4
min

Les Affamés

Image de Emmanuel Starck

Emmanuel Starck

142 lectures

87

Jour 1
Aucun de nous ne sait comment il s'est retrouvé ici. Personne n'est à proprement parler amnésique, mais nos souvenirs à tous s'arrêtent le 18 août, il y a 3 jours.
La situation est simple : 35 personnes, dans un avion de ligne. Aucune idée de notre position ou de notre destination. La première chose que j'ai faite après avoir conversé quelques minutes avec mes compagnons d'infortune a été d'entrer dans la cabine de pilotage. Personne n'est aux commandes, l'avion est en pilotage automatique. Aucun de nous ne s'y connaît assez pour arriver à se repérer grâce aux coordonnées GPS, et nous n'avons ni téléphones, ni tablettes, ni ordinateurs portables pour nous aider.
Nous sommes tous très différents, à bord. Des hommes, des femmes, quelques personnes âgées. Un seul enfant. Il y a un peu de nourriture dans les bagages, surtout des chips, gâteaux et friandises.
Dehors, on n'y voit pas à 30 centimètres. Une brume épaisse semble constamment entourer la carlingue de notre avion - à moins qu'il ne s'agisse d'un nuage, je ne suis pas un expert. C'est épais, parfaitement opaque et ça ne nous quitte jamais, voilà ce que j'en sais.
L'obscurité n'est pas complète dans l'appareil, mais c'est tout comme. J'écris ces notes juste avant de dormir. J'espère réussir à fermer l'œil. Demain - ou plus tard dans la journée, impossible de différencier le jour de la nuit ici, même les montres sont détraquées -, j'espère pouvoir en apprendre plus sur notre situation.
Jour 2
Nous n'en savons toujours pas plus. Les autres ont décidé, à l'unanimité, de faire de moi leur leader. J'ai la quarantaine, je suis plutôt bien bâti et je suis officier de la Navy. Le leadership est naturel pour moi.
L'eau et la nourriture sont rationnées. D'après mes calculs, nous pourrons tenir trois jours, soit bien plus longtemps que cet avion ne peut voler si je ne me trompe pas sur la contenance des réservoirs de carburant.
L'enfant est seul à bord, ses parents ne font pas partie du voyage. Il ne se souvient de rien non plus.
Certaines personnes commencent à sérieusement déprimer, heureusement, d'autres sont plus fortes et les maintiennent à flot.
Jour 3
Je ne sais pas vraiment si c'est le troisième jour, je considère que le jour commence quand je me réveille.
La carrosserie de l'engin fait de plus en plus de bruit. Des craquements, comme si la tôle se pliait. J'espère me tromper.
Nos réserves de nourriture s'amenuisent. J'ai mis en place un nouveau système de rations, qui devrait nous permettre de gagner une journée. Certaines personnes - dont je fais partie - ont malheureusement un métabolisme qui réclame d'être nourri plus que d'autres. Mais je tiendrai. Avoir faim ne sera pas un si gros problème.
C'est une question de survie.
Jour 4
Il devient de plus en plus évident que l'avion subit une pression extérieure. Comme si quelque chose l'écrasait, lentement mais sûrement. Le bruit est insupportable et nous empêche de nous reposer correctement.
L'enfant - Jimmy - a perdu son calme des premiers jours. Il pleure beaucoup. Amanda, une jeune femme très avenante, s'occupe de lui.
Demain, nous n'aurons plus rien à manger. L'eau devrait tenir plus longtemps, les réserves sont plus importantes. Il faut trouver une solution.
Jour 5
Il n'y a plus rien à manger. Nous avons symboliquement partagé le dernier sachet de chips qu'il nous restait, sachant pertinemment qu'il ne remplirait pas nos ventres.
Je sais ce que ça fait d'avoir faim : j'ai déjà été privé de nourriture pendant plusieurs jours, en Irak. Mon unité et moi étions pris entre les feux de notre propre armée et ceux de nos ennemis.
Je sais ce que la faim fait aux gens : ça ne va pas être beau à voir.
Jour 8
Pas pu écrire avant. Trop faim. Pas d'énergie. Devons trouver solution. Une seule vient à l'esprit.
Jour 9
Nous avons dû nous résoudre à sacrifier l'un des passagers. Je me hais d'avoir proposé l'idée, mais tous les autres ont accepté - Jimmy avait été mis à l'écart, il pleure déjà assez comme ça.
Nous avons mangé le passager le plus âgé - William Gray, un gentil monsieur de presque 80 ans. Je lui ai brisé la nuque, et il n'a pas souffert, du moins je l'espère.
Jour 10
Madame Wright a été la suivante. Elle a voulu se débattre. Je l'ai fait souffrir, juste un peu.
Jour 14
Aujourd'hui, ce n'est pas un passager que nous avons perdu, mais deux.
Rory, un pompier, a retrouvé le corps sans vie de Jimmy dans les toilettes de l'avion. Amanda l'a tué. Elle ne supportait plus ses pleurs incessants.
Nous avons décidé d'exécuter Amanda, puis nous avons mangé les deux corps. C'était un peu jour de fête, pour nous.
Jour 17
Nous ne sommes plus que 22. Nous avons mangé deux personnes par jour. D'abord les plus vieux, puis les plus faibles. À partir de maintenant, nous tirerons au sort.
J'ai voulu mettre mon nom sur l'un des papiers, mais les autres m'en ont empêché. Ils m'ont choisi comme chef et se sentiraient perdus sans moi. J'aurais pu en pleurer si je n'avais pas eu encore un morceau de Victoria dans la bouche.
Jour 20
L'avion est de plus en plus compact. Le bruit nous vrille les tympans, sans arrêt. Les vitre commencent à se craqueler. Je ne crois pas qu'elles vont tenir.
Les autres sont bizarres. Ils ne parlent presque plus, pour la plupart. On dirait des animaux. Je crois que si je n'étais pas là, ils s'entre-dévoreraient.
Je regrette tout ce que j'ai fait depuis que je suis ici. J'aurais dû me laisser mourir de faim. Tout ça pour crever quand cet avion sera entièrement broyé.
Le plus étrange, c'est que je sens qu'il vole encore. Il y a même quelques turbulences, parfois. Et toujours cette purée de pois, à l'extérieur.
Jour 25
Je me suis vu dans un miroir aujourd'hui, et j'ai hurlé. Pourtant, j'ai bien vu ce que sont devenus les autres, mais je refusais d'admettre que j'en étais au même point.
Ma peau est craquelée, toute sèche. Mes yeux sont verts - alors qu'ils ont toujours été d'un bleu profond -, même la cornée a une teinte verdâtre. Mes dents me semblent plus pointues. J'ai perdu mes cheveux. J'ai beaucoup maigri.
Est-ce la conséquence d'avoir mangé de la chair humaine ? Je ressemble à un monstre. Au moins, mon esprit est intact, contrairement à presque tous les autres. Ils dorment, font leurs besoins un peu partout, et mangent. Rien d'autre. Des bêtes sauvages.
Jour 27
Quelque chose d'incroyable est arrivé, aujourd'hui.
Après que nous ayons fini de manger le cinquième passager restant - nous laissant à quatre, Rory, Melissa, Pietrov et moi, les seuls ayant conservé un minimum de conscience -, le bruit s'est arrêté. L'espace autour de nous a semblé s'élargir, comme si l'avion retrouvait sa forme originale. Si des dizaines d'ossements ne s'étaient trouvés au sol, nous aurions pu croire que nous avions rêvé.
L'avion a amorcé sa descente presque immédiatement. Il s'est posé en douceur sur une petite piste, qui n'avait pas du tout l'air prévue pour un appareil de cette taille.
Les portes se sont ouvertes. Nous avons tous les quatre sauté en bas, instinctivement. Nous aurions dû nous briser les jambes de cette hauteur, mais c'est à peine si j'ai ressenti le choc de l'atterrissage.
Un homme nous a accueillis, du moins une chose qui avait l'apparence d'un homme en costume noir.
— Quatre personnes ? C'est bien plus que je ne le pensais. Vous pouvez être fiers de vous, messieurs-dames. Votre nouvelle vie commence !
Il ne nous a pas donné beaucoup d'explications, et nous n'en avons pas demandé. Ça me convient bien, j'ai l'habitude de suivre les ordres sans poser de questions, et cet homme a tout l'air d'un leader.
— Vous devez avoir faim, je parie. Réjouissez-vous, mes amis. Suivez-moi, et le monde sera pour vous un grand buffet à volonté !
Nous avons commencé par le petit aéroport. Les gens ici étaient très bons, bien en chair pour la plupart.
Partout où nous allons, la brume nous accompagne. Elle est notre alliée.
D'autres nous rejoignent. Leurs yeux sont verts aussi et leur peau craquelée.
Le monde est un grand buffet à volonté.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
87

