3
min

L'enfer

Image de Florent Valley

Florent Valley

63 lectures

60

Dans la brume, dans le brouillard complet. J’ai la tête toute embrumée. Et pas que la tête d’ailleurs. Partout où je regarde ce n’est que néant, brume ou brouillard. Si je ne savais pas qui j’étais, j’aurais l’impression de sortir tout droit d’un de ces pathétiques films où le héros ne sait plus qui il est. Donc je sais qui je suis. Mais cela ne me dit pas où je suis. Ni ce que j’y fais. Tout est gris autour de moi. Les formes sont inexistantes. Il n’y a que du gris, comme du brouillard mais sans humidité. C’est donc un bien bel endroit, gris. Si je ne me connaissais pas je dirais que je suis encore saoul. Ou drogué. Mais non même pas. Je ne bois pas, plus, ou presque plus. Depuis quoi six ou huit, oui c’est ça, depuis sept ans. Depuis que je suis responsable d’un petit gamin. Quant à la drogue, non merci. Et même à l’insu de mon plein gré, depuis le temps que je ne dors plus, je m’en serais aperçu si quelqu’un me droguait. Si quelqu’un. Mais qui ? je suis tout seul. Pas âme qui vive ici. D’ailleurs qui voudrait vivre ici ? Dans ce nuage. Un nuage. C’est ça, je suis mort et je monte au paradis. Non je descends en enfer. Comment le serai-je, il n’y a pas de sensation d’apesanteur. Mais comment ça, je serais mort. Non ! Aille ! Ça fait mal. Je ressens donc je suis vivant. Je suis. Seul, dans un semblant de nuage. Mais pas de fumée, ça ne sent pas mauvais et en plus je ne fume pas autant pour dégager un tel nuage. Ça ne sent pas mauvais ni bon, aucun effluve. Mais c’est vrai que je suis seul depuis bien trop longtemps. Pas de cri, pas de bruit. Pas de lumière non plus. Personne alentour. Je flotte, je vais, je viens sans trop savoir où je suis, ni ce qu’il y a tout autour. Y a-t-il seulement un horizon, un sol, un ciel ? Derrière ce nuage peut être. Mais comme c’est mon seul compagnon depuis tant et tant. A fichu bachibouzouk, put... de bord.. de m...., pour les oreilles moins chastes. Mais où suis-je? qu’y fais-je et pour combien de temps vais-je encore y rester ? Je suis ici et je n’ai rien fait pour. Tout du moins je n’ai rien fait pour mériter ce traitement. Je ne me souviens pas d’avoir eu d’accident. Je n’ai tué personne. Je n’ai pas fait de pari stupide, pas de signature à l’ancre sanguine en vendant mon âme au diable. L’enfer. C’est bien cela alors je suis en enfer. L’enfer sur terre ce sont les autres, mais ici c’est leur absence. Mais je n’y crois même pas à l’enfer ou au paradis. Ou alors seulement pour vivre/mourir loin des vertus et profiter des joies interdites. Mais là, non, je suis dans un nuage, même pas dessus. Dedans. Grisaille. Et pas un seul uniforme de Super Héros dont m’affublait mon gosse qui me considérait comme « le papa le plus fort du monde » pour m’en sortir en me propulsant loin d’ici ou en le désintégrant. Rien. Je suis impuissant. Je suis le néant. Même pas une ombre pour me tenir compagnie, rien. « En route vers l’univers et au-delà ». Si je ne suis pas en route vers le paradis ou l’enfer, pourquoi ne serais-je pas dans un faisceau laser d’aspiration sous une soucoupe volante ? Ou un voyage inter galactique pour me permettre de rejoindre une nouvelle terre, une nouvelle planète dans un autre système solaire. Non je serais dans la lumière. Là je suis dans le brouillard, dans le rien. De pire en pire, je crois que je délire de plus en plus. Ah mais que m’arrive-t-il ? Je vais me réveiller c’est ça, mais quand ? Je ne sais même pas où il est mon gentil diablotin d’enfant. Où est ma vie d’avant, ma vie normale quoi ? Les réveils, le travail, mon marmot, mon jardin, mon quotidien. Même mes journées embrumées, mes matinées sans sommeil, ou trop alcoolisées je n’étais pas dans un tel coltard. J’avais mes repères, mes habitudes, mon sofa, mes toilettes. Je divaguais mais je pouvais aller et venir, ou rester léthargique. Mais là non. Je vole, je flotte, je reste sur place. Je n’en sais rien. Je suis comme l’homme de Vitruve de Léonard de Vinci. Les bras en croix, les jambes écartées. Mais je ne suis pas debout. Je ne suis pas allongé non plus. Ni la tête en bas. Ou alors je ne le sais pas. Les bras écartés ; peut-être que l’on va me perfuser, ou pas. Je ne sais rien. Je ne contrôle plus rien. C’est l’enfer. C’est ça, c’est l’enfer. Se balader sans rien voir, sans rien ressentir. Se balader. Peut-être pas d’ailleurs. Rien ne me dit que je bouge. Ah, put... AAAAAAAAAAAAAAHHHHHHH !!!!!!!!!! Ça ne sert à rien. Aucun son ne sort de ma bouche. Mais ça détend. Croire. Quelle illusion. Merci Dante et ses neuf cercles. Je suis dans lequel moi ici ? Est-ce un début, une finalité ? Et comment vais-je faire pour témoigner, pour prévenir ? Mais prévenir de quoi ? Je ne sais rien de ma condition. Suis-je seul ainsi ou est-ce la même chose pour tous ? Et depuis quand suis-je là ? Même prévenir mon ange (LOL), mon gosse. Et lui dire quoi ? lui mentir ? Ah fermer les yeux et dorm... même ça je ne peux plus. AAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!! L’enfer.

