3
min

Les Ailes de Michael

Image de Did Ouv

Did Ouv

127 lectures

98

C'était le dernier jour de l'année scolaire. Le moins que l'on puisse dire est que la classe en était toute excitée, les blagues du niveau "primaire", pas toujours très judicieuses fusaient à tout va...
Pierrot, Le bout en train de notre section, lança une devinette de son répertoire:
"pourquoi les belges ne marquent pas de points au basket?"...
"Parce que le ballon est plus gros que le panier!".
Il s'esclaffa de sa propre blague et les autres suivirent bruyamment.
Le surveillant demanda le retour au calme.
Notre apprenti humoriste surveillait du coin de l'œil la réaction de mon copain William Anthony, Parce que ce dernier nous avait rejoint cette année dans l'école publique de notre petite ville, il avait beaucoup voyagé avant de nous rejoindre, il était à Bruges en Belgique jusqu'à l'année dernière.
William Anthony ne semblait pas du tout affecté d'être indirectement pris à parti pour cela, il en riait comme les autres.
Ce garçon était vif et sans doute trop intelligent pour réagir négativement, il en avait pourtant entendu toute l'année, des vertes et de pas mûres.
Il était grand et mince pour son age, le teint basané, une élégance naturelle, son charisme et sa personnalité un peu mystérieuse ne laissait déjà pas les filles indifférentes, alors forcément cela provoquait un peu de jalousie de la part des autres mômes un peu lourdauds, qui cherchaient la faille pour le décrédibiliser.
La faute de goût la plus évidente qu'ils avaient pu repérer immédiatement pour s'en moquer était la tenue vestimentaire de William Anthony, surtout sous les chevilles, c’était la catastrophe. En effet, nous étions tous chaussés à cette époque de chaussures de sports plus ou moins colorées, montantes ou pas, mais surtout affichant de manière évidente les trois bandes Adidas, le coq sportif, la virgule de Nike ou autre signe distinctif de la marque...
Lui portait des sandale à scratchs avec des chaussettes blanches! Pour les autres c'était le pire que l'homme n'ait jamais inventé, l'objet insupportable que tout être humain devait impérativement oublier, bannir et brûler.
Pour eux, celui qui portait ça avait probablement été en vacances chez les scout, ou avait une enfance malheureuse et un peu trop rigide, Ou les deux,
Ou alors il était d'origine Allemande!
Toutes les explications possibles y étaient passées tout au long de l'année.
Peut être pour cela, lorsque nous jouions au Basket-ball dans la cours de récréation, le petit belge ne participait pas, pensant peut être que la sandale à scratch était incompatible avec cette spécialité sportive, ou pour ne pas être encore moqué par ses camarades à ce sujet.
Un jour, je lui avais même donné mon ancienne paire de Tennis blanche en toile, il m'avait remercié mais je ne l'avais jamais vu les porter.
Une rencontre était prévue avec l'école de la ville voisine, un match de Basket-ball comme les années précédentes en ce premier jour d'été.
L’événement était important, notre honneur était en jeu.
Nous nous préparions fébrilement à ce défi dans les vestiaires.
Contrairement à toute évidence, William Anthony vint s’asseoir près de nous avec un petit sac de sport en bandoulière.
Il enfila short et tee shirt, puis à la surprise générale, il sorti une paire de basket splendide, rouge et noire, avec la virgule de la marque et le «wings logo» de «Michael Jordan» sur la cheville!
Nous étions estomaqués, les chaussures dont nous avions tous rêvé,
la «Air Jordan One»!
En cet instant précis, le garçon ne fut plus regardé pareil, il provoquait l'admiration du reste du groupe.
Nous nous dirigeâmes vers le terrain de sport bitumé et le match commença.
L'ambiance était électrique.
Tony dès qu'il en eut l'occasion fut d'une remarquable efficacité, sa vitesse balle en main était impressionnante, vitesse qu'il utilisait à chaque action pour venir conclure le plus souvent sous le cercle, comme si les ailes du logo Michael Jordan donnait des ailes au jeune garçon.
Il était acclamé par toutes les filles dans les tribunes dès qu'il touchait la balle, son surnom était scandé sans arrêt: «Tony, Tony!»,
puis cela se transforma rapidement par le cri en rythme de ses initiales prononcées à l'américaine: «TiPi, TiPi!» .
Au dernier Quart Temps, Il se mit à pleuvoir brutalement, de grosses flaques se formèrent sur le terrain, les joueurs provoquaient des éclaboussures dans tous les sens.
Le jeu continuait, l'équipe de Tony avait une avance considérable.
Progressivement nous pûmes apercevoir des reflets colorés dans les flaques d'eau, avant de comprendre d'où cela venait, les baskets de Tony étaient devenues toutes délavées, l'information se répandit comme une traînée de poudre dans le public et parmi les joueurs.
TiPi aussi s'en rendit compte, mais plus rien ne l'arrêtait,
avant le coup de sifflet final, il nous fit un «tir en cloche» du milieu de terrain, qui lui permit d'éviter presque tous les contres des intérieurs... Panier!
Il se retourna vers Pierrot et lui chuchota: «l'habit ne fait pas le moine!».
Il fut porté en triomphe jusqu'au vestiaire, la gouache qui lui avait servi à peindre mes vieilles Tennis pour les transformer en «Air Jordan One» le temps d'une rencontre continuait à se répandre sur le sol, formant de jolis reflets rouge et bleus, mais ça n'avait plus d'importance, ni pour lui, ni pour les autres.

