4
min

Léo, tentative de super héros

Image de Alice Raynaud

Alice Raynaud

7650 lectures

772

LAURÉAT
Sélection Public

Recommandé
«  - Et alors quoi ? Qu’est ce que tu veux ? T’en as pas marre d’être un gamin ? Quand est ce que tu vas grandir bon sang ?
- J’en ai marre, marre de toi, casse toi, part si c’est c’que tu veux ! »

Voilà, ça, c’est mon quotidien. Des cris, des pleurs, des portes qui claquent. Je m’appelle Léo et de là où je commence à vous raconter mon histoire personne ne peut me voir.
Ça a commencé il y a bientôt un an et je peux vous assurer que depuis ma petite vie s’est retrouvée bien chamboulée... Vous savez, ce n’est vraiment pas drôle d’avoir 12 ans et de passer sa journée planqué dans une valise pour essayer de fuir la haine de ses parents.

Ils ne s’aiment plus, le problème il est là. Mais moi, moi ils m’aiment. Les pauvres, ils pensent bien faire, comme tous les parents ; ils veulent me protéger. Alors ils continuent de se détester en essayant de me faire croire que rien n’va changer.

Je ne leur en demande pas tant pourtant... J’ai beau n’être pas bien grand, j’ai compris depuis longtemps. J’ai bien compris qu’ils n’allaient pas m’abandonner et que tout ça n’était pas ma faute. J’ai bien compris qu’ils n’étaient pas heureux et qu’ils pensaient faire passer mon bonheur avant tout en continuant à se déchirer jour après jour. Mais vous autres, enfants de mon âge, vous me comprenez bien quand je vous dis qu’ils se trompent ? Hein, dites, vous êtes d’accord qu’ils feraient mieux de se séparer ? Parce que moi, j’suis un enfant mais j’suis pas idiot pour autant. Les adultes ne se rendent pas compte qu’ils ne trompent personne avec leurs faux sourires qui dissimulent trop mal leur chagrin... Et moi, je n’aime pas ça, je n’aime pas ça voir ma maman pleurer et mon papa s’en aller toute la journée pour essayer de ne pas me heurter.

Alors au fond de ma cachette, au fond de ma valise j’ai essayé de trouver une solution. J’ai piqué des feuilles de papier dans l’imprimante et un stylo sur le bureau de papa et j’ai commencé à écrire tout ce qui me turlupinait depuis trop longtemps maintenant. Ça n’a pas été simple, parce que les enfants pensent toujours des choses un peu trop compliquées pour les expliquer aux adultes mais j’ai essayé de faire de mon mieux pour leur montrer qu’aucun super héros ne viendrait les aider à prendre les bonnes décisions et que même moi je ne comptais pas sur l’aide de super pouvoirs pour les voir à nouveau sourire. Du haut de mes 12 ans, les supers héros, je n’y crois plus, c’est comme le père Noël, on fait semblant mais on sait très bien que la magie de la vie ne se trouve pas vraiment là dedans. Et après avoir gribouillé, raturé, réfléchi à l’écriture de tous ces mots difficiles qui s’entrechoquaient dans ma tête, j’ai fini par me dire que la seule solution était que le super héros dans l’histoire, ce soit moi. Voilà à peu près à quoi ça ressemblait :

« Chère Maman, chère papa

C’est du fond de ma valise que je vous écris cette lettre. Il faut avouer que ça n’est pas super confortable et que depuis plus d’un an que je m’y réfugie, j’ai maintenant un petit peu trop grandit. Je ne pourrais bientôt même plus m’enfermer complètement dedans. Je me suis donc dis qu’il fallait trouver une solution.

Je ne suis pas un super héros, je n’ai pas de pouvoirs magiques et il faut dire que c’est dommage car ça m’aurait sûrement bien facilité la tâche. Un coup de baguette magique et hop, mon papa et ma maman qui s’aiment à nouveau. Mais vous savez, j’ai bien compris que ça ne marchait pas comme ça. Pourtant, je n’ai pas abandonné. J’ai beau n’être pas bien grand et pleurer encore de temps en temps, je crois avoir compris que parfois, la magie a juste besoin d’être un petit peu provoquée. Vous allez voir, il n’y a rien de bien magique par ici mais j’ai quand même essayé de me transformer en super héros, juste pour vous, juste parce que même vous, vous avez encore besoin d’y croire.

Je parle comme un grand vous avez vu, j’écris des jolies phrases et j’ai même compris tout ce qui vous rendait malheureux. Alors voilà, je voulais vous dire, je voulais essayer de vous expliquer que j’ai bien vu qu’on ne pouvait plus vous forcer à vous aimer. J’en ai marre vous savez, de vous entendre vous crier dessus à longueur de journée, vous enfermer pendant des heures et des heures chacun de votre coté.