PRIX

Image de 2017

Thèmes

Image de Très Très Court
60

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Un monologue intéressant que j'ai également loupé… et je ne suis hélas pas la seule apparemment ! Désolée !
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Encore un grand bravo pour ce texte !

Il y a, dans cette finale, des textes de moins bonne qualité, mais le système de votes est ce qu'il est et cela fait partie du jeu... Ce système est un bon système parce qu'il récompense les gens qui votent et font des commentaires sur les textes mais il a aussi un effet pervers : il ne reflète pas réellement les goûts du public.

Je vous invite donc à venir prolonger le plaisir en participant à la "sélection du public" du Festival Off, sur le forum : http://short-edition.com/fr/forum/la-fabrique/imaginarius-2017-le-festival-off

Que la fête continue et longue vie au prix Imaginarius !

·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
J'avais oublié de voter !!! Vraiment désolée !!
·
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Un texte audacieux et un propos intéressant. Plonger un personnage dans l'enfer du néant et exprimer son ressenti n'est pas chose facile. Vous vous en sortez magnifiquement. Bravo ! Si le cœur vous en dit http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-prix-imaginarius A bientôt.
·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Merci beaucoup. Belle trame avec Billy et Darky, mes votes.
·
Image de Richard Laurence
Richard Laurence · il y a
Un très beau texte !
Si vous souhaitez un commentaire précis et argumenté, n'hésitez pas à demander et, de même, ne vous gênez pas pour venir commenter, critiquer ou même détester ma "Frontière de brumes"...

·
Image de Florent Valley
Florent Valley · il y a
Merci pour votre lecture. Et bravo pour votre Frontière
·
Image de Leméditant
Leméditant · il y a
Votre long monologue intérieur m'a vraiment captivée. Bravo car c'est très bien écrit et émaillé de "clins d'oeil" culturels. Original et très intéressant. Mes 5 voix avec plaisir.
·
Image de Pascal Depresle
Pascal Depresle · il y a
Un texte fort pour une étrange brume. Mes votes. Peut-être aimerez vous "L'héroïne" "Tata Marcelle" ou "Le Grandpé".
·
Image de Coraline Parmentier
Coraline Parmentier · il y a
Joli écrit , vous avez mes voix et mes sincères encouragements !
Si mon royaume embrumé vous intéresse pour continuer votre voyage, c'est par ici... (au cas où vous ne l'auriez pas lu)
http://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/le-royaume-dans-la-brume

·
Image de Elena Hristova
Elena Hristova · il y a
Elle est très forte votre brume, on ne se prive de rien.. On perd les repères, on les retrouve, on les reperd, un vrai enfer..
·
Image de Iqueen
Iqueen · il y a
Très fort ! Presque angoissant ! J'aime ! Mes voix (4)...
·