Je compris ce jour là que Tony serait un jour le meilleur Basketteur Français de tous les temps.
Je ne sais pas si mon souvenir d'école est vraiment conforme à la réalité, ou si mon imagination d'enfant a embelli ce moment magique, mais ça restera forcément toujours pour moi la vérité... MA vérité.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très très court
98

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Emma
Emma · il y a
Jolie histoire ! Les ado sont parfois encore plus conformistes que leurs aînés... mais bon avec sandales et chaussettes, il se démarquait quand même beaucoup !
·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Yes, long live the «Air Jordan One», toutes mes voix!
·
Image de Did Ouv
Did Ouv · il y a
Merci Elena
·
Image de La Fée Polaire
La Fée Polaire · il y a
Un conte de fées moderne sans que la magie n'intervienne: le héros triomphe grâce à ses seules qualités.
Une nouvelle à mettre entre les mains de tous ceux qui confondent "Etre" et "Paraître"

·
Image de Did Ouv
Did Ouv · il y a
Merci
·
Image de Dominique Alias Suna Descors
Dominique Alias Suna Descors · il y a
Sacré Tony... il était différent depuis le début, avec ce plus...qui en fait le meilleur basketteur français. Bravo.
·
Image de Did Ouv
Did Ouv · il y a
Merci Dominique
·
Image de Thierry Grosse Boyer
Thierry Grosse Boyer · il y a
Félicitations Didier
·
Image de Did Ouv
Did Ouv · il y a
Merci Thierry
·
Image de Sergius Ouv
Sergius Ouv · il y a
Toujours surprenant ... on attend la fin !
·
Image de Did Ouv
Did Ouv · il y a
Merci Sergius!
·
Image de Chantane
Chantane · il y a
texte très touchant et amusant mon vote +5
·
Image de Did Ouv
Did Ouv · il y a
Merci Chantane!
·
Image de Catpower
Catpower · il y a
C est tellement vrai !
J ai bien aimé !

·
Image de Did Ouv
Did Ouv · il y a
Merci cat
·
Image de Mirgar
Mirgar · il y a
Joli texte qui valorise la solidarité et qui fait un pied de nez au conformisme !Mes votes!Si vous avez un moment, j'ai un chaperon qui voudrait être visité au pays des "baskets, amour et fantaisie" sur ma page.Si vous avez le temps et l'envie évidemment.merci ;
·
Image de Did Ouv
Did Ouv · il y a
Merci mirgar
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une magnifique histoire bien menée, touchante et très drôle, Did Ouv ! Mes votes + 5 ! Si vous voulez sourire un peu, venez voir ma “Mémé à Moto” qui fonce pour le Prix Faites sourire 2017. Merci d’avance !
·
Image de Did Ouv
Did Ouv · il y a
Merci!
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

NOUVELLES

L’embarcation de fortune semble sur le point de sombrer, voguant dans une mer déchaînée, tandis que les naufragés sont totalement anéantis et désemparés. Un vieil homme tient la dépouille de...