Ce n’est pas comme ça qu’il faut faire. Je sais bien que vous essayez de m’épargner tous les grands changements d’une séparation mais vous devriez voir que ces changements ne seront jamais aussi usants que de vous voir vous entretuer toute la journée, à coup de petits regards beaucoup trop froids. Vous êtes tellement plus beaux quand vous souriez.

Vous savez, j’ai un petit peu trop grandit du fond de ma valise et j’ai compris toutes ses choses.
La vie n’est pas douce comme ce que nous voudrions mais elle le serait tellement plus si vous arrêtiez d’essayer de réparer des choses qui ne se recolleront pas. Et je vous assure, malgré mes airs de grand, je suis resté un enfant, votre enfant ; et je vous aime toujours autant.

J’espère que vous allez essayer d’être un petit peu plus heureux, que vous allez m’écouter et poser vos pistolets, que vous allez arrêter de vous tirer dessus, juste avec vos yeux.
Je vous laisse pleins de gros bisous avec cette petite lettre.

Votre petit garçon, qui tente d’être le super héros dont vous aviez besoin, et qui, envers et contre tout, vous aime plus haut que toute la galaxie réunie. »

J’ai posé ma lettre sur le canapé, j’ai pris mon doudou et mes jouets préférés et surtout, comme tous les grands qui font leur valise, j’ai pensé à emporter un caleçon et un tee-shirt propre. Et je suis sorti, ma valise à la main. J’ai traversé la rue et je suis allé sonner chez mon copain Eliott qui habite en face. J’ai expliqué à sa maman que j’étais en mission. Une mission spéciale, une mission un petit peu particulière et que j’avais juste besoin d’un lit, pour dormir, pendant que mes parents, enfin, allaient essayer de grandir eux aussi et de se dire au revoir, je l’espère, en pensant à mes petits conseils de mini super héros.

PRIX

Image de Hiver 15

Thème

Image de Très très courts
772

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jeanne en B.
Jeanne en B. · il y a
Une bonne lecture
·
Image de Aëlle
Aëlle · il y a
Magnifique. Tout simplement émouvant. Cet enfant a des mots qui sonnent tellement juste !
·
Image de Arlo
Arlo · il y a
J'étais passé à coté de votre excellent TTC et je vote avec un peu de retard. A L'AIR DU TEMPS d'Arlo est en finale du grand prix été poésie 2017. Je vous invite à voyager à travers sa lecture et à le soutenir si vous l'appréciez. Merci à vous et bonne soirée. Cordialement, Arlo
·
Image de Zotarie
Zotarie · il y a
très jolie texte ^^ +1 (en retard ) mais je viens de découvrir tes textes et ils sont super :-D
·
Image de Michel Chansiaux
Michel Chansiaux · il y a
voir ligne 2 - impératif - " casse (s) toi "
·
Image de Mirgar Garrigos
Mirgar Garrigos · il y a
J'ai découvert votre texte aujourd'hui...je suis un petit peu nouvelle sur le site...C'est un texte très touchant bien en phase avec le monde actuel des parents assez peu outillés et des enfants précoces qui parfois deviennent un peu les parents des parents...Bravo pour votre prix!
·
Image de Claudel
Claudel · il y a
Grâce entre autre à votre soutien, je me retrouve en finale du concours de nouvelles !
Peut-être aurez-vous encore envie de m'accorder votre confiance en
validant de nouveau votre vote.

·
Image de Herssé
Herssé · il y a
Bravo Alice !! Ton histoire à hauteur d'enfant est vraiment très touchante !! J'arrive un peu tard pour le vote, mes félicitations à la lauréate !!
·
Image de Bruno S.
Bruno S. · il y a
J'étais passé à côté. Mal m'en prit ;-).
C'est vraiment touchant, certes. Mais pas que. C'est bien dans le thème (une gageure dans ce concours-ci, mine de rien) et c'est bien raconté.
J'ai beaucoup aimé l'originalité du texte. Un super mini héros très particulier, dans l'air du temps, et une ouverture laissée au lecteur.Bravo. J'ai voté, même si là, tout est déjà joué.Bien à vous.

·
Image de Myriam Beck
Myriam Beck · il y a
Touchée, je vote (encore)!
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

TRÈS TRÈS COURTS

« Ce matin, Camille a téléchargé l’appli... ». Face de Rat n’a pas le temps de compléter sa phrase. Sans domicile fixe, il lui arrive de noircir des feuillets pour satisfaire son ...