43 lectures

1

J'ai songé que tu puisses à nouveau me les murmurer. Alors je suis partie me réfugier dans les monts de tes bras, au cercle de sabbat. Notre terreur de pouvoir être à nouveau réunit me replonge dans les profonds secrets de cette nuitée. Te souviens-tu ?

Tu me décrivais chaque état de mon corps, tu me décrivais chaque éclat de sort. Un parchemin mêlant nos mains et nos chagrins. Faire l'amour à une femme de troubadour. Ce vulgaire biologiste sans piste de velours.
Toi à côté à sculpter un à un mes recoins, tu as su entrer dans mes affinités. A commencer par ces petits bouts de pieds, lentement tu les as dirigé dans cette langue si galvaudé.

Me chatoyer de cet instant, l’envoûtant rappel, débouchant sur l'ovation d'un parquet touché de notre grâce à travailler. Tu remontais et descendais comme tu défilais sur la féline d'une réserve démasquée. Entourés de nos mots sauvages à ne plus savoir où était le sacre de notre mariage.

Se laissant aller sur les routes fissurés que tu as su remodeler. Mais sans trop se presser, tu as préféré passer à l'arrière de mon violon accordé. Une banquette de vieille cabriolé au goût de facette d'une abeille sucrée. A piquer, puis à apaiser.

Préférant m'observer dans toute ma sensibilité, préférant me libérer de toutes mes peines engendrées. Lever ce regard comme on lève le voile d'une femme bafouée. Toi qui a couru monts et merveilles du passé, préférant dénicher dons et sommeils pour chasser. Alors que le naturel était notre voix dessinée.
Caresser les cheveux déposés sur la maille de tes voeux accrochés.

Tu as su retenir en moi toute cette sagesse de plaisir de joie. Ecouter la vitesse de jouir, comme on écoute la finesse d'une porte s'ouvrir. Débouchant sur le devant de nos regards amusés, de nos corps nus à enfin respirer. Les poils redressés, les pleures achevées. Plus rien alors ne pouvait exister à compter de notre jour à illuminer.
La nuit devenait notre lumière et le jour notre mystère.

Puis est venue le moment ou je suis passée de l'autre côté. J'ai commencé par t'effleurer par te rassurer que l'ongle n'était pas fait pour griller. Que les griffes du désert était le silence d'une douceur allumée. Que l'intimité d'une bougie valait mieux qu'un projecteur de pourris. Tu voulais sans cesse m'arrêter, mais j'ai continué pour saisir la recette de notre dessert partagé.

A cet instant même deux êtres se trouvés, deux êtres se mêlés d'amour pour être en-haut et de vices pour garder l'équilibre caché d'un profond respect sans aucune notice. Personne n'était trompé puisque l'évidence de notre âme était en paix.

Thèmes

Image de Poèmes
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Alors c'est l'amour fou ! C'est l'amour sans faute. C'est l'amour fautif. C'est la faut à l'amour
·