Les autres

il y a
2 min
6
lectures
0

J'ai 22 ans, et je suis une lectrice et auteure passionnée par les sujets sociétaires tels que les relations entre les hommes et les femmes ou encore les standards qui régissent notre mode de vie  [+]

Une notion bien vaste qu'est autrui, il en existe peut être une définition dans le dictionnaire mais à quoi cela correspond exactement, ça reste un mystère. Des clones de nous que l'on croise dans la rue certains ayant plus de valeurs à nos yeux que d'autres parce qu'on retrouve en eux une part de nous, les autres, ceux qu'on ignore et ceux qu'on ne peut pas se voir parce qu'il nous rappelle nos erreurs passées ou qui on aurait aimé être mais que finalement on est pas ; dans cette société faite d'individus aux mêmes caractéristiques, certains sont plus altruistes que d'autres, donnent plus pour les gens qu'ils ne le devraient, parce qu'ils prennent leur rôle de « sosie » humain plus à coeur que la plupart d'entre nous, mais dans une double vie où humanité et altruisme sont toujours en compétition, que vivre est un devoir et aider les autres un de nos principaux traits de caractère, comment s'en sortir ? Comment réussir à avoir une troisième vie où les autres ne rentreraient pas en jeu ?:


→ Est-ce qu'en voulant satisfaire tout le monde et être partout à la fois, on ne finit pas par se perdre soi même ?

En ce qui me concerne, je me suis toujours plu à croire que pour être aimé de tout le monde gentillesse et altruisme étaient les mots d'ordre à appliquer dans la vie, le problème c'est que la théorie est beaucoup moins facile à appliquer qu'en pratique, parce qu'il est vrai que quand la reconnaissance est inexistante et que les réflexions plus sarcastiques les unes que les autres coulent à flot, il arrive un moment où changer de tactique et revoir ses valeurs à la baisse devient une priorité, au début on n'y fait pas attention parce que aider son prochain est un réconfort suffisant et puis les années passent, les gens finissent par prendre votre aide pour de l'acquis et là c'est le drame : vous vous réveillez un beau matin en vous disant qu'après tout ce temps passer à aider les autres un simple « merci » serait vraiment de rigueur, seulement c'est souvent à ce même moment qu'on se rend compte que les gens se sont tellement habitués à vous voir apparaître telle une fée et sa baguette magique dans des situations où ils étaient en détresse qu'ils en ont fini par croire que c'était normal, d'où cet étonnement et ce mécontentement soudain que vous récoltez lorsque vous vous retirez de la partie ; le souci c'est que vous avez tellement pris l'habitude d'aider les autres que les voir se débrouiller tout seul sans vous fini par vous semblez à vous aussi anormal . Mais alors que faire ? Vous vous sentez trop épuisés pour continuer cette activité, qui je vous l'accorde relève souvent plus du sportif que du diplomatique, et les laisser vous met mal à l'aise parce que les habitudes ont la vie dure et que les voir se dépêtrer de leurs ennuis sans vous vous semble être une situation inédite.

En réalité, je pense qu'on ne résout jamais vraiment ce genre de situation parce qu'il y aura toujours besoin d'aider les gens quelque part , je crois juste qu'arriver à tout gérer, la « vie des autres » et la votre, relève de la force de caractère : il y a ceux qui savent déjà qu'ils ne sont pas fait pour ça et qui jettent l'éponge dès le début de la partie, ceux qui seront toujours là et qui arriveront toujours à tout gérer jusqu'au bout parce qu'ils aiment trop jouer et ceux qui ont donné de leur temps mais qui connaissent assez leurs limites pour savoir quand il est temps de se retirer de la partie.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Patty

Hypatia de Salem

5 heures. Paris et Dutronc sont loin, très loin. Dans cette bourgade dépeuplée, délaissée, déclassée, les lumières s’allument çà et là. Les ouvrières se lèvent et parmi elles... [+]