Leo, pour vous accompagner

il y a
4 min
466
lectures
219
Qualifié

Petite plume et nouvelle page... "Jours de Semaine", mon premier roman "feelgood" est publié aux éditions France Loisirs (Fév 2021). J’anime "Bulle de Plumes", l’atelier d'écriture créative  [+]

Bonjour !
Bienvenue au Château d’Amboise ! Avancez Mesdames, Messieurs ! Entrez dans cette admirable demeure, bijou de la Renaissance Française !
Vous avez bien votre billet, Madame ? Et vous, Monsieur, vous pensiez vous inscrire à une visite classique ? Que nenni ! Vous allez découvrir un nouveau genre d’activité : L’Escape Game ! A la différence de mon époque, on parlait de labyrinthe... Allez, suivez-moi !
Ah, je ne me suis pas présenté ! Je m’appelle Leo pour les intimes. Je suis vieux, mais on dit de moi que je suis encore très bel homme... D’ailleurs, j’ai une passion pour l’Homme en général et les hommes en privé, mais cela ne vous regarde pas !
Enfin... entrez, jeune homme, mmmm, j’aime beaucoup votre chemise ! Bien, maintenant, à vous de jouer ! Vous allez bientôt pénétrer dans mon univers. Le but du jeu n’est pas de vous perdre mais de découvrir mon personnage, capito ?
Avancez, avancez encore Mademoiselle, approchez ! Ce parcours, je l’ai imaginé il y a cinq siècles pour vous.
Vous croyez à la modernité de votre XXIème siècle ? A votre incessante inventivité ? En vos connaissances approfondies en sciences et technologie dernier cri ? Oui, merci d’éteindre vos portables. Pour ma part, aujourd’hui je ne crois plus en rien... Mais à l’époque, j’étais un obsédé de la Vie, et j’ai passé mon existence entière à l’étudier sous toutes ses formes... Suivez-moi, je vais vous montrer ! Débutons par la salle de bal...
Docile, le petit groupe de visiteurs suit l’homme à la large silhouette et pénètre dans une somptueuse pièce gothique aux murs de brique rouge. Ses volumes vertigineux sont rythmés par des colonnades torsadées en marbre blanc. Saviez-vous que j’étais un gros noceur ? A tel point que je devins organisateur de fêtes sur demande du Roi dans ce lieu magique.
Mais ce que j’ai toujours aimé, c’est imaginer, créer, découvrir, inventer... Ma curiosité est sans limite. J’espère que la vôtre sera comblée aujourd’hui... Ici, tout est érigé à ma gloire. C’est mérité, il paraît que je suis un génie, non ? Regardez toute cette richesse, ces matériaux nobles, ces statues, ces peintures... Et vous en conviendrez, on n’est jamais mieux servi que par soi-même...
Par exemple, admirez « La Madone à l’œillet » que j’avais suspendu là, pour vous. Ce tableau n’a pas bougé de place en un demi-millénaire... En un mot, tout ce que vous découvrez ici, le moindre détail, le plus petit indice, a été pensé par moi. Précurseur en mon temps, j’avais déjà imaginé ce concept de jeu-découverte pour votre venue aujourd’hui... Visionnaire, non ?
Ce que représente ce tableau pour moi ? La période de mon adolescence. Mon père avait eu la brillante idée de me confier comme apprenti au peintre Verrocchio, mon futur mentor (ainsi que celui de mon ami Botticelli, vous connaissez ?), célèbre pour sa technique du sfumato. Préposé au nettoyage des pinceaux, j’ai vite développé un véritable intérêt (et paraît-il un don !) pour la peinture.
C’est également dans son atelier de peinture réputé que j’ai étudié différentes activités captivantes : l’encadrement, les dorures, le bronze puis la chimie, la métallurgie, la mécanique... Comment dissocier autant d’expertises liées à ma passion première ? Et surtout, pourquoi s’arrêter là ?
Poursuivons la visite... Attenzione à la marche, Madame, donnez-moi votre bras ! Voilà, nous arrivons dans la salle à manger, entièrement décorée par des fresques sur les poutres, tapissée de boiseries foncées et de riches candélabres. Vous aimez ?

