Les bons conseils de maître Synopsis

il y a
3 min
78
lectures
8

J'écris depuis une dizaine d'années maintenant, j'ai commencé à gratouiller pour une troupe de théâtre dont j'ai longtemps été membre. J'ai écrit une pièce intitulée "Un vrai baiser de  [+]

Franck Baron était totalement bloqué. Son esprit, malgré la concentration, ne produisait plus que des conneries indignes de figurer dans son ultime chapitre. La dernière page Word de son roman en cours restait ainsi désespérément blanche.

Voilà quatre années que Franck s’était lancé dans l’écriture d’un polar. L’histoire de Victor, Castor et Jean-Louis, des chômeurs en fin de droits qui décident de braquer un casino pour pouvoir continuer à faire leurs emplettes chez Carrefour. Le plus curieux, c’est que toute l’intrigue avait coulé d’elle-même jusque-là. La mise en place, les éléments déclencheurs, les péripéties, la gestion des conflits entre les personnages, la morale, l’auteur avait impeccablement maîtrisé tous ces éléments. Mais Franck Baron buttait sur la conclusion.

Il relut encore sa structure de base, dont le sens commençait à lui échapper dangereusement :
« Une fois l’assaut mené à bien, les complices planquent le grisbi chez la maman de Castor. Pendant qu’ils fêtent cette fortune nouvelle, Jean-Louis flingue Victor par accident lorsque son P38 lui glisse des mains. Castor soupçonne Jean-Louis de l’avoir fait exprès pour éliminer un comparse du partage final. La mère de Castor trouve le sac de sport plein de blé dans le fond de son poulailler, elle utilise une liasse pour s’acheter des godasses et conseille à son gamin de se livrer aux autorités parce que c’est pas beau de voler son prochain. »

Franck ouvrit une nouvelle bouteille de vodka, et tenta de libérer son imaginaire en s’envoyant une énième Marlboro. Lorsque les volutes de fumée se dissipèrent et que le petit matin s’insinua dans la pièce, le regard tourmenté de Franck se posa sur une photographie punaisée à son tableau de liège mural spécial « recherches et documentation ». Le cliché, pris au salon du livre de La Salvetat-sur-Agout, le représentait aux côté de son amie Sophie Saphilic, auteure de nombreux ouvrages érotiques.
Il décida de lui passer un coup de fil afin de partager sa détresse avec une personne qui pourrait la comprendre :
- Et donc, à la fin, la mère de Castor se tire en Argentine avec le pactole pendant que son fils se retrouve en garde-à-vue.
- Qu’est-ce qu’il fout en garde-à-vue ?
- C’est la vieille qui le balance avant de prendre l’avion, parce qu’elle a peur que Jean-Louis le refroidisse après la disparition du magot. Sur-ce, Jean-Louis se pend dans son garage, Castor est devant le flic qui l’interroge, il doit exprimer des regrets, et il doit dire une phrase qui claque pour terminer en beauté, tu vois ? Mais je ne sais pas du tout ce qu’il pourrait dire, ce con ! Tu peux m’aider ?
- Moi, quand je suis bloquée à l’écrit, je vais voir le sage Archytas de Synopsis.
- Qui ça ?
- C’est un maître-écrivain qui vit en ermite au sommet du Puy de Sancy. Il est génial, il m’a aidé à terminer « Trois sur trois ». Tu te souviens qu’au début, Géraldine couche avec Adrien, et quelques chapitres après, elle couche aussi avec son meilleur ami Jonathan. Eh bien c’est Archytas de Synopsis qui m’a soufflé l’idée d’un coït final entre Jonathan et Adrien. Tu le gardes pour toi, s’te plait. C’est ce gars-là que tu dois consulter, je t’assure que c’est le roi de la chute !

Franck Baron, surexcité, sauta dans ses pompes de randonnée, bondit dans sa Clio, supporta les inévitables embouteillages du périph’ et se précipita sur l’A71 en direction de Clermont-Ferrand.
Une fois arrivé au cœur du Massif central, Baron repéra la cime à gravir, avala un jambon-beurre, inspira une grande bouffée d’air montagnard, puis il partit débordant d’optimisme à l’ascension du Puy de Sancy.

Son périple vers le sommet fut des plus mouvementé, il dut traverser plusieurs ruisseaux déchaînés en luttant gaillardement contre le courant, semer un bouquetin enragé, affronter une pluie battante qui grilla son I-phone, sucer en vain le venin d’une morsure de couleuvre qu’il prit naïvement pour une vipère provinciale, éviter quelques chevrotines de chasseurs exaltés, et parvint finalement aux pieds d’un escalier de bois qui menait au-dessus des nuages.

