1
min

Les Autres

Image de Arnaud Dupin

Arnaud Dupin

45 lectures

10

Si tu es dessinateur, tu sais retracer d’une ligne à la plume, ou au crayon, la silhouette et l’attitude d’une femme. Il te suffirait de l’avoir une seconde devant toi, lorsqu’elle enlève son pull, qu’elle s’appuie à une table ou qu’elle noue ses cheveux en un chignon vague percé d’une baguette, pour la conserver à jamais sur un bout de papier, un coin de nappe ou un petit carnet.
Si tu es peintre, tu rajoutes de la couleur, tu recrées une am-biance, une chaleur, le ton d’un teint, l’éclat douloureux d’un sourire, le reflet sur une mèche enroulée. Tu l’éclaires, cette forme entrevue, tu l’ombres aussi de reliefs délicats. Tu la fais surgir, tu la rends vivante, et tu peux réorganiser le monde autour d’elle à ta convenance pour qu’elle s’y sente mieux, ce monde que tu n’as fait que ressentir.
Si tu es photographe, tu peux traquer le moindre signe de sa vie, cette impression fugace qui t’aurait sinon échappé, et le dé-cor dans lequel elle bougeait quand tu l’as rencontrée. Tu peux figer le monde autour d’elle, et la laisser occuper tout entier l’espace de ton étroit oculaire. Et quand elle surgit enfin, humide et figée sur le papier luisant, qu’elle devient une épreuve à la-quelle tu fais subir ce que tu veux, tu peux alors la reproduire à l’infini, dans d’infinies variations. Et tu sais que, même si elle demeure un négatif dans une boîte empoussiérée, tu pourras la multiplier de nouveau et te ravir de cette renaissance.
Si tu es écrivain, tu uses tous tes mots pour tenter de l’évoquer, de la faire bouger entre les lignes pour d’autres qui ne te connaissent pas et qui ne sauront jamais ce que tu as vu vrai-ment. Tu dois les sortir de tes tripes, de ta mémoire, ces phrases rigides ; tu dois réduire, par endroits couper leurs élans ; à d’autres, allonger le plaisir, le détail, ralentir le geste. Tu dois faire appel à tes propres images pour que son geste singulier et doux qui te ravit devienne ce geste que tu connais toi aussi, lec-teur, que tu aurais un jour surpris sans y attacher d’importance et qui devient soudain, dans cet imaginaire que je te fournis, ce miraculeux mouvement qui te hanteras désormais chaque fois que tu verras une femme au chignon flou planté d’une baguette.
Et puis, si tu n’es comme moi, ni dessinateur, ni peintre, ni photographe, ni écrivain, que tu ne penses à rien et que tu ne fais rien, tu dois te contenter d’ouvrir les yeux et de rêver seulement à tout ce que tu as vu et qui t’appartiendra toujours comme un instant offert à toi seul.
10

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Marcal
Marcal · il y a
Vous avez une belle écriture. Merci pour ces instants de lecture que vous nous faites partager.
·
Image de Arnaud Dupin
Arnaud Dupin · il y a
Merci de m'avoir lu
·
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
c'est beau c'est doux ..c'est savoir regarder et attraper l'instant, celui qui laisse les vraies émotions
·
Image de Arnaud Dupin
Arnaud Dupin · il y a
Merci de votre appréciation
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
j'aime bien votre monde si riche d'impressions, de croquis, d'émotions. On y sent la plénitude de l'instant présent
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
J'ai aimé ce regard que vous m'avez fait partagé, enrobé de douceur, de protection et d'amour. Merci
·
Image de Yasmina Sénane
Yasmina Sénane · il y a
La dernière phrase est terriblement vraie !
Puis-je vous inviter à Bora Bora pour rêver avec "Nos corps bord à bord" ?

·
Image de Marie No
Marie No · il y a
C'est tellement vrai. La conclusion de votre texte me fait penser à un film dans lequel un photographe qui a "pourchassé" un animal rare et sauvage pour le prendre en photo n'appuie finalement pas sur le déclencheur pour profiter un maximum de l'instant, plutôt que de regarder la scène à travers le viseur de son appareil. Votre texte, quant à lui, est très réussi, j'ai savouré sa lecture :-)
·
Image de Arnaud Dupin
Arnaud Dupin · il y a
Merci de votre plaisir
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
La puissance du rêve et de l'imagination pour garder, retenir, inventer, embellir les souvenirs
·
Image de Volsi
Volsi · il y a
On oublie si souvent la beauté de l'éphémère dont on ne garde pas de trace manifeste, merci.
·