Les aventures de John l'aventurier

il y a
2 min
53
lectures
1
John avait trente-deux ans. En réalité il s’appelait Jean-François mais John ça faisait plus américain, et l'Amérique c'était l'aventure. En effet, John était un véritable aventurier. Trente-deux ans à vivre chez sa mère qui venait de le jeter dehors. La seule aventure qu'il ai connue, c'était une semaine de vacances en août, au bord de la mer, quand il avait douze ans. Il n'avait aimé ni le sable, ni le vent, ni les vagues mais il s'était pris de passion pour ces étranges crustacés, les crabes. Il est vrai que ce sont des animaux troublants avec toutes ces pattes qui s'agitent autour de leur carapace, et leur façon de marcher de travers qui déroute l'ennemi.


Et c'est ce que voulait John, dérouter l'ennemi. Il ne savait pas encore quel ennemi mais en attendant il s'était fait tatouer un crabe sur l'avant bras gauche. Et chaque année, au quinze août, il se faisait tatouer d'autres crabes sur tout le corps. C'est ainsi que trentenaire, il avait les bras, les jambes, le dos, recouverts entièrement de tatouages de crabes. Mais voilà que sa mère le mettait dehors. Il allait lui prouver qu'il était un aventurier. Il a pris un sac à dos et s'est mis à marcher. Il ne savait pas trop où aller, c'était ça l'aventure !


Quand il s'est mis à faire soleil, il retroussa ses manches. Les crabes étaient toujours là, bien incrustés sous la peau, plus vrais que nature. Il la tenait son idée : retrouver ce coin de mer, cette plage où il avait passé des vacances à l'âge de douze ans, son premier face à face avec un crabe. Alors il s'est mis, la fatigue venant à marcher, marcher vers la mer. De temps en temps, il rencontrait d'autres randonneurs, mais il ne leur parlait pas, la passion des crabes ça ne se partage pas. Même sa mère n'avait pas compris, alors, ces inconnus... Il a traversé des espaces nus, des plaines, longé des rivières, traversé des villages. Il commençait à se sentir perdu quand quelques semaines plus tard il arriva dans un village aux maisons bleues . Du sable fin saupoudrait les rues et les trottoirs, un vent léger lui caressait le visage. Sur la place, un bus vide attendait. On pouvait lire sur la pancarte « Hauteville sur mer- Terminus ».


John se fit un grand sourire à lui-même, enfin... Ce bus l'attendait, c'est sûr, depuis combien de temps ? Curieusement il était vide, pas de passagers, pas de chauffeur non plus. Regardant ses bras tatoués, pour se donner du courage, John se dit que c'était ça l'aventure, sa vraie vie commençait enfin ! Alors il est monté dans le bus et s'est assis à la place du conducteur. Les clés étaient sur le contact, comme pour l'attendre. Lui qui avait raté douze fois son permis, a empoigné le volant et le levier de vitesse. Il roulait sans difficulté, le bus connaissait bien la route. L'aventure était au rendez-vous ! John riait. Bientôt il reverrait la mer, il retrouverait ses amis les crabes. Même s'il y avait trop de sable et de vent, l'aventure en valait le coup...C'est alors que soudain, alors qu'il roulait tranquillement dans une ligne droite, une alarme retentit. Un portable oublié sur un siège, pensa John. Mais l'alarme persistait, d'un bruit strident. On voulait l'avertir d'un danger , mais qui ? Il ne connaissait personne. Il continua sa route, inquiet. Le bus le mena sans chaos au prochain village. Une fanfare jouait au milieu de la route. Il stoppa net, entre les cors et les trompettes. Alors que les cuivres se donnaient à fond, l'alarme retentit à nouveau. Mais qui était-ce ?


Il voulut descendre du bus, terminer la route à pied mais les portes étaient verrouillées. Ses bras, ses jambes lui faisaient mal. D'un coup ses membres étaient devenus lourds. Il attendait que la fanfare lui libère la route, le but était proche. Rien ni personne ne pouvait l'en empêcher. Assis au volant, fatigué, il regardait ses bras nus entièrement tatoués de crabes. Il avait chaud. L'alarme retentit à nouveau, stridente. Et soudain, les tatouages se mirent à gonfler puis à remuer les pattes. Les crabes reprenaient vie et en peu de temps ils se mirent à déchiqueter cruellement les chairs de John. Il n'aura fallu qu'à peine le temps d'un souvenir, pour qu'il ne reste de cette aventure que des os et quelques cheveux.

1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Clarajuliette
Clarajuliette · il y a
OK la fois prochaine je mettrai du crabe et du homard!
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une histoire fantastique qui se laisse ... déguster. Mais je préfère la chair de crabe ☺☺☺ !