864 marches plus tard, Franck Baron, considérablement essoufflé, déboucha sur un plateau rocailleux au centre duquel trônait une hutte bancale.
- Maître Synopsiiiiis ! beugla Franck entre deux ahanements.
Un écho rabâcha le cri du scribouillard égaré, et un petit bonhomme apparut à la porte de la cahute. Un nonagénaire boiteux portant une toge marronnasse. Sous son interminable barbe blanche se trouvait un visage strié de rides profondes. Le vieux machin claudiqua jusqu’à Franck, il tenait dans les mains une édition de poche atrocement usée de « Da Vinci Code ». Il détailla Baron de ses pupilles humides et fatiguées, puis articula avec difficulté :
- Luttez contre votre leucosélophobie vous voulez, jeune homme, hmm ?
Franck Baron était encore tout haletant, il fixait l’ancêtre en se demandant ce que pouvait être le leucoléso-bidule.
- On s’essouffle avant la fin, hmm ? reprit Synopsis, les mirettes rieuses.
La bobine de Franck s’illumina, Archytas le judicieux avait saisi la raison de sa présence.
- Oui, maître ! Oui, la fin !! Comment lutter contre cet essoufflement, ô grand maître Synopsis ?
Le débris dirigea son index tremblant vers un imposant bâtiment de béton situé à une trentaine de mètres sur sa droite, des câbles épais s’échappaient de la construction et disparaissaient dans la brume qui dissimulait la vallée.
- Prendre le téléphérique vous auriez dû, hmm. affirma le reclus du Puy de Sancy.
Sur quoi Archytas de Synopsis s’écroula, victime d’une brutale rupture d’anévrisme.

Les parois rocheuses des monts alentours répercutèrent alors un son qui résonna sur des kilomètres, un hurlement de désespoir, la plainte glaçante d’un homme de plume au fond de son gouffre artistique : « PUUUUTAIN DE PAAAAGE BLANCHE !! »
8

Un petit mot pour l'auteur ? 15 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
La fin justifie quelquefois les moyens, mais là, ni moyens, ni fin. Juste le vertige de la page blanche au bord du gouffre pour un grand bon en avant ☺☺☺
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci d'être passée et d'avoir noté le côté symbolique de cette bouffonnerie, Miraje ! ;-)
Image de Aëlle GUTBUB
Aëlle GUTBUB · il y a
Merci de m'avoir appris un mot nouveau : leucosélophobie !
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Merci d'être passée, Aëlle ! Maître Synopsis est un mix génétique entre Yoda, Bernard Pivot et maître Capelo ! ;-))
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
WHAOU ! GENIAL ! A quand la suite ? De belles références, de l'humour, le tout mijoté à la sauce polar... J'adhère & j'adore !
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
C'est à mon tour de whaouwer devant ce commentaire enthousiaste, merci beaucoup RAC !!!
Spécialement pour vous, voici la fin du roman de Franck Baron, inspirée par sa brève rencontre avec Archytas le sage:

Castor, plein de remords, se tenait devant l'inspecteur chargé de l'interroger. Il bredouilla: "Prendre l'avion avec môman j'aurais dû !" avant de s'effondrer, terrassé par un soudain AVC. ;-))

Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Brr ! Merci pour cette faveur ! Moi qui ai peur de l'avion... Je vais y repenser à chaque fois ! C'est affreux... (mais j'aime l'humour noir & les sarcasmes !) A bientôt & Joyeuses Pâques sans chocolats au cyanure ou autre trouvaille du genre "Arsenic & vieilles dentelles" ensanglantée au fumet de l'Auberge Rouge...
Image de Long John Loodmer
Long John Loodmer · il y a
...Blanche comme neige
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Il est adéquat ce commentaire, j'ai justement publié ce texte en libre parce que je le trouvais simplet ! ;-)
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
Ca ne vous a pas rendu grincheux, c'est le principal !
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Zut alors ! Moi qui voulais rendre visite à ce vieux pote Archytas !
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Son esprit est éternel, il parait qu'on peut l'invoquer en psalmodiant son nom devant les distributeurs Short édition ! ;-)
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Merciiiiiiiii du tuyau !!
Image de Fantec XYZ
Fantec XYZ · il y a
Nous voilà bien. Que faire ?
Image de Olivier Darcourt
Olivier Darcourt · il y a
Opter pour les fins en ellipse ! ;-)

Vous aimerez aussi !