'au moment où la caméra ne distingua plus aucune forme...

Troisième jour : Le chercheur trouva le plant de buis devant lequel la pyrale avait creusé la veille, je disais donc, le chercheur trouva le plant de buis totalement fané ! Mais aucun dégât sur les feuilles ! « Très étrange, se dit-il, on dirait que cette pauvre plante a été vidée de son énergie ! Les feuilles et les tiges n'ont aucun dégât ! Comment cette fichue larve de papillon aurait-elle pu pomper son énergie ?! Voyons voir, elle a creusé, puis sous terre je ne sais pas... Mais oui, bien sûr !! Par les racines ! Pas bête ! Bien, allons voir où en est la petite bête. » Il vit, par l'intermédiaire de la caméra, une espèce de peau qui recouvrait la chenille. Il comprit de suite qu'elle faisait sa chrysalide. « Bien, elle devrait rester dans son cocon au moins deux semaines ! »

Quatrième jour : Toujours dans son cocon.

Cinquième jour : Toujours dans son cocon.

Sixième jour : « Cela m'agaçait de devoir rester ici à attendre, tout va bien, elle se transforme ! »
se dit le chercheur en buvant un thé à la camomille. Au moment même où il dit cela, le papillon sortit de son cocon ! Dupinceau en fut tellement étonné qu'il en recracha son thé sur le clavier de l'ordinateur... « Sapristi ! Deux jours lui ont suffi pour se métamorphoser ! Je n'ai jamais vu ça !! »
Il se pinça la joue pour vérifier qu'il était bien éveillé. En effet, il n'était pas en train de dormir. Juste après sa sortie, le papillon fabriqua un autre cocon, mais, qui lui, était dix fois plus gros !
« Mais que fabrique-t-il ? » Au moment de fermer cette espèce de sphère blanche soyeuse, il se mit à l'intérieur, et... et il y pondit un nombre qui dépassait sans problème les deux cents œufs !! « Je n'en reviens pas, il est tout juste sorti de sa chrysalide et il pond un nombre incalculable d'œufs !! »
« Oh punaise ! Moi, je m'en vais, il faut que je fasse le vide ! »

Cinq jours plus tard : « C'est le moment ! Ils vont sortir de cette espèce de nid ! » Le nid bougeait dans tous les sens, et l'on voyait des têtes de chenilles qui commençaient à sortir de tous les côtés, et déjà, des dizaines de larves se dandinaient pour s'échapper ! Une demi-heure plus tard, toutes les chenilles étaient dehors. « Quand je raconterai ça à mes collègues, eh bah mon vieux ! »
Maintenant que l'expérience était finie, il n'avait qu'à lâcher le nid de prédateurs des chenilles (les frelons Asiatiques) qui se situent juste au-dessus de la salle des chenilles et ils le débarrasseraient de toutes ces larves ! Il appuya sur le bouton pour les lâcher mais rien ne se produisit... Il entra donc à l’intérieur de la salle pour vérifier que les dalles n'étaient pas coincées, et effectivement, une chenille s'était coincée dans la dalle. Il l'enleva et courut vers la sortie avant que les frelons ne rappliquent.
Il en sortit sans piqûre, et assista au carnage. Le papillon sur lequel était fixé la caméra se fit dévorer par trois frelons ! Pendant qu'il regardait, il ne se rendit pas compte qu'il y avait une chenille qui lui grimpait sur l'épaule. Elle arriva à l'oreille... et lui perfora le tympan en tournant sur elle-même. Elle parvint au cerveau, et, grâce à son intelligence, prit le contrôle du bonhomme... Elle le fit entrer et tua les frelons. Il ne restait plus que les chenilles.

LA RÉVOLUTION COMMENÇAIT !!!

55

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,