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Brr. J'en frissonne encore. C'est d'autant plus flippant qu'il n'y a absolument aucune explication et que vous laissez la place à toutes les suppositions.
·
Image de Aurélien Azam
Aurélien Azam · il y a
Ah oui la fin est bien flippante, brrr ! La dernière phrase est délicieuse ^^'
Une lecture ma foi très agréable !
Egalement, mon très très court "Gu'Air de Sang" est en finale du Prix Court et Noir !
Si tu le souhaites, n'hésite pas à renouveler ton soutien pour mon texte : j'en serai ravi :)
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/gu-air-de-sang

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un bon moment de lecture.
·
Image de Emmanuel Starck
Emmanuel Starck · il y a
Merci beaucoup !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Sibipa
Sibipa · il y a
Une incursion étonnante dans le fantastique du point de vue et des états d'âme du personnage principal. Récit très bien mené !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander (en précisant bien "avec" ou "sans" critique) et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...
Tous mes vœux pour cette nouvelle année !

·
Image de Sabrina Guerreiro
Sabrina Guerreiro · il y a
Excellente nouvelle..
·
Image de Yann Olivier
Yann Olivier · il y a
J'aime. Je vote.
Je suis aussi en compétition :
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ainsi-soit-il-2

·
Image de Jean Jouteur
Jean Jouteur · il y a
Un véritable scénario de film 'angoisse, voire un peu gore, bienvenue dans la quatrième dimension.
·
Image de Nicolas Juliam
Nicolas Juliam · il y a
Étrange et agréable voyage qui se grignote bien.
·