Les amants retrouvés

il y a
1 min
966
lectures
166
Qualifié
Image de Été 2018
Là-bas dans le lointain, où l’horizon et le ciel gris d’automne semblent s’unir pour l’éternité, un violon seul et triste pleure les amours défuntes. Le vent tourbillonne et les feuilles langoureuses lentement se déposent sur le sol. Le chat n’a pas quitté la douceur du foyer. Le poisson rouge ne semble pas s’être aperçu que l’hiver arrivait et l’horloge impassible égrène les instants. Les cartes postales aux murs semblent plus jaunes que la veille... Les souvenirs aussi s’égrènent.
Sur le fauteuil à bascule du salon, la vieille femme s’est endormie. Une pelote de laine repose sur ses genoux. Le tricot attendra, l’instant est au repos. Les meubles aussi semblent dormir, tout poussiéreux d’un autre temps. Le piano du salon depuis longtemps déjà s’est tu et n’a comme vocation que de rappeler aux cartes postales de ne pas jaunir trop vite. Dans le silence de la maison, il est une mélodie venue du fond des âges, celle qui ne parvient pas aux oreilles de ceux qui ne savent pas écouter le chuchotement des anges. Elle est douce et sucrée et veille au repos des hôtes de ces lieux : le chat le poisson rouge la femme au visage si tendrement ridé.
En ce beau soir d’automne, le feu dans l’âtre semble se fatiguer. Les flammes délicatement s’invitent au repos... La maison s’éteint doucement. D’un geste léger et caressant, la main de Dieu invite au voyage.
Il est dans une maison un vieux piano usé, un chat un poisson rouge un pull inachevé. Le fauteuil à bascule s’est immobilisé et l’horloge continue d’égrener le temps. La vieille femme endormie a rejoint l’horizon et le ciel gris d’automne.
Au loin, le violon chante les amants retrouvés.

166

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Guerrier

Càêl Page

Face contre terre. Je suis au sol. N’importe qui peut m’atteindre, mais ils me croient mort. Ceci est loin d’être le cas, je n’ai jamais été aussi vivant qu’en cet instant. L’odeur du... [+]