Les baskets d'Eoline

il y a
2 min
158
lectures
96
Qualifié

Lire, écrire, partager, souffles de vies parallèles ou ancrées dans des réalités  [+]

Image de 2017
Image de Très très court
- Eoline tu es prête ? On part dans cinq minutes. Tu mets les neuves. N’oublie pas, tu as promis.
- Ok Mam’.
L'air buté, l'adolescente jette un regard torve sur les rutilantes running que sa mère lui a achetées il y a un mois déjà. Elle hésite, fait la moue, cogite sur les conséquences de son choix, referme d'un geste sec le couvercle de la boîte encore enrubannée et plonge au fond du placard pour ressortir SES baskets, les seules dignes d'intérêt. Elle les enfile aussitôt soupirant d’aise, un sourire béat s’étalant sur son visage espiègle. Elle se rappelle le jour où son oncle Zéphyr les lui offrit, lui confiant à l'oreille, dans un souffle complice, la touche de magie dont Athéna la déesse tisseuse avait doté les chaussures de sport couleur arc-en-ciel :
- Tu vois petite, si tu en prends soin, ces baskets t'accompagneront très longtemps car elles possèdent la propriété de s'adapter automatiquement à l’anatomie du pied qui les chausse. Le confort d'une pantoufle pour des pieds d'aventurière.
Et elles en connurent ensemble des aventures, sautant de nuages en nuages à la poursuite de l’étincelant char d’Hélios, bravant à la course les vents les plus terribles, détalant à un train d’enfer après avoir chapardé une flammèche dans la forge d'Ephaïstos, randonnant dans les verdoyantes forêts du territoire des hommes, s'engouffrant dans les couloirs d'avalanches, grimpant dans les anfractuosités des cimes de l'Olympe.
Que de fougue, que d'ivresse ne leur devait-elle pas ? Et elle devrait les réformer pour ces vulgaires ersatz ? JAMAIS !
Bien sûr au fil du temps et d’une intense activité elles s'effilochèrent, fils diaprés flottant dans l'éther azuré.
Reprisées, rapiécées avec cette toile dérobée aux djinns du désert saharien, ses chères compagnes ne trouveraient plus jamais grâce aux yeux de sa mère, habillée en Prada.
- Enfin te voilà.
Comme prévu Mam' foudroya les pauvres baskets d’un regard courroucé.
- Cette fois c'en est trop. Dès demain je les enverrai à la décharge.
- Hors de question que mes trésors aillent pourrir dans ce cloaque infâme et puant. Pouah !
Quitte à m'en séparer, songea-t-elle, autant leur offrir une vie encore plus belle et plus glorieuse que celle que nous avons connue ensemble. Réfléchissons, intelligence vive, coeur intrépide, tempérament fougueux, belle âme... Son regard s’illumina d'un éclair de malice. Mais oui bien sûr, le préféré de Zeus ! Je le trouverai certainement auprès des muses, s’abreuvant de leurs chants. Ce n'est qu’à quelques milles. En faisant vite je serai rentrée pour dîner.
Aussitôt dit, aussitôt fait. Eoline plongea dans l’azur pour se laisser glisser voluptueusement sur les voiles de la belle Iris qui la déposa aux abords de la source Hippoprène. Il était là, éblouissant de blancheur, savourant cette paisible journée exempte des grondements du tonnerre et des fulgurances de la foudre. Souriante, elle s’approcha du fier destrier qui fut son compagnon de jeux à la crèche olympienne et lui murmura quelques mots à l’oreille qu’il approuva derechef. Deux baskets et quatre pieds, il fallait jouer serré. Après avoir concerté son ami, elle opta pour les pattes postérieures et lui enfila les baskets naturellement respirantes qui épousèrent instantanément les vigoureux sabots. Et c’est ainsi chaussé, qu’en un long hennissement joyeux, Pégase déploya ses ailes magnifiques et s'élança vers le firmament.
96

Un petit mot pour l'auteur ? 54 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Djany Bonnard Parolière
Djany Bonnard Parolière · il y a
le diable ne s'habille plus en prada... J'ai bien ri merci
Image de Bertrand Môgendre
Bertrand Môgendre · il y a
Ce soir, un ange s'est échoué dans mon attrape rêve. Chaussée de basket couleur arc-en-ciel, elle se prénommait Andromède. Comme elle sentait des pieds, je compris qu'il valait mieux la laisser reprendre sa liberté.
Merci Plumareves pour cette histoire.

