3
min

L'Entité

205 lectures

113

   Une atmosphère pesante me sortit de mon sommeil. Je n'étais pas seul. Je sentais une présence là, quelque part, tournant autour de moi comme un requin autour de sa proie. Le corps lourdement incrusté dans les draps, j'avais toute les peines du monde à ouvrir les yeux malgré l'angoisse qui commençait à me tordre les entrailles.
   Je sentis des pas s'enfoncer dans mon matelas, se rapprochant lentement, très lentement de mon visage. Un pas près de mon pied gauche, puis un autre à droite, et encore un à gauche... Cette chose était en train de m'escalader ! Pourquoi n'arrivais-je pas à bouger, bon sang ?! Que m'arrivait-il ?
   Alors que mon esprit se sentait en danger, mon corps, lui, semblait dormir profondément.
   Au prix d'efforts incommensurables, j'eus l'impression de parvenir à tourner très légèrement la tête. Mais l'instant suivant, elle était de nouveau revenue à son point d'origine.
   Tentant inlassablement de réveiller ce poids mort afin de me protéger de la menace qui continuait dangereusement son ascension, la panique me dévorait de plus en plus.
   Pourquoi étais-je donc prisonnier de ma propre chair?!
   La première fois que je m'étais retrouvé dans cet état « esprit éveillé, corps endormi », je n'avais eu aucune difficulté à me détacher de mon enveloppe physique! Qu'est-ce qui était différent, cette fois-ci ?
   La réponse me vint presque aussitôt : j'étais détendu.
   Mais comment pouvais-je me détendre alors que cette chose menaçante était en train de zigzaguer sur moi ?
   Le bruit angoissant des draps qui se froissaient sous le poids de cette ombre devenait de plus en plus distinct. Elle se rapprochait de mon visage, le face à face était inévitable.
   Complètement paniqué, je tentai de gesticuler dans tous les sens, mais rien à faire : je ne bougeai pas d'un iota. Voyant que je n'avais aucun contrôle sur la situation, je n'avais plus qu'une seule chose à faire : accepter le sort qui me serai réservé.
   À bout de force, résigné, je finis par lâcher prise.

   Soudain, je sentis mon torse se soulever, comme gonflé à l'hélium, et rapidement le reste de mon corps suivi. Je me retrouvais enfin à la verticale, avec l'étrange sensation de flotter dans les airs. Bien qu'instable, je parvins à m'éloigner de la présence hostile. Je jetai un coup d’œil rapide sur mon lit : mon corps y était toujours endormi.
   Ma demi seconde de lâché prise avait suffit à m'extirper de ma prison charnelle, in extremis.
   Je pris mon courage à deux mains, et tournai le regard vers Elle. Mon sang se glaça à la vue de cette silhouette vaporeuse noire, ressemblant vaguement à une forme humaine camouflée sous une large capuche. Je ne percevais ni bouche, ni main, pas même les pieds que je sentais pourtant s'enfoncer dans mon matelas quelques instants plus tôt. Les seules choses qui contrastaient avec la noirceur de cette entité étaient ces deux flammes orange vif qui me fixaient hargneusement.
   Avant d'avoir le temps de comprendre quoi que ce soit, elle se rua sur moi et se mit à me frapper avec acharnement. Recroquevillé sur moi-même, mes mains protégeant mon visage, je recevais une véritable pluie de coups de poing. C'est alors que je pris conscience d'une chose pour le moins étrange : je ne ressentais pas la douleur. Rien. Aucune souffrance malgré l'ardeur avec laquelle mon adversaire autoproclamé s'évertuait à me malmener.
   — Tu ne peux pas me blesser dans cet environnement, affirmai-je, un peu rassuré.
   En guise de réponse, elle matérialisa une épée et me l'enfonça profondément dans l'abdomen. Sans un mot, elle baissa ses yeux en direction de ma blessure et m'incita à regarder à mon tour.
   Du sang. Partout. Sur l'épée, mes vêtements, par terre... J'étais inondé des flots de mon propre sang. Cette vision d'horreur m'affola, avant de comprendre encore une fois qu'il ne s'agissait que d'une ruse car je ne ressentais toujours rien.
   — C'est fictif. Tu ne peux pas me faire de mal, lui dis-je.
   Le sang disparu aussitôt.
   — Pourquoi tu fais ça ? Ajoutai-je.
   — Pour que tu t'abandonnes à tes peurs, me répondit-elle d'une voix gutturale semblant tout droit sortie des enfers.
   — Mais qu'est-ce que ça t'apporte ?
   De ses yeux incandescents, l'ombre me fixa intensément. J'aurais juré qu'elle était surprise par ma question. Sur le plan où nous nous trouvions, certaines conversations se faisaient avec des mots, mais je compris à cet instant qu'elles pouvaient aussi se faire en terme de sensations. Je ressentais sa noirceur, intense, vibrante, oppressante, mais je ressentais aussi son interrogation face à ce que je venais de lui dire.
   Elle disparut brusquement, comme si réfléchir à ma question l'avait mis dans une position dans laquelle elle ne voulait pas se retrouver.

