4
min

Les Brumes d'Eysemirr

Image de Waouff

Waouff

82 lectures

43

Journal de bord du Galatix, 47ème journée de la Sarême suprême de l’an 11893, troisième ère de l’empire Serranéen.

Il m’est rare d’inscrire mes journées dans le journal de bord. Cependant, suite aux événements survenus ces derniers jours, j’ai choisi de relater le calvaire que nous avons subi face à l’inconnu. En tant que supérieur hiérarchique à bord, je certifie, moi Nax H’arhel, que les faits suivants sont racontés tels qu’ils ont été vécus. Maintenant que tout est clarifié, laissez-moi écrire l’histoire telle que je l’ai vécu.

Nous avions reçu un ordre de livraison stipulant que nous devions livrer les cargaisons de produits exotiques du port Serranéen Extapt vers les laboratoires de la zone neutre Eysemirr. Le voyage était prévu sur trois périodes, la première en zone Serranéenne, la deuxième toujours en zone alliée et enfin la dernière en passage supraluminique. J’insiste sur ce détail pour faire comprendre qu’à chaque fin d’étape nous vérifions les composants du croiseur et cela pour éviter toutes mauvaises surprises.

Une fois la cargaison chargée, nous avions entrés les coordonnées de vol. L’intelligence supérieure d’Extapt a effectué les calculs avant de nous les envoyer. Le voyage ainsi prévu devait nous lâcher en plein sur la zone d’influence des laboratoires. Mais, et c’est bien là le premier fait troublant, lors de l’étape supraluminique, un artefact a interagi avec notre croiseur. Un artefact est un élément inconnu dans le vide interstellaire. Nous fûmes alors éjectés de notre vitesse de croisière par quelque chose alors que théoriquement cela est impossible.

Le Galatix, le nom du croiseur, a donc tout simplement cessé d’alimenter le vaisseau en énergie. Nous nous sommes arrêtés instantanément. Nous avions d’abord pensé à un drainage des réacteurs, souvent l’œuvre de pirates, mais personne ne semblait venir. Le Galatix est donc passé en mode survie, fournissant ainsi le strict minimum pour l’équipage entier. A ce moment, j’ai ordonné que les techniciens de bord me fassent le rapport de tous les éléments techniques endommagés. Bien heureusement, rien ne fut touché. Mais, cela ne résolvait pas le problème. Nous étions réduits à l’état de vaisseau fantôme, les réacteurs, systèmes de communication, boucliers énergétiques, armements et autres outils nécessitant de l’énergie, tout cela était inopérant.

En bref, vous l’aurez compris, nous étions livrés à nous-mêmes, isolés dans un des coins les plus perdus de la galaxie Nefyul. De plus, nous ne disposions de seulement quelques jours avant que les systèmes de survie s’épuisent. C’est dans ce moment-là que les vrais événements étranges ont commencé. Ceux-là qui me font écrire dans ce journal de bord. Je reconnais que mes mains tremblent encore de ce que nous avions vécu, je ne sais si je saurais retranscrire correctement ce que nous avions vu.

Avant toute chose, il me faut préciser que le croiseur Galatix embarque à ce moment un équipage réduit, composé de 1203 personnes au lieu des 2213 habituels. De ce fait, beaucoup de modules du vaisseau étaient donc inactifs. Aussi, lorsque des artefacts ont commencé à apparaître dans le croiseur, une certaine crainte nous a envahis à l’idée d’explorer les profondeurs du Galatix. Nous avions donc formé une première expédition de quelques valeureux membres de l’équipage pour les envoyer dans les modules qui étaient sans air respirable et sans lumières.

Nous étions face au seul moyen de communication dont nous disposions, nos radios. Au fil du temps, l’expédition se rapprochait de l’inconnu et les artefacts formaient une nappe qui occupait les deux tiers du vaisseau. Puis, ils ont atteint leur objectif, ils avaient l’air surpris presque émerveillés. Ils sont entrés en contact avec l’artefact. Et très rapidement, cela a dégénéré. D’abord, des questions à l’envahisseur. Puis des cris et enfin des bruits de lutte. Plus rien. Ils sont morts. J’ai par la suite discuté avec les capitaines pour étudier la situation qui était devenue critique.

Nous avions alors choisi de placer l’équipage en position de méfiance, à ce moment, le vaisseau entier était enveloppé par l’artefact. Nous avions dès lors commencé à apercevoir des nappes de brumes. Retenez bien ce que je vais vous décrire car il s’agit là de notre premier contact avec la chose. La chose car ces brumes avaient quelque chose d’organique. Sous une source de lumière, elles reflétaient plusieurs couleurs, semblant danser, émerveillant nos yeux. Mais la beauté laissa place très rapidement à une attaque sournoise, du moins ce fut comme cela que nous l’interprétions. Alors que nous assistions à l’apparition de ces nuages, plus personne ne parlait, la vue était obstruée et là, dans les jeux de lumière, les premières personnes se battaient contre un adversaire inconnu.

Oui, vous avez bien lu, mes hommes étaient en train de se débattre dans les brumes colorées. Par je ne sais quel moyen, elles parvenaient à leur étreindre le corps. Ils finissaient par mourir d’étouffement. Nous avions décidé, avec l’équipage restreint qui me restait, d’aller vers la navette d’exploration planétaire. Ainsi nous avions une chance de nous expulser de cette horreur. On n’aurait disposé que d’une faible autonomie mais suffisante pour nous extraire de la zone touchée et pour peut-être joindre les secours.