Image de Plumareves
Plumareves · il y a
Les conflits de génération sont intemporels... Merci Bertrand pour votre amusant commentaire.
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Lol ! J'ai idée que "maman Prada" fera d'autres descentes dans la garde-robe d'Eoline, ce qui donnera d'autres récit savoureux...
Image de Plumareves
Plumareves · il y a
Pourquoi pas ? Merci pour votre lecture Joëlle.
Image de Marianna
Marianna · il y a
Texte agréable, fort bien écrit, J'aime !
Image de Plumareves
Plumareves · il y a
Merci beaucoup Marianna pour votre appréciation de ce divertissement ludique. :-)
Image de Sophie Debieu
Sophie Debieu · il y a
Un déroulement inattendu, très sympa à découvrir et à lire, j'ai remis mes baskets le temps de l'histoire :-) merci
Si vous le souhaitez, je vous invite à découvrir " choc", en lice pour l'été https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/choc-2

Image de Plumareves
Plumareves · il y a
Merci pour votre commentaire Sophie. J'ai découvert vos oeuvres et apprécie beaucoup votre style direct, dynamique, vivant. Aux prochaines rencontres. :-)
Image de Sophie Debieu
Sophie Debieu · il y a
j'avais oublié de voter, voilà qui est fait
Image de Sophie Debieu
Sophie Debieu · il y a
Merci à vous, oui au plaisir de se lire à nouveau :-)
Image de Nicolaï Drassof
Nicolaï Drassof · il y a
très fin, ce texte imprévu par son titre. Je vais me souvenir de ces inattendues baskets mythologiques
Image de Plumareves
Plumareves · il y a
Votre appréciation me fait vraiment plaisir. Merci Nicolaï.
Image de Barb Ara
Barb Ara · il y a
Je découvre ce texte un peu tard pour le concours mais pas trop tard pour l'apprécier ! Quel charmant prénom avez-vous donné à votre héroïne, c'est vraiment bien choisi ! Comme il est difficile de tout lire et tout découvrir, je passe par ce biais pour faire découvrir mes écrits, mais surtout parce que je me suis engagée dans le concours Automne et souhaite faire découvrir ma nouvelle à plein de gens différents. Recueillir vos ressentis sur mes mots est important pour moi. Ma nouvelle "La descente" est donc en finale, et si l'envie vous dit de venir promener vos yeux sur mes mots et de me soutenir, j'en serais plus que ravie ! http://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/la-descente-7 , ne prenez pas peur surtout et accrochez-vous ! :) Bonne journée à vous !
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Une histoire de chamaillerie entre une mère et sa fille à propos de vieilles baskets et qui finit en conte mythologique, C'est savoureux. Bravo, Plumareves ! Vous avez mon vote.
Image de Plumareves
Plumareves · il y a
Merci pour votre beau commentaire Jean.
Image de Jo Theroude
Jo Theroude · il y a
La mythologie en baskets ! Fallait y penser... Pour ma part, j'ai trouvé ça génial. C'est très bien écrit, une fois de plus et qui plus est, de façon ludique. Mes félicitations pour ce récit original.
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Comme Fred, je le découvre trop tard, et c'est dommage. A l'occasion je vous invite à pousser les portes de mon univers ou plusieurs textes crient pour tenter de vivre encore un peu, merci.
Image de Plumareves
Plumareves · il y a
Merci pour votre lecture Artemiss03. J'ai franchi les portes de votre univers et continuerai ma promenade dans les pas de vos textes charnus comme la vie.
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
L'image est magnifique, merci