Une fois devenu maître-peintre (la légende dit qu’en voyant un de mes dessins, Verrocchio raccrocha les pinceaux), ma vie fut un labeur incessant. Je voulais tout apprendre, mon obsession était de comprendre le pourquoi du comment. Alors je suis devenu ingénieur.
C’est en participant à un congrès d’ingénieurs et d’architectes que j’ai débuté des projets techniques et militaires, travaillé à l’urbanisme... Il faut dire que de mon temps, il était tellement facile de changer de métier ! Aujourd’hui, à quoi servent vos diplômes, Monsieur ?
Tenez, voici un livre de mathématiques écrit de mes mains, je suis ambidextre. Et c’est vrai que je suis un artiste touche-à-tout ! Peintre, sculpteur, musicien, écrivain, poète... Il parait qu’on appelle ça aujourd’hui un slasher. Dans ma langue maternelle, je préfère dire que je suis polivalente...
Je mets cela sur le compte de mon caractère curieux et observateur. Mon grand-père passait son temps à me répéter « Po l’Occhio », ouvre l’œil ! Et vous, Mademoiselle, ne vous endormez pas, la visite vient à peine de commencer !
Et dans cette salle des offices, jeune homme, que représente ce masque ? Vous ne trouvez pas ? Un scaphandre à casque, imaginé par mes soins comme ce sous-marin, en cas d’invasion de Venise par les Turcs ! Malheureusement, ou heureusement devrais-je dire, celui-ci ne sera jamais utilisé de mon vivant... Saviez-vous que j’ai également amélioré les horloges, la machine à tisser ou encore le concept de la grue ?
Ah, et j’adore l’eau sous toutes ses formes. C’est pourquoi je me suis lancé dans de nombreuses recherches hydrauliques. Mais ma passion des sciences de la vie en général m’a vite rattrapé ! J’ai étudié l’anatomie humaine et animale, la botanique, l’optique, la géométrie, les langues, l’aéronautique... Reconnaissez-vous cet objet ? C’est le fruit de mes essais pour concevoir le premier parachute... Et tout cela sans jamais me détourner de l’art, hymne à la beauté de la vie...
Regardez ! Le conservateur d’Amboise ne pouvait pas laisser cette magnifique seconde salle de réception sans y pendre une reproduction de ma « Mona Lisa » ! Quelle joie de savoir que l’original trône désormais au Louvre, dans le pays de mon cœur ! Et oui, après avoir vécu à Florence, Rome, Milan ou encore à Venise, je me suis installé définitivement au Clos Lucé à la demande de François Ier, qui restera le mécène le plus important de ma carrière.
Engagé en tant que premier peintre, architecte, ingénieur et metteur en scène pour les fêtes du Roi, j’étais célèbre de mon vivant, une star comme vous dites aujourd’hui. Je suis devenu un trendsetter, maître en philosophie, lanceur de mode et végétarien avant l’heure ! Il parait que vous avez un prénommé Karl qui me ressemble... Tenez, voici une de mes tenues fétiches, branché ce manteau, non ?
Attention Monsieur, vous avez failli bousculer la maquette du Château de Romorantin ! C’est ma dernière œuvre, imaginée pour la mère du Roi et qui a nécessité toutes mes connaissances en hydraulique. J’ai réussi à détourner un fleuve afin de le construire !
Mais ma longue carrière d’autodidacte hétéroclite et polymathe s’interrompt au cours de ce projet par ma mort, ici même dans cette chambre... N’ayant aucun descendant, la majorité de mon œuvre sera perdue ou disséminée. Imaginez-vous, aujourd’hui seules douze de mes peintures ont été retrouvées ! Bien sûr, il reste encore quelques dessins et le résultat de mes incessantes recherches scientifiques passées à la postérité !
Alors laissez-moi conclure. Voilà comment un simple enfant, illégitime et illettré, né dans un petit village de toscane, a appris et créé de toute pièce sa vie. Je vous le dis, explorez vos capacités, découvrez vos passions, inventez votre vie, choisissez votre métier. Dans tous les domaines, l’innovation doit être une obsession !
Voilà, nous arrivons à la fin de cette visite, et Grâce à Dieu je ne vous ai pas perdu avec toutes mes explications !
Ah, j’oubliais ! Vous pouvez laisser une petite pièce pour le guide dans la tirelire posée à la sortie, à côté du magnifique bouquet de roses aussi fleuri que cet ultime 2 mai de l’an 1519... Vous la trouverez aisément, elle est en forme d’hélicoptère, fruit de mes études et de mon imagination d’alors... Allez, Arrivederci !
219

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,