Nous sortîmes du poste de commandement pour atteindre le couloir. La couleur orangée des systèmes de survie donnait un aspect fataliste aux murs. Nous avions revêtu nos scaphandres afin de ne pas respirer la brume. Nous avancions péniblement dans les brumes insipides, je voyais certains de mes hommes devenus fous. La scène surréaliste déclencha en nous un sentiment d’urgence. Nous avions accéléré notre cadence pour atteindre le sas qui promettait une sortie sur l’extérieur et donc la navette.

Malheureusement, mes hommes infectés par les étranges brumes se mirent à nous attaquer. C’est donc avec regret qu’un de mes capitaines activa l’expulsion de tout l’air respirable à bord du croiseur. Nos bottes magnétiques nous maintenant au plancher, nous pûmes assister au spectacle coloré de la brume expulsée vers l’extérieur se transformant systématiquement en myriade d’éclats multicolores. Mais aussi du profondément déplorable envol des centaines de corps de mon équipage.

Après cette expulsion, les systèmes d’énergies du vaisseau revinrent à la normale. Nous pûmes faire l’état des dommages dus à cette attaque aussi mystérieuse que meurtrière. Nous avions perdu 301 de mes hommes que certains qualifieront de pertes minimes. Pour ma part, je le vis encore comme un échec.

A la suite de la remise en état, nous avions récupéré certains des fragments colorés désormais inoffensifs. Par prudence, nous les avions gardés isolé de notre air respirable. Nous avions également récupéré les corps de nos semblables avant de nous diriger vers les laboratoires d’Eysemirr. Là-bas, nous aurions peut-être nos réponses. Réponses qui ne donneront rien puisque hélas, la composition des cristaux colorés n’avait rien d’organique ou du moins vivant. Les brumes en changeant de milieu ont sans doute changé d’état devenant des minéraux sans âmes.

Alors, peut-être que par leur composition, elles ont tué mes hommes ou interféré sur leurs raisonnements. Peut-être que c’étaient de vrais êtres vivants habitant notre galaxie sur une autre échelle dimensionnelle. Peut-être. Ce sont de bien faibles suppositions par rapport à l’immensité dont est capable l’espace. Et cet incident me confortera longtemps sur l’idée qu’il restera toujours quelque chose d’inconnu à explorer dans le vide interstellaire et qu’il nous faut garder à l’idée que nous ne le maîtrisons pas mais que nous voguons uniquement dessus.

C’était le témoignage de l’ingénieur de flotte Nax H’arhel du croiseur Galatix, sur les Brumes d’Eysemirr. Par l’expression des sceaux impériaux qui me sont conférés, ces pages sont à caractère officiel en vertu des écrits impériaux Serranéen.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
43

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Brennou
Brennou · il y a
J'ajoute mon vote en dessous du sceau de l’ingénieur de flotte Nax H’arhel du croiseur Galatix !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

p.s : je reviens vers vous pour le commentaire mais je suis un peu débordé en ce moment ;)

·
Image de Maour
Maour · il y a
Merci pour ce texte que j'ai lu avec plaisir. J'espère que vous apprécierez aussi le mien :)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/la-veritable-histoire-du-petit-poucet

·
Image de Waouff
Waouff · il y a
Votre plaisir est également le mien. Je penserais à lire votre histoire que j'ai déjà eu l'occasion d'apprécier.
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Waouff
Waouff · il y a
Merci et c'est avec grand plaisir que j'accepte les critiques, n'hésitez pas ! Je vais de ce pas lire votre oeuvre.
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Votre texte m'a emporté dans un univers que je connais mal ou apprécie peu, et pourtant je m'y suis senti à l'aise. Mes votes. Peut-être aimerez vous "L'héroïne" "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé".
·
Image de Waouff
Waouff · il y a
Je suis heureux que ça vous ait plu. Je ne manquerais pas de jeter un œil à vos œuvres.
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Waouff
Waouff · il y a
Merci pour les encouragements, je vais jeter un œil à votre oeuvre.
·
Image de June
June · il y a
Ton style n'est pas sans me rappeler Lovecraft, j'aime bien cette vision d'une brume vivante ! Tu as mon vote !
·
Image de Waouff
Waouff · il y a
On ne pouvait pas me faire de meilleurs compliments. Je me sens très flatté que ça plaise.
·
Image de Abi Allano
Abi Allano · il y a
Pas mal du tout ce récit de science-fiction. Angoissant et bien mené. Bravo!
·
Image de Waouff
Waouff · il y a
Merci, ça me fait énormément plaisir.
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
L'an 11893... un peu loin pour moi. J'avoue (une fois encore) que la SF n'est pas ma tasse de thé littéraire... mais ce Prix offre cette possibilité d'en user... et donc pour moi qui lis, d'être plongé dans ces univers de tous les possibles. Mon vote pour un ttc bien dans l'esprit demandé.
·
Image de Waouff
Waouff · il y a
Content de voir qu'il n'y pas que des fans de SF qui apprécient. Merci !
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote. 5 voix.
Je suis aussi en compétition ; http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·