   Je pris alors conscience que tout ce qui était sombre contenait forcément une part de lumière, même infime. Autrement, l'entité n'aurait pas pu être désorientée par ma question. Je repensais alors au dessin du Yin et du Yang, l'Ombre et la Lumière, ayant besoin l'une de l'autre pour former un tout, et comprenant chacune une petite parcelle de leur opposé.

   Désormais seul, je dirigeai mon attention sur mon corps physique et le réintégrai, bien décidé à le réveiller une bonne fois pour toute.

   « Calme-toi, utilise tes techniques de respiration », entendis-je de très loin, comme un murmure apaisant. Je décidai d'écouter ce conseil et commençai à respirer lentement, profondément, calmement.
   « Un pas après l'autre... », entendis-je de nouveau de cette même voix féminine rassurante.
   Alors plutôt que d'essayer de faire bouger tout mon corps, je concentrai mon attention sur mon pied droit et uniquement mon pied droit. Mes efforts finirent par payer car mon membre inférieur commença à bouger tout doucement, puis plus franchement, suffisamment pour enfin réveiller mon corps tout entier.

   Je me relevai dans mon lit et palpai mes bras, mon torse, mes jambes, et ce pied qui m'avait sorti de ma torpeur. Une fois rassuré sur mon état physique, une question me vint alors à l'esprit :
   « Mais à qui appartenait cette voix féminine qui m'est venue en aide? »

PRIX

Image de 2018

Thèmes

Image de Très très courts
113

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Felix CULPA
Felix CULPA · il y a
Un voyage astral ? Un rêve ? Une belle lecture en tout cas !!! Je vous invite à découvrir mes deux oeuvres en concours !
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/les-droits-de-lame
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/le-braquage-poetique

·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Plutôt la première option :-) je vais aller voir ça dès que j'ai un moment, comptez sur moi! Merci à vous :)
·
Image de Chantal Chénevé
Chantal Chénevé · il y a
J'ai aimé la légèreté de l'écriture, le fil conducteur d'une ouverture spirituelle avérée et l'histoire qui pourrait être "biographique".
Bravo ! A star (from the litterature) is born

·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Wahou !!!! Quel commentaire élogieux! Quels compliments! Je suis extrêmement touchée! <3
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une histoire bien écrite et captivate ! Mes voix et bonne chance !
·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Un grand merci à vous! Bonne chance également, même si ça parait plutôt bien engagé pour vous ;-)
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
J'ai aimé !
·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Merci beaucoup :D
·
Image de jusyfa ***
jusyfa *** · il y a
Quelle histoire ! Quelle imagination ! Quelle écriture ! Votre plume est plus que prometteuse... J'aime, *****
Julien.
Sur le même thème, si votre temps vous le permet. Merci.

·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Merci beaucoup Julien, je suis très touchée!! J irai faire un tour sur votre texte ce soir avec grand plaisir! :)
·
Image de Iméar
Iméar · il y a
Excellent ! Mes voix !
·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Quel engouement! :D merci beaucoup!!! :)
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Pour un monde qui nous dépasse , mes voix!
En lice avec ' Lumière dans le soir l si vous aimez

·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Un grand merci Zouzou! Je vais voir votre "lumière" ;)
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Quelle nuit ! Vous avez bien analysé les énergies positives et négatives qui nous gouvernent . Mais le mystère reste entier !
Une invitation à découvrir " la fontaine aux bulles" en lice également . Merci beaucoup .

·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Merci beaucoup Ginette! Je vais voir ça de ce pas :)
·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Un potentiel dans l'écriture, soumise de temps à autre à quelques maladresses que l'expérience viendra gommer. Un TTC qui se tient et que je soutiens.
·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Un grand merci Patrick pour votre commentaire et votre soutien !!!
Je serai également ravie d'avoir votre avis sur mes maladresses afin de me perfectionner davantage si vous avez un moment à m'accorder :)
Bonne journée :)

·
Image de Patrick Peronne
Patrick Peronne · il y a
Je le ferai avec plaisir et humilité. Recontactez-moi après le Prix, si vous le voulez bien ( on échangera sur ma messagerie, ce sera plus facile et plus discret). Une excellente journée :-)
·
Image de Elodie Dieudonné
Elodie Dieudonné · il y a
Avec plaisir! Merci beaucoup et à bientôt alors ! :-)
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Ibicus n'était pas un homme très compliqué. Originaire de Chichilianne, il n'avait jamais eu d'ambitions démesurées, et aimait le confort d'une vie qu'il connaissait par cœur. C'est donc ...