1
min

546 lectures

86

Qualifié

Recommandé

Vous êtes là. Vous êtes toutes là, sagement blotties dans vos écrins dont les parois brûlent depuis longtemps sous l’assaut de vos feux. Béryl, améthyste, perle, grenat, cristal... Ma jeunesse était avide de vos luxueux chatoiements que j'aimais enrouler autour de mes doigts fins.

Les années ont passé. J’ai rangé mes bagues pour mieux laver, brosser, câliner, cuisiner. Les reflets précieux n’étaient plus à mes doigts mais dans vos yeux, enfants, vos yeux brillants de rires émeraude et de larmes d’argent ; et lorsque, le soir, je vous installais dans vos écrins de plumes et de laine, vous continuiez à rutiler dans mon cœur malgré le voile des paupières abaissées.

Mais l’on s’use à laver, brosser, câliner. Un jour se lève où tout reste gris, malgré le vent qui chasse les nuages, malgré le soleil de printemps qui fait scintiller la brume légère. Les enfants, atteints d’adolescence aiguë, fument, fuguent, fulminent, fuient, fustigent sans pitié, sans le vouloir, nos espoirs si profonds, si fragiles. Et l’on reste là, réduite au silence, l’âme flottante et grise, les mains ballantes et ternes.

Alors, on rouvre les écrins. Timidement, on enfile les cercles d’or et d’argent incrustés de pierres fines. Miracle ! Ils épousent parfaitement les doigts et retrouvent leur maître sans rébellion, sans effort. Bien sûr, la peau est un peu rêche et, sous son grain un peu plus épais, l’aigue-marine semble avoir laissé quelques traînées bleutées... Et bientôt le souvenir, bombardé de chauds éclats, distille les joies, les peines, depuis longtemps engourdies sous l’aile des gemmes remisées.

Je n’enterrerai plus mes bagues dans leurs boîtes aux rondeurs satinées. Enfants, en attendant que votre cœur brille à nouveau au rythme du mien, j’en rallumerai mes doigts et peut-être que l’une d’entre vous me dira, étonnée : « Maman, tu aimes les bagues, toi ? » Alors, je rirai et nous pourrons recommencer à parler.

PRIX

Image de Printemps 2016
86

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ch. Deguerrelasse
Ch. Deguerrelasse · il y a
Ciselée comme un bijou, cette écriture me ravit. Au plaisir de vous retrouver sur ces pages.
Image de Brigitte G.
Brigitte G. · il y a
Je suis profondément émue à la lecture de ce si beau texte. C’est une merveilleuse description du lien invisible et si fragile mère enfant.
Image de Blandine Rigollot
Blandine Rigollot · il y a
Merci pour votre commentaire.
Il y a tant de façons d'en parler, mais (presque) toujours une même profondeur.
Un entrelacs de racines, les racines ne sont pas "dérangées" sans douleur...

Image de Isa. C
Isa. C · il y a
Comme c'est beau! ❤
Image de BSN
BSN · il y a
Merveilleuse écriture pour dévoiler des pensées aimantes mais réalistes. La vraie vie est d'une inspiration plus chaude que les modes hallowinesques, et le talent de Blandine écrase tout.
Image de BSN
BSN · il y a
complément : Le talent de Blandine sublime tout.
Image de Blandine Rigollot
Blandine Rigollot · il y a
Mieux vaut sublimer qu'écraser, mais c'est intéressant aussi de varier les plaisirs... Merci en tout cas pour cette appréciation !
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
Une poésie scintillante et rythmée, juste comme je les aime.
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Un texte simple et émouvant, avec une écriture qui a de l'éclat. C'est vraiment superbe
Image de Bartho Lomé
Bartho Lomé · il y a
Très joli texte, de la part d'un ancien marchant de pierres fines et précieuses, métier que j'ai aimé. Je vous souhaite de nombreuses années supplémentaires en compagnies de vos chatoyants enfants.
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
j'adore ces bagues magiques qui font retrouver des bribes du temps perdu
Image de Arlo G
Arlo G · il y a
A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Un bijou pour chanter ces joyaux irremplaçables que sont les enfants et consolateurs parfois que sont les bagues aux doigts.
Aprés l'adolescence heureusement la communication revient. Merci Rocher Mauve pour ce beau texte si évocateur. J'espère vivement vous relire.

Image de Blandine Rigollot
Blandine Rigollot · il y a
Merci pour votre vote Fred ! Votre réponse est celle d'une personne expérimentée en la matière, bienvenue au club ! ;-)

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Cela durait-il depuis longtemps ? Il était incapable de le dire. En été, le soleil têtu ne fait pas la part belle aux secrets. Unis dans une même lumière, l'étrange et l'anodin se fondent. ...

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

Monsieur Donsk est monochrome, en nuances monotones. Ses cheveux poivre et sel encadrent un visage au teint de cendre, à force de passer ses journées sous les néons de l’entrepôt